Raj: NDP puts minority rights aside as it courts Quebec

Of note:

The federal NDP and the Green Party’s Elizabeth May voted to endorse the use of the notwithstanding clause and Quebec’s controversial Bill 96 Wednesday, by supporting Bloc Québécois legislation that strips the rights of non-francophones in the province.

The Bloc sought to amend several pieces of federal legislation to impose French as the dominant language in the province and tried to prevent Ottawa from contesting Quebec’s contentious language moves.

Its bill C-238, which was defeated Wednesday, would have changed the Citizenship Act so that Quebec residents can only become citizens if they have “adequate knowledge of French.” Everywhere else in Canada, residents must only demonstrate they speak either French or English. 

The bill also amended the Canada Labour Code, the Official Languages Act, and the Canadian Business Corporations Act by subjecting them to Quebec’s French language charter. 

Whatever the government of Quebec put into its charter would tie Ottawa’s hands.

This is concerning when you consider the nationalist Coalition Avenir Quebec — which is likely to be re-elected with a sweeping majority Monday — passed Bill 96 earlier this year. That legislation amended the French language charter to prevent many English speakers from speaking to each other in English at work (or in a language other than French); made it difficult for employers to require employees know any language other than French; and banned many people from accessing government services in English — even when they are available. It even gave the province the right to enter private businesses without a warrant to ensure emails, for example, are being sent in French and gave individuals the right to seek damages in court if their language rights are breached.

Quebec’s charter also imposes unnecessary hardship on newcomers, forcing them to learn French within six months of their arrival — after which the government only communicates with them in French. Expecting new arrivals to learn a language in six months is not only unrealistic but sets them up for failure.

And yet, this is what NDP Leader Jagmeet Singh and his MPs voted for Wednesday. This from a party that prides itself on standing up for minority rights.

Quebec Premier François Legault has pre-emptively used the notwithstanding clause twice now to avoid legal challenges arising from obvious reaches of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, most recently with Bill 96 and previously with Bill 21, a law that prevents Quebecers employed in certain professions such as teachers, judges, and police officers from wearing religious symbols. Just last year, an elementary teacher in Chelsea, Que., was removed from her classroom for wearing a head scarf.

It’s hard to believe this is the kind of behaviour the NDP — or Elizabeth May, now a candidate for the leadership of the Green Party — wants to be associated with.

The decline of French in Quebec is a real concern. It is one shared by many allophones and anglophones in Quebec too. But subjecting federal laws to a provincial government, especially one that has questioned publicly why it should be subject to the Charter of Rights and Freedoms is another thing altogether.

And while the NDP wants to have it both ways — by claiming it is standing up for the protection of the French language and respecting anglophone minority rights — its actions this week show it isn’t doing both. It also raises questions about whether the party is ready to contest for power if it is unwilling to assert Ottawa’s jurisdiction.

New Democrats note that they’ve always supported the idea that federal institutions operating in Quebec should be subject to the province’s language charter. The NDP’s only Quebec MP, Alexandre Boulerice, noted last spring that it made little sense for credit unions in the province to operate under different laws than federally-regulated banks. Bill 96, however, has changed that conversation.

Language is touchy in Quebec. The vast majority of Quebecers support Bill 96. Most of the province’s political parties do too. In fact, Quebec Liberals are polling in the single digits with francophones, likely due to their opposition to Bill 96 and Bill 21. 

For nearly two decades now, the NDP has embraced asymmetrical federalism with Quebec, including supporting the principle that 50 per cent plus one vote is enough to split the country. That position is credited for the party’s big win in 2011. Perhaps we shouldn’t be surprised that yet again the NDP places chasing francophone support in Quebec above all else.

Montreal Liberal MP Anthony Housefather, who helped convince his own caucus and lobbied opposition MPs to vote against the bill, said he was “very relieved” by its defeat. “Using the notwithstanding clause to deny people rights … is just very alarming,” he told the Star.

The silver lining in Wednesday’s vote came from the Liberals and notably Conservative MPs who unanimously stood opposed. Just 18 months ago, on a similar motion, all but one Conservative voted with the Bloc.

A new leader and a 2021 election that saw the Conservatives’ hopes for a big win in Quebec dashed seem to have contributed to an epiphany. That or Pierre Poilievre realized there are more votes to be had fighting the notwithstanding clause outside Quebec than endorsing it inside the province.

Source: NDP puts minority rights aside as it courts Quebec

Boisvert: La peur de l’étranger [Quebec’s immigration minister’s comments]

Good commentary on Quebec’s immigration minister that begs the question of his competence and knowledge:

Imaginons un ministre de l’Éducation qui ne connaît pas la différence entre une école primaire et secondaire. Un ministre des Transports confondant un aéroport et une autoroute. C’est trop gros ?

Dans ce gouvernement, vous pouvez être ministre de l’Immigration et ne pas connaître les faits les plus élémentaires sur les immigrants.

François Legault et tout son entourage ont sauté au plafond en entendant Jean Boulet dire que 80 % des immigrants sont à Montréal et « ne travaillent pas, ne parlent pas français ou n’adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise ». Le ministre s’est « disqualifié », a dit François Legault à Midi Info.

Il a sauté au plafond d’abord parce que c’est faux, archifaux. Les immigrants ont à peu près le même taux d’emploi que les Québécois nés ici. Et la vaste majorité parlent français.

Le ministre se base sur quoi pour dire qu’ils « n’adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise » ? Ils doivent pourtant passer un test… S’ils sont venus ici, c’est généralement qu’ils ont voté avec leurs pieds pour adhérer à cette société. L’histoire de l’immigration au Québec est largement une histoire de succès, quoi qu’on en dise.

Mais non, le ministre de l’Immigration lui-même véhicule de fausses informations et renforce les préjugés. Il suinte de tout ça une ignorance profonde, une peur sourde de l’étranger.

Ce ne serait déjà pas acceptable comme candidat de plonger aussi joyeusement dans la piscine des préjugés et des fausses informations.

Mais quand on est ministre, et ministre de l’Immigration, c’est impardonnable. D’autant que ce gouvernement insiste sur la capacité d’accueil, sur la difficulté d’intégrer, sur la menace qui pèse sur le français.

Coudonc, leurs politiques (quotas, apprentissage de la langue en six mois, etc.) sont-elles basées sur des données, ou sur des chroniques anti-immigration du Journal de Montréal ?

Jean Boulet n’est pourtant pas un idiot, loin de là. Il est sans doute parmi les politiciens les plus sympathiques à Québec. Il est depuis son élection un ministre du Travail compétent. Lui-même avocat spécialisé dans le domaine, il était « sur son X ».

Quand il a été question de délester Nadine Girault de l’Immigration, l’an dernier, François Legault a voulu choisir un ministre fiable. Qui de mieