End of Quebec course on religion and ethics seen as win for nationalists

Good overview of the various perspectives. But always felt that course was useful effort to increase understanding:

Since 2008, elementary and high school students in Quebec have taken a mandatory course aimed at cultivating respect and tolerance for people of different cultures and faiths.

But after years of relentless criticism from Quebec nationalists and committed secularists who say the ethics and religious culture course is peddling a multiculturalist view to impressionable young Quebecers, the provincial government is abolishing the course.

In a statement announcing the move, Education Minister Jean-Francois Roberge said it was a response to “abundant criticism from experts and education stakeholders.” An aide to Roberge said too much time was being taken up by a section of the course devoted to religions.

It is striking that a course aimed, in the words of the Education Department’s teaching guides, at fostering “the recognition of others and the pursuit of the common good” has proven so divisive.

But critics have long described the course as a type of mental virus, contaminating a generation of young people by making them amenable to Canadian multiculturalism and other pluralist ideas. Education Minister Jean-Francois Roberge says a new class will be taught instead by fall 2022.

Nadia El-Mabrouk, professor at Universite de Montreal’s computer science department, has been one of the most outspoken critics of the course, which she says defines citizens by their religion.

She suggested in a recent interview the course is partly responsible for the fact that, according to polls, young Quebecers are less likely to support Bill 21, the legislation adopted last June that bans some public sector workers, including teachers and police officers, from wearing religious symbols on the job.

And she’s not alone in that belief.

Jean-Francois Lisee, who lost the 2018 election as leader of the Parti Quebecois, wrote in January that it’s “difficult not to see a cause-and-effect connection” in the fact that young Quebecers who have taken the course “are the least favourable to prohibiting religious signs.”

For Sabrina Jafralie, who teaches the program at a Montreal high school, the decision to abolish the course is another sign of the growing influence of Quebec nationalists on the Coalition Avenir Quebec government.

The curriculum, she said, explains to students that Quebec is filled with people who have different driving forces. It doesn’t teach young people to be religious, she said, it simply explains why other people may be.

“But what the government is trying to do,” Jafralie said, “is in fact replace the ability to investigate and explore religiosity, with their own new religion — which is secularism.”

The course was introduced in 2008 under the Liberal government of the day to replace long-standing classes on Catholic and Protestant moral and religious instruction. Jafralie, who was one of the first teachers trained to teach the new course, says the content comes from a secular perspective.

The course exposes students to religions from around the world, and according to the teaching guides, “attention is also given to the influence of Judaism and Native spirituality on this heritage, as well as other religions that today contribute to Quebec culture.”

But for El-Mabrouk, that is precisely the problem.

The course teaches young people to “recognize, observe, to accept and to tolerate the way people practise (religion),” she said.

The issue, she continued, is that the material puts religious practices on an even footing, whether or not they run contrary to such Quebec values as the equality of men and women.

“The course is based on a vision of living together that is tied to Canadian multiculturalism … but we have changed orientation,” El-Mabrouk said, pointing to the adoption of Bill 21 as evidence.

Francis Bouchard, spokesman for the education minister, said the government recognizes that students should have an appreciation of the major religions to better understand the driving forces of the world.

But in the current program, he explained in an email, religion “took up too much space.” He said the goal of the new course isn’t to remove the religious component completely but to “rebalance” the content with “other concepts to prepare young people for Quebec society.”

Those could include themes about environmentalism, digital literacy and democratic participation, he said.

Roberge launched three days of consultations in February to collect ideas from education stakeholders for the new course’s content. The consultations sparked a scandal after one of the experts invited, McGill University law professor Daniel Weinstock, was blocked from speaking following the publication of an inaccurate newspaper column.

Richard Martineau wrote in the Journal de Montreal that the ethics and religious culture course “shoves the multiculturalist credo down the throats of children.” He then falsely stated that Weinstock — whom he called a “dyed-in-the-wool multiculturalist” — had previously advocated the symbolic circumcision of young girls.

Weinstock’s invitation was swiftly withdrawn by the minister, which led to an uproar among academics and an eventual apology from Roberge after Weinstock threatened legal action.

El-Mabrouk maintains the course should be done away with entirely. Teaching about religion in school is fine — but not in a class that is tied to ethics, she said. Religious material belongs in classes about politics, science or geography, she said, and it should be limited to older students who have the “intellectual tools” to digest the content.

“What is the best way for children to learn to live in a society, to live with one another?” she asked. “It’s having more time for sports, cultural activities, to talk together. It’s in real life situations that children learn to be together.”

But Jafralie says the content of the course reflects the realities of Quebec society, and changing it is a denial of the facts on the ground.

“There seems to be this desire to eradicate this (reality) or shape young people’s values to be more ‘Quebecois’ — and what ‘Quebecois’ is, is defined by (the government).”

Source: End of Quebec course on religion and ethics seen as win for nationalists

Parrainage de réfugiés: une solution demandée dès maintenant

More Quebec immigration-related debate, this time over privately sponsored refugees:

Des associations à but non lucratif d’aide aux immigrants et aux réfugiés demandent au ministre de l’Immigration d’admettre 100 demandes supplémentaires de parrainage privé en 2020 pour compenser le cafouillage dont elles estiment avoir été victimes lors du processus de dépôt des dossiers de parrainage de réfugiés, le 20 janvier dernier.

« Pour nous et pour les ONG, pour tout le monde — même le Ministère l’a admis —, c’est clair qu’il y a eu des problèmes [le 20 janvier], et on veut savoir quelles sont les solutions. De dire que “l’an prochain, on fera mieux”, pour nous, ça ne règle pas le mal des familles aujourd’hui », déclare Me Guillaume Cliche-Rivard, président de l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI).

Dans une lettre envoyée lundi matin au ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, l’AQAADI et la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI) demandent à Simon Jolin-Barrette de trouver une « solution juste et équitable » pour ceux qui ont été défavorisés par le processus de sélection du programme de parrainage collectif.

« Au nom de ces dizaines, voire centaines, de familles effondrées, nous vous demandons respectueusement de rouvrir le processus de réception des demandes et de permettre à ce qu’au moins cent (100) demandes additionnelles soient acceptées dans le cadre de l’exercice du programme pour 2020, et ce, suivant un processus équitable qui offre une réelle possibilité d’accès à tous », écrivent conjointement l’AQAADI et la TCRI.

Un avis juridique sur les enjeux soulevés par les irrégularités de la réception des dossiers de demande de parrainage collectif accompagne la lettre. Même si le document laisse entendre qu’il y a matière à poursuite, Me Cliche-Rivard précise que ce n’est pas le but visé.

« Notre demande, c’est vraiment de dialoguer, de discuter pour trouver une solution. On ne veut pas brandir les armes, mais on veut être pris au sérieux. C’est pour ça qu’on a été chercher un avis légal », explique Me Cliche-Rivard.

« Nous avons reçu la correspondance et nous en prenons acte », a répondu sans plus de détails l’attachée de presse du ministre Jolin-Barrette, Élisabeth Gosselin.

File d’attente de plusieurs jours

Le Programme de parrainage privé de réfugiés (PPPR) permet à des groupes privés de parrainer des réfugiés qui se trouvent à l’étranger. Des 750 dossiers admis par le programme au Québec, 100 places sont réservées aux groupes de deux à cinq parrains. Cette année, le ministre Jolin-Barrette a imposé que les demandes soient déposées le 20 janvier par l’entremise d’un messager pour qu’elles soient traitées selon le principe de « premier arrivé, premier servi ».

Des gens ont fait la queue durant plusieurs jours pour s’assurer l’une des 100 places. Or, dans les faits, comme aucune limite du nombre de demandes par messager n’avait été imposée, le processus a donné lieu à de la corruption, à de l’intimidation et à un traitement injuste des demandes. Le ministre a par la suite assuré que Québec mettrait fin au système de messagers.

Source: Parrainage de réfugiés: une solution demandée dès maintenant

Le Québec perd la course aux étudiants étrangers

More pressures from within Quebec regarding more immigration, this time on the part of students and the relatively low number studying in Quebec:

Le nombre d’étudiants étrangers qui entrent au pays a doublé en quatre ans. L’Ontario en profite à plein. Le Québec ? Si peu que la province risque de perdre la course aux talents internationaux.

Selon les données d’Immigration Canada, le Canada a délivré 256 000 permis d’études à des étrangers en 2019, le double d’il y a quatre ans.

La moitié des candidats acceptés au pays étudie en Ontario. Le Québec, pour sa part, accueille seulement 12 % des titulaires de permis d’études, moins que le poids de sa population de 22,5 % dans le Canada.

Cette sous-représentation n’est pas sans conséquence, puisque l’attraction et la rétention des étudiants étrangers constituent un axe stratégique en vue de créer de la richesse et de soulager un tant soit peu la pénurie de main-d’œuvre à moyen terme. Le ministre de l’Immigration du Québec, Simon Jolin-Barrette, a décliné notre demande d’entrevue en nous invitant à communiquer plutôt avec Ottawa.

« La réalité, c’est que l’écart se creuse entre le Québec et les autres provinces dans la course aux talents », déplore Christian Bernard, économiste à Montréal International, organisme de prospection des investissements directs étrangers, qui fait aussi la promotion de Montréal comme ville étudiante internationale.

M. Bernard rappelle que le Canada est en compétition avec la plupart des pays occidentaux dans cette course aux talents.

D’après les chiffres obtenus par La Presse, 51 % des étrangers voulant étudier au Québec se sont vu refuser leur permis d’études par le gouvernement canadien en 2019, contre 38 % dans le reste du pays.

Outre la barrière de la langue française, qui réduit le nombre de demandes à son égard, le Québec est pénalisé par le refus du Canada de laisser entrer au pays un fort contingent d’étudiants francophones en provenance d’Afrique.

Selon Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), les raisons courantes pour refuser une demande sont que « le demandeur n’a pas prouvé qu’il a assez d’argent pour subvenir à ses besoins pendant ses études ». Ou qu’« il n’a pas convaincu l’agent des visas qu’il quittera[it] le Canada à la fin de sa période d’études », explique, dans un courriel, Peter Liang, conseiller en communication d’IRCC. Pour certains pays, un examen médical est également requis. Dans tous les cas, le candidat ne doit pas avoir de dossier criminel.

« Ce qui est désolant, ajoute Christian Bernard, de Montréal International, c’est la contradiction entre, d’une part, les critères mis de l’avant pour délivrer ou non le permis d’études et, d’autre part, la volonté de tous les paliers de gouvernement qui déploient des initiatives et qui investissent des sous avec l’intention d’attirer et de retenir davantage d’étudiants internationaux au Canada et au Québec. »

Le 31 janvier, l’organisme a recommandé que le Canada réduise le taux de refus des étudiants francophones dans une étude sur la connectivité de la métropole, produite conjointement avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Accepter deux fois plus d’étudiants dans l’espoir de pourvoir les places disponibles

Au trimestre d’automne 2019, à l’Université de Sherbrooke, 37 des 102 places réservées aux étudiants étrangers admis au bac en régime coopératif avec stages de travail rémunérés n’ont même pas pu être pourvues, les étudiants admis ayant été refusés par Immigration Canada. L’institution avait pourtant admis 189 étrangers au départ pour que soient pourvues ces 102 places.

À l’Université Laval, le taux d’inscription des étudiants internationaux préalablement admis a décliné depuis 2014. Il se situait à 67 % en 2018, dernière année pour laquelle la donnée est disponible. « En nombre absolu, le nombre a augmenté de 1100 à 1400 étudiants internationaux. Ce qui nous préoccupe, c’est qu’en pourcentage, ça baisse. On a des étudiants qui ne peuvent pas venir chez nous faute d’obtenir leur permis d’études à temps », dit Yan Cimon, vice-recteur adjoint aux affaires externes, internationales et à la santé et directeur des affaires internationales et de la francophonie.

Ces bourses d’exemption de droits de scolarité pour la francophonie du Sud, au nombre de 235 par an, ont été créées par le premier ministre Philippe Couillard lors du Sommet de la Francophonie tenu au Madagascar en 2016.

En raison de refus de permis d’études, le réseau des cégeps est incapable d’atteindre son objectif, datant de 2012, de 5000 étudiants internationaux. Les 48 cégeps publics accueillent actuellement 4300 élèves étrangers au diplôme d’études collégiales.

Dans le reste du Canada, les collèges d’enseignement professionnel formaient 151 000 étrangers en 2017, d’après un document de 2018 du Bureau canadien de l’éducation internationale. C’est 35 fois plus qu’au Québec.

« On cherche à mieux faire connaître aux agents d’immigration le réseau collégial, avance M. Tremblay, en guise de solution. On leur dit que ça se peut qu’un diplômé universitaire d’Afrique veuille suivre après coup une technique dans un cégep. Il y a un grand attrait pour les formations techniques qui ne sont pas très présentes dans le système d’éducation en Afrique. »

« Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, l’intégration des étudiants internationaux au réseau collégial représente la solution à la régionalisation de l’immigration, qui est un problème au Québec depuis 40 ans », soutient le patron de la Fédération des cégeps.

Les Africains refusés par dizaines de milliers

Les données d’Immigration Canada montrent que les taux de refus sont particulièrement élevés pour les demandeurs des pays africains, principal réservoir de locuteurs francophones, après la France.

La proportion de refus atteint 90 % pour les Guinéens, 82 % pour les Camerounais, 77 % pour les Algériens et 75 % pour les Sénégalais.

Depuis cinq ans, 16 000 étudiants algériens et 5300 Sénégalais se sont ainsi vu refuser l’entrée au pays.

« Nous n’arrivons pas à nous expliquer cette situation, écrit dans un courriel René Gingras, DG du Cégep de Rivière-du-Loup. Nous espérons qu’il y aura déblocage bientôt. Nous pourrions ainsi accueillir plus d’étudiants qui parlent français, qui s’intègrent dans notre région et qui répondent aux besoins du marché du travail. »

De leur côté, les collèges et universités anglophones du reste du Canada ne rencontrent pas ce problème. Ils recrutent les étudiants de pays anglo-saxons, de pays comme le Japon, la Chine, l’Inde et la Corée du Sud, tous plus riches que les pays africains. Les taux de refus y sont beaucoup plus faibles.

« Aucune discrimination », soutient Immigration Canada

« Les demandes du monde entier sont examinées de façon uniforme et en fonction des mêmes critères. Il n’y a absolument aucune discrimination dans notre processus d’évaluation des demandes », se défend M. Liang, d’Immigration Canada.

Aucune discrimination, mais des objectifs totalement contradictoires avec ceux du Québec, déplore la Fédération des cégeps.

Le fédéral ferme la porte quand il n’est pas convaincu que l’étudiant quittera le pays à la fin des études. Or, ce même étudiant est recruté en se faisant promettre par Québec qu’une fois diplômé, il pourra rester au pays de façon permanente.

Par exemple, des missions de recrutement d’étudiants visent régulièrement le Maghreb, une région pour laquelle Immigration Canada refuse de 40 à 77 % des demandeurs.

Autant de cerveaux qui n’entrent pas au Québec.

Cinq pistes pour hausser la part du Québec

Pour attirer davantage d’étudiants étrangers, le Québec pourrait toujours emprunter un raccourci et imiter la France en proposant des formations uniquement en anglais. Le cégep de Gaspé a choisi cette voie avec son campus de Montréal, qui accueille 2000 Indiens et permet à la maison d’enseignement de faire des profits de 1 million. Des solutions moins controversées existent néanmoins.

Diminuer le taux de refus des permis d’études

« On aimerait voir plus de flexibilité dans le processus de délivrance des permis d’études, confie Yan Cimon, de l’Université Laval. Il y a énormément de pièces justificatives à fournir. C’est difficile de voir des dossiers refusés pour des formalités. »

Si le taux d’acceptation des demandes visant le Québec remontait au niveau du Canada hors Québec, la province aurait accueilli 10 000 étudiants internationaux de plus en 2019. Rapidement, la part du Québec passerait de 12 à 18 % de l’ensemble des étudiants étrangers présents au Canada.

Le fédéral ferait ainsi d’une pierre deux coups. Le pays marquerait plus de points dans la course aux cerveaux qui a cours en Occident tout en diminuant sa dépendance à l’égard de l’Inde et de la Chine, responsables à eux deux de 54 % du flux d’étudiants internationaux au pays.

Instaurer le traitement rapide des permis dans les pays francophones

En 2018, le gouvernement canadien a lancé le Volet direct pour les études (VDE) pour les demandeurs de la Chine, de l’Inde, des Philippines et du Viêtnam, puis en juillet 2019 pour le Pakistan. Le VDE a permis de réduire les délais de traitement.

« Quand vous avez des délais qui interrompent ou qui induisent un report de projets d’études, ce n’est à l’avantage ni de l’étudiant ni de l’université », dit Yan Cimon, de l’Université Laval, où les deux tiers des étudiants étrangers inscrits sont africains.

« Dans le cadre du VDE, les permis d’études des étudiants potentiels peuvent être traités plus rapidement, avance Immigration Canada, dans un courriel, car en faisant leur demande, ceux-ci montrent d’emblée qu’ils ont les ressources financières et les compétences linguistiques. » Le VDE a été élargi au Maroc et au Sénégal en septembre 2019.

Élargir l’admissibilité des diplômés du collégial au PEQ

L’accès rapide à la résidence permanente pour les candidats ayant passé par la filière étudiante contribue à la popularité du Canada comme terre d’études. Au Québec, la voie rapide se nomme le Programme de l’expérience québécoise (PEQ), en révision. Les cégeps voudraient que le gouvernement ouvre le PEQ aux diplômés d’une attestation d’études collégiales, obtenue habituellement après un an d’études, dans les secteurs en pénurie de main-d’œuvre.

Augmenter le nombre de bourses

La France a haussé les droits de scolarité facturés aux étrangers en 2018. La mère patrie cible dorénavant les pays payants comme l’Inde et la Chine. L’Afrique francophone pourrait en subir les contrecoups, elle qui fournissait historiquement 45 % des étudiants étrangers en France, selon un article du Devoir de novembre 2018. Une fenêtre s’ouvre pour le Québec en augmentant le nombre de bourses versées aux Africains. Depuis 2016, le Québec offre 500 bourses d’études aux francophones du Sud qui s’inscrivent au cégep. Encore faudrait-il que les agents d’Immigration Canada considèrent la bourse dans l’examen de la demande de permis d’études.

Entente avec la Belgique et la Suisse

La Fédération des cégeps est en demande auprès du gouvernement pour que celui-ci conclue une entente pour admettre les étudiants de la Belgique et de la Suisse aux mêmes conditions monétaires que les Français dans le réseau collégial. Les étudiants en provenance de l’Hexagone acquittent les mêmes frais que les Québécois. Une entente existe avec la Belgique depuis deux ans pour faciliter l’inscription de ses ressortissants à l’université, mais rien en ce qui concerne le cégep. Aucune entente n’existe actuellement avec la Suisse.

Quebec’s immigration numbers drop while rest of Canada is on the rise

No surprise and agree with Jedwab’s comments:

Quebec Premier François Legault fulfilled his promise to cut the number of immigrants to the province by 20 per cent in 2019, in stark contrast to the rest of Canada. Included in the reductions were workers from specialized fields like nursing, computer engineering and computer programming — positions the province is struggling to fill in the midst of a labour shortage.

The number of immigrants admitted to Quebec dropped from 51,125 in 2018 to 40,545 last year, a decrease of 20.7 per cent.

Ontario, meanwhile, saw the number of newcomers rise by 11.5 per cent, to 153,340. Manitoba’s immigration rate rose by 24 per cent, New Brunswick’s by 30 per cent and Nova Scotia’s by 33 per cent.

The majority of Quebec’s cuts were felt in Montreal, which saw nearly 9,000 fewer immigrants flow into the census metropolitan region last year. By comparison, Toronto welcomed 117,720 immigrants, an increase of more than 11,000 over 2018.

Even Vancouver has surpassed Montreal for number of immigrants admitted, said Jack Jedwab, president of the Canadian Institute for Identities and Migration, who compiled the figures using data from the federal Immigration Department.

“We are definitely diminishing our demographic weight within the federation by reducing ourselves to 12 per cent of the overall immigration rate for Canada, when we have 22 per cent of the population,” Jedwab said.

Immigration figures for smaller municipalities in Quebec remained mostly stable, and low. Shawinigan saw 25 immigrants in 2019; Rouyn-Noranda and Sept-Îles — with populations of 42,000 and 28,500, respectively — had 40 immigrants join their ranks. Baie-Comeau and Thetford Mines saw 10 newcomers each.

Legault’s Coalition Avenir Québec government maintains the province needs to reduce immigration because it was doing a poor job of integrating newcomers or choosing skilled workers who best fulfil its labour needs. Legault has pledged to bring the numbers back up to 52,500 in 2022.

The reduction comes as Quebec grapples with the worst labour shortage in Canada. A rapidly aging population and economic boom have caused the number of jobs sitting vacant to double in the last three years, to 137,000.

The analysis shows a significant drop in the number of immigrants with degrees in specialized professions that the province is struggling to fill. In 2018, Quebec admitted 2,120 registered nurses and registered psychiatric nurses. In 2019, that figure dropped to 1,440, a decrease of 32 per cent.

Unionized nurses in Quebec have been fighting forced overtime and have organized strikes to protest being forced to work long hours, and are calling for more nurses in order to ease the pressure.

Similar reductions were seen in 2019 in the number of information systems analysts and consultants (36 per cent), computer engineers (not including software engineers and designers; 33 per cent), computer programmers and interactive media developers (45 per cent), electrical and electronics engineers (41 per cent), university professors and lecturers (17 per cent) and civil engineers (28 per cent).

“I think the principal objective of all of this was to meet the objective of the cuts, so the government could say it was living up to its commitments,” Jedwab said.

The reductions were relatively even across the three categories of immigrants admitted to Canada: economic, family sponsorship and refugees. In the family class, there were increases in the number of parents and grandparents admitted, but a proportional decrease in the number of sponsored children, spouses or partners who gained entry.

“As we committed to doing, in 2019 we lowered the immigration thresholds by 23 per cent in all categories. We met our admission targets,” said Élisabeth Gosselin, press attaché for Immigration, Francization and Integration Minister Simon Jolin-Barrette. “Our government … has made the success of immigration a priority.”

Because of delays between the federal and provincial selection processes, many of the admission selections for 2019 were made before the CAQ came into power, Gosselin said. Meanwhile, the CAQ has invested in improving French lessons and facilitating integration for immigrants, launched the Arrima system designed to improve the selection process based on Quebec’s labour needs, and increased the immigration ministry’s budget by 42 per cent, Gosselin said.

Quebec’s largest employers’ group, the Conseil du patronat du Québec, released a statement in reaction to government figures that show the number of professions in Quebec experiencing deficits surged from 25 in 2018 to 165 last year.

“We can see the immediate effect of an overly strict immigration policy,” Conseil president Yves-Thomas Dorval said. “The government needs to rectify this quickly, because for a long time now our businesses have been suffering from the labour shortage effects, and are asking the government to help them by raising the immigration thresholds.”

Quebec’s drop in permanent immigrants was offset by the largest increase among any province in the number of temporary workers in 2019. The province admitted 5,635 more temporary workers than it did the year before — a 32 per cent jump. The majority of temporary workers are employed in the agricultural and agri-food business industries, but they are also being used in hard-hit fields like food services, hotels and manufacturing. The use of temporary workers has been criticized as a short-term fix that fails to address the underlying demographic issues, and leaves vulnerable foreign workers who are desperate for employment open to abuse.

“If you say your main problem is an integration problem, I’m not clear how the answer to an integration challenge is bringing in more temporary workers,” Jedwab said. “If anything, you want to bring in more permanent residents, so that you can integrate them.”

Source: https://montrealgazette.com/news/local-news/quebecs-immigration-numbers-drop-while-rest-of-canada-is-on-the-rise

Immigration: Québec appelé à se montrer «plus ambitieux»

Pressure from the business community:

Jusqu’à tout récemment, le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc, réclamait une hausse du seuil d’immigration à 60 000 admissions par année. Mais ce chiffre est désormais pour lui « la base que l’on doit atteindre le plus rapidement possible ». Pour l’avenir, il faut se montrer « plus ambitieux », a-t-il dit en entrevue avec La Presse, rappelant les « 138 000 postes » à pourvoir dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre.

Le gouvernement Legault entreprend au cours des prochaines semaines une ronde de consultations pour réformer l’un de ses deux programmes destinés aux travailleurs qualifiés, le maintenant célèbre Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Il s’agit d’une voie rapide pour les étudiants étrangers et les travailleurs temporaires résidant déjà au Québec afin d’obtenir un certificat de sélection du Québec (CSQ), nécessaire à l’obtention de la résidence permanente.

L’automne dernier, une première réforme du PEQ — qui ciblait des domaines d’études ou d’emplois restreints pour les travailleurs temporaires et les étudiants étrangers pouvant y présenter une demande — avait plongé Québec dans la controverse. Isolé, le premier ministre François Legault avait même accusé certains de ses détracteurs, dont Michel Leblanc, de vouloir plus d’immigrants afin de bénéficier d’une main-d’œuvre bon marché. Le gouvernement a depuis reculé.

Dans un document d’information publié vendredi, Québec dévoile que la popularité du PEQ dépasse toutes les attentes.

En 2010, lors de sa création, le gouvernement délivrait 5 % des CSQ aux demandeurs du PEQ. En 2019, cette proportion s’élevait à 86 %. De plus, en 2020, « le ministère [de l’Immigration] estime que les demandes du PEQ pourraient être suffisantes pour atteindre les objectifs annuels de sélection pour la catégorie des travailleurs qualifiés », là où il détient le pouvoir de sélection.

Michel Leblanc n’est pas surpris de ce succès. Mais plutôt que de « répartir la cible de sélection des travailleurs qualifiés entre le PRTQ et le PEQ [en prévoyant] un nombre maximal de demandes à recevoir », comme l’écrit Québec dans son document, il propose à nouveau de hausser son seuil d’immigration au niveau qui « correspondrait à la part que le Québec devrait accueillir pour maintenir son poids relatif face au reste du Canada ».

Le président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Charles Milliard, espère aussi que le gouvernement Legault saisira l’occasion pour revoir toute la notion du seuil d’immigration.

« Le synonyme de quota, c’est une barrière. Et parfois, on s’impose des limites dans l’esprit et on est pris avec ça », dit-il, rappelant que la Fédération prône quant à elle pour une hausse du seuil d’immigrants à 60 000 admissions par année.

« L’obsession » d’un chiffre

Robert Gagné, professeur à HEC Montréal et directeur du Centre sur la productivité et la prospérité, prévient de son côté le gouvernement Legault qu’il « se magasine du trouble » en ouvrant la porte des limites d’admission au PEQ ou au Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ).

[On impose un quota d’admission] selon quel critère ? Premier arrivé, premier servi ? Par ordre alphabétique croissant, décroissant ? […] Plutôt que de focaliser sur des nombres, focalisons sur des profils [d’immigration recherchés] et viendra le nombre qui viendra.

Robert Gagné, professeur à HEC Montréal et directeur du Centre sur la productivité et la prospérité

Pierre Cossette, recteur de l’Université de Sherbrooke et président du conseil d’administration du Bureau de coopération interuniversitaire, craint quant à lui que de limiter les admissions au PEQ restreigne le nombre d’étudiants étrangers et formés au Québec pouvant y poser leur candidature.

« Le PEQ est un bon programme qui amène de la richesse et de la perspective au Québec. […] C’est un investissement dans le futur, à long terme », dit-il.

« En 2026, 50 % du marché de l’emploi au Québec sera occupé par des emplois qui requièrent une formation collégiale ou universitaire », rappelle de son côté Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

« Nous recrutons des jeunes qui voudront rester ici, qui auront des diplômes québécois, sans enjeux de reconnaissance des diplômes, qui seront intégrés à notre culture, qui auront des amis, qui seront en région et qui voudront y rester », illustre-t-il, plaidant à son tour pour qu’on ne restreigne pas leur capacité à présenter une demande au PEQ.

Source: Immigration: Québec appelé à se montrer «plus ambitieux»

Un débat sur l’immigration se dessine dans la course à la direction du PQ

Will be interesting to see where they end up, whether playing more on the CAQ turf (likely) or a more open approach:

Les candidats confirmés et pressentis ont pris part à un rassemblement du parti vendredi soir dans l’est de Montréal et l’un d’entre eux, Frédéric Bastien, a plaidé pour une réduction du seuil d’immigration au Québec.

En mêlée de presse, l’historien a affirmé que le Québec accueillait en proportion deux fois et demie plus de nouveaux arrivants que la France, tout en étant une société minoritaire qui n’a pas de moyens additionnels pour les intégrer.

« Il y a des débats que je n’ai pas peur de faire, a-t-il déclaré. […] Il ne faut pas se laisser intimider par nos adversaires, qui de toute façon vont nous traiter d’intolérants, de bigots, fermés sur nous-mêmes. On va avoir droit à un chapelet d’accusations. »

L’avocat spécialisé en immigration Stéphane Handfield, qui songe à se présenter, a plutôt fait valoir qu’il faut faire adhérer les nouveaux arrivants au projet indépendantiste.

« Tendre la main aux communautés culturelles, ils sont plus de 50 000 par an à choisir le Québec, a-t-il fait valoir. Peut-être qu’on est rendu à un point où les nouveaux arrivants vont être convaincus de notre projet. Ce n’est pas en les mettant de côté (qu’on va y arriver). »

Il soutient en outre que les seuils d’immigration doivent être déterminés en fonction « d’analyses sérieuses et non pas en garrochant des chiffres à gauche et à droite parce que c’est populiste ».

Le rassemblement péquiste, tenu dans Hochelaga-Maisonneuve, un ancien bastion du PQ passé aux mains de Québec solidaire, a attiré plus d’une centaine de militants. Le magnat de Québecor et ancien chef péquiste Pierre Karl Péladeau s’est pointé en soirée. En mêlée de presse, il a refusé d’appuyer un ou l’autre des candidats.

Dans un discours, le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé a invité les membres et les candidats à s’inspirer de l’esprit des fondateurs du mouvement indépendantiste, qui étaient peu nombreux aux origines _ tout comme le petit groupe de neuf élus du PQ en Chambre depuis la débâcle de 2018. Il a même ouvert la porte à un parti plus rebelle.

« C’était un petit groupe de pionniers. On y gagnait beaucoup en souplesse et en spontanéité. Et si on retrouvait l’esprit des pionniers. Et si le Parti québécois devenait un peu plus rebelle. Moi j’ai rien contre. »

La course à la direction du PQ sera officiellement lancée samedi avec le dévoilement des règles, qui seront établies par la conférence des présidents, une des instances du parti.

Référendum

Plus tôt en journée, un autre candidat confirmé, l’avocat Paul St-Pierre Plamondon, avait plutôt visé le député Sylvain Gaudreault, lui aussi officiellement dans la course.

M. St-Pierre Plamondon estimait que son adversaire louvoyait sur l’enjeu du référendum sur la souveraineté, toujours épineux au PQ.

M. St-Pierre Plamondon s’est engagé à tenir un référendum dans un premier mandat d’un éventuel gouvernement péquiste, s’il est élu chef.

Or M. Gaudreault lui a reproché de faire de la pensée magique, sans préparer la démarche.

Mais par la suite, M. Gaudreault s’est aussi engagé à tenir un référendum dans un premier mandat s’il est élu premier ministre.

Dans une déclaration transmise à La Presse canadienne, Paul St-Pierre Plamondon affirme que c’est « particulier » qu’un collègue discrédite une position d’un rival pour ensuite se rallier et y adhérer.

« On se réjouit tout de même qu’il se range derrière notre position », a fait savoir un porte-parole de la campagne de M. St-Pierre Plamondon, dans un message texte.

Outre ces candidats confirmés, M. Handfield devrait faire connaître ses intentions une fois les règles connues, tandis que l’humoriste Guy Nantel a fait savoir qu’il était intéressé.

L’élection du nouveau chef aura lieu le 19 juin.

Source: Un débat sur l’immigration se dessine dans la course à la direction du PQ

Macpherson: Electoral reform or not, Montreal loses out

Good look at the impact and likely underlying motives:

“Gerrymandering” is a form of electoral fraud in which the boundaries of constituencies are drawn to advantage — or disadvantage — a particular party or group of voters. Two centuries after the practice was named after a Massachusetts governor named Gerry, it’s still used, notably in some Republican-controlled states to reduce the political influence of minorities.

To achieve a similar purpose here in Quebec, Smiling Frank Legault’s francophone-supremacistgovernment proposes to use not only the electoral map but also the voting system. Let’s call this variation “Frankymandering.”

I’ve already written about how, in the Coalition Avenir Québec government’s proposed new system, what a former nationalist premier notoriously called “ethnic votes,” already underrepresented in the legislature, would control an even smaller proportion of the seats.

There would still be 125 members of the National Assembly, but only 80 would still be elected directly by their constituencies. The other 45 seats would be distributed according to the vote in each region on a second ballot for a party rather than an individual candidate. Those “regional” members would owe their seats more to their party than to the voters.

And since the 80 ridings would generally be larger, the minorities, which are concentrated in the Montreal area, would control proportionately fewer of the 125 total seats.

The government has been far from transparent about how the changes would affect representation, leaving it up to voters to try to figure that out for themselves.

Among other things, Montrealers would lose political clout, not only because they would have fewer MNAs directly accountable to them, but because the island would have fewer MNAs in all.

As reported by La Presse this week, a Université Laval expert on voting systems, Louis Massicotte, found that among other things, the CAQ’s Bill 39 would “substantially” reduce the influence of Montreal Island.

In a brief to an Assembly committee holding a public consultation on the voting legislation, Massicotte wrote that “without the slightest justification,” the island would lose three seats, or 11 per cent of its present representation.

He said that when the bill was presented last September, its drafters “hid” this. The governing CAQ was making a “victim” of a region where it holds only two of the present 27 seats, which he called “obscene.”

In an article published in Le Devoir last December, Massicotte had written that some of the bill’s provisions might be seen as punishing “a region that is demographically important, but ethno-linguistically atypical, for its lack of enthusiasm for the present government.” Montreal, with its minorities, is the stronghold of the Quebec Liberal Party.

The government could hardly dispute Massicotte’s analysis in his brief, since it had a similar one of its own, in a briefing note for the minister responsible for electoral reform, Sonia LeBel. It finally released the note this week, but only because it was forced to do so after Radio-Canada obtained it.

It confirmed that Montreal Island would lose three seats, leaving it underrepresented in the Assembly with 19.2 per cent of the seats for 21.5 per cent of the registered voters for the 2018 general election. It would be left with only 16 riding MNAs compared to the present 27, and eight regional ones.

If Bill 39 is adopted as is, there will be a referendum on the proposed new system at the same time as the next general election, due in 2022. Apparently, the government hopes its own proposal will be rejected.

The CAQ promised a new voting system before the last election, but discovered the advantages of the present one when the Coalition won 59 per cent of the seats with 37 per cent of the vote.

But accidents happen. And just in case the proposal is approved in the referendum, the CAQ has built in a Plan B to weaken the influence of the minorities who now form the core of the remaining electoral base of its Liberal opponents: the Frankymander.

Source: https://montrealgazette.com/opinion/columnists/macpherson-electoral-reform-or-not-montreal-loses-out/

Le parrainage de réfugiés miné par la corruption

Latest implementation fiasco in implementing:

La pression s’accentue sur le ministère de l’Immigration, alors que des tentatives de corruption et des cas d’intimidation ont été rapportés au ministère et décriés par les personnes voulant parrainer des réfugiés.

Selon ce qu’a appris Le Devoir, des messagers, qui pour certains attendent depuis jeudi l’ouverture des bureaux du ministère pour y déposer des dossiers de parrainage, se seraient fait intimider et proposer de l’argent pour céder la place avantageuse qu’ils occupent dans la file.

Par souci d’équité pour les gens vivant en régions, le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) exige que toutes les demandes de parrainage — 750 seront acceptées au total — soient déposées par des messagers.

L’incident a eu lieu un peu avant 22 h vendredi, dans l’une des salles d’attente aménagées par le ministère, où des gardiens de sécurité et du personnel du MIFI devaient s’assurer du bon déroulement du processus. Des coursiers ont été intimidés par un groupe de personnes déçues de ne pas avoir eu les premières places dans la file. « “Dis-moi c’est quoi ton prix”, c’est ce qu’il a dit », a raconté au Devoir un représentant d’une église, témoin de l’une des tentatives d’extorsion.

Ce dernier avait été appelé en panique par le coursier chargé de ses dossiers. Il dit avoir été témoin à son arrivée de « gestes agressifs » et de menaces verbales à l’endroit de son coursier. Lui-même a été menacé verbalement d’agression physique.

Toujours selon ce témoin, un autre coursier venait tout juste d’être approché et aurait cédé sa place dans la file en échange d’une importante somme. « Parrainer des réfugiés, c’est malheureusement devenu un commerce », déplore ce représentant d’une église. « Il y a si peu de places. Ça a créé un marché noir. »

Disant « prendre la chose au sérieux », le MIFI confirme qu’il a été mis au courant de l’incident voulant que des personnes aient tenté « d’acheter des places », mais refuse d’infirmer ou de confirmer le dépôt de plaintes ou l’ouverture d’une enquête, pour des raisons de confidentialité. « Le ministère est encore en train de faire les vérifications », a déclaré Émilie Vézina, porte-parole du ministère de l’Immigration. Elle ajoute que, pour la journée de dimanche, aucune plainte et aucun cas de ce genre n’ont été rapportés.

Peur et inquiétude

Cela ne rassure pas ce représentant d’une église qui ne lâche pas son coursier d’une semelle. Jour et nuit, il s’assure qu’il est escorté dans certains de ses déplacements et que des gens de confiance sont dans la salle avec lui.

Sylvain Thibault, qui parraine des Congolais réfugiés en Ouganda, se désole lui aussi de ne pas avoir l’esprit tranquille. « Depuis jeudi, j’ai de la misère à dormir », admet-il. « Je sens la peur et la colère au sein des membres de notre groupe. Est-ce que notre coursier va flancher sous des pressions ? Je ne pense pas, mais peut-être que d’autres flancheront d’ici le dépôt. »

Dimanche après-midi, dans un stationnement enneigé en face des bureaux du MIFI, ses amis et lui ont planté une tente et quelques chaises pour recréer de manière symbolique un petit camp de réfugiés. « Parrainer des réfugiés, c’est censé être une belle expérience humaine, avec des moments d’incertitude, mais des moments de grande joie. Mais là, on est pas mal dans la lourdeur », souligne-t-il. « Veut, veut pas, on a la responsabilité des gens qu’on parraine sur notre dos, et de se faire mettre des bâtons dans les roues par des quotas trop bas et un système de dépôt bâtard, ce n’est pas une expérience agréable. »

Parrainer des réfugiés, c’est malheureusement devenu un commerce. Il y a si peu de places. Ça a créé un marché noir.

Peu de places

Au début de 2017, victime de son succès, le programme de parrainage de réfugiés avait été suspendu par les libéraux pendant 18 mois, le temps de le réviser en profondeur et de diminuer l’inventaire de plus de 10 000 dossiers de parrainage qui s’étaient accumulés. Des intervenants du milieu avaient en effet informé le ministère que de la corruption s’était infiltrée dans le processus.

À la réouverture du programme en septembre 2018, les règles avaient été resserrées et 750 demandes, dont 100 venant de particuliers (« groupe de 2 à 5 personnes physiques »), étaient désormais acceptées par le ministère.

Vu le faible nombre de places, le processus s’était déroulé dans un climat de tension et de vive compétition entre les parrains. « Ça s’était mal passé », se rappelle Sylvain Thibault, qui était à l’époque responsable des dossiers de parrainage privé à la Table de concertation des services aux réfugiés et aux personnes immigrantes. Pour lui, le ministère, qui avait pourtant été avisé, « sous-estime encore le problème ».

Le ministre Jolin-Barrette interpellé

Manon Leroux, qui veut faire venir au Canada les membres de la famille d’un couple de Syriens qu’elle a parrainé il y a trois ans, déplore le climat de tension engendré par cette façon de faire. « Jamais de ma vie je n’ai été en contact avec ce genre de choses, je trouve ça affligeant », dit-elle. « Ce n’est pas à la hauteur de ce que le Canada est capable d’offrir aux réfugiés. »

Avec d’autres parrains et marraines, elle s’apprête à envoyer une lettre au ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, pour lui demander de prendre les mesures nécessaires afin de garantir l’équité et la transparence du processus de dépôt. Car les histoires de tentative de corruption, qui sont venues aux oreilles de plusieurs, nourrissent le climat d’incertitude. « Je me doute bien que ce qui se passe au début de la file peut se passer ailleurs dans la file. Je trouve ça révoltant et désolant », dit Mme Leroux. « Ce qui me révolte le plus, c’est le nombre de personnes qui attendent en file pour rien. »

Car malgré un système de numérotation de chaises, rien n’indique combien de précieux dossiers transportent chacun des coursiers, fait-elle remarquer. Et si le premier en file déposait d’un seul coup des centaines de dossiers, voire assez pour remplir à lui seul les quotas ? Où est l’équité pour les parrains, dont certains font la file depuis jeudi pour garantir une bonne place à leur messager ? Le MIFI se dit « sensible à la réalité des garants qui ont décidé de se présenter à l’avance pour attendre », mais il ne commente pas « de cas hypothétiques », a-t-il indiqué au Devoir. La réception des demandes devait débuter à 8 h 30 lundi et respecter « le principe du premier arrivé, premier servi ».

Source: Le parrainage de réfugiés miné par la corruption

Québec abolit le cours d’éthique et culture religieuse

Unfortunate as the aim was to improve understanding:

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, affirme que « la place de la religion » était trop importante dans ce cours, mis en place en 2007 par le gouvernement libéral de Jean Charest.

« On l’abolit pour le remplacer par quelque chose de neuf. Mais comme il va y avoir des éléments du cours actuel qui vont rester, comme l’éthique, la pratique du dialogue, le respect de soi et des autres, la lutte contre les stéréotypes. On appelle ça une réforme en profondeur », a-t-il dit en entrevue avec La Presse.

Chose certaine, « je ne sais pas comment s’appellera [le nouveau cours], mais je sais qu’il ne s’appellera pas Éthique et culture religieuse », a poursuivi le ministre.

L’hiver dernier, le Parti québécois (PQ) réclamait que le cours soit aboli parce qu’il propageait des stéréotypes et des dogmes religieux, entre autres. Québec avait alors affirmé qu’il entamerait un processus pour le revoir de fond en comble.

Quelle place pour les religions ?

Le ministre de l’Éducation a déjà déterminé huit thèmes qui guideront l’élaboration du cours devant remplacer le programme d’éthique et culture religieuse au primaire et au secondaire. Il s’agit de la participation citoyenne et la démocratie, de l’éducation juridique, de l’écocitoyenneté, de l’éducation à la sexualité, du développement de soi et des relations interpersonnelles, de l’éthique, de la citoyenneté numérique et de la culture des sociétés.

La religion, présente dans le titre du cours actuellement enseigné, est-elle jetée aux oubliettes ?

Il faudra un espace beaucoup plus petit que celui que l’on a actuellement, mais un espace quand même.

« Si on veut comprendre la carte géopolitique du monde, la religion est un élément qui permet de comprendre les actions de certains pays », a-t-il ajouté.

M. Roberge reconnaît toutefois que certains manuels utilisés en classe perpétuent actuellement des stéréotypes. « Par les représentations visuelles choisies, ils représentent tout le temps les mêmes groupes de la même façon, avec les mêmes vêtements », a-t-il dit.

La question de l’éducation à la sexualité, qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années, doit également être intégrée dans le nouveau cours. Depuis quelques années, les enseignants de différentes matières incluent certains contenus dans leurs cours, sans être nécessairement toujours à l’aise de le faire. Par le passé, des syndicats enseignants ont déploré que le programme ait été implanté de façon inégale selon les écoles.

Trois forums

Les thèmes du nouveau cours que doit élaborer Québec seront soumis les 7, 14 et 21 février prochains à des experts et à des partenaires du milieu de l’éducation dans trois forums qui se dérouleront respectivement à Trois-Rivières, Québec et Montréal. Un rapport final sera ensuite soumis au printemps afin qu’un nouveau cours soit mis à l’essai dans certaines écoles dès la rentrée scolaire 2021-2022, avant de faire officiellement son entrée dans le programme d’études l’année suivante.

Le gouvernement Legault a également mis en ligne jeudi sur le site internet du ministère de l’Éducation une consultation publique qui permet aux citoyens de transmettre leurs opinions.

Source: Québec abolit le cours d’éthique et culture religieuse

Quebec invited 305 skilled worker candidates over two Arrima draws

Quebec’s equivalent of express entry. But hard to understand that this group includes diplomats, consular officials and others on government business. Odd:

A total of 305 candidates for Quebec immigration have been invited over two Arrima draws in December.

In the latest draw on December 17, 2019, a total of 220 invitations went to candidates who submitted their application under Quebec’s Regular Skilled Worker Program.

These candidates were either except from the cap that had been in place when they first applied to the Regular Skilled Worker Program or they were residing in Quebec on a study or work permit on June 16, 2019 when roughly 16,000 Regular Skilled Worker Program applications were cancelled.

Earlier in December, Quebec invited 85 candidates to submit an application for permanent selection.

There were two types of candidates in the December 12 cohort. Either they had a valid offer of employment, or they were staying in Quebec carrying out official duties as diplomats, consular officers, or representatives of intergovernmental organizations, among others.

Since the launch of the Arrima system in July 2019, Quebec has held nine draws and invited 2062 candidates to apply for a Quebec Selection Certificate (Certificat de sélection du Québec, or CSQ).

What is Arrima?

Arrima was introduced in 2018 to manage the bank of candidates for the QSWP after the program was switched from a paper-based “first-come, first-served” application approach to an Expression of Interest (EOI) system.

Quebec’s EOI system manages the bank of candidates for a Quebec Selection Certificate (Certificat de sélection du Québec, or CSQ), which is required in order to apply for permanent residence in the province through the QSWP.

Candidates express their interest by creating a profile in Arrima, which is then placed in the pool of candidates and ranked based on either a score or other criteria.

Quebec’s Immigration Ministry issues invitations to apply for a CSQ based on either a candidate’s score or other factors such as labour needs in the province’s regions.

Candidates who receive a CSQ can apply for permanent residence with Canada’s federal immigration ministry, which verifies medical and criminal admissibility.

Source: Quebec invited 305 skilled worker candidates over two Arrima draws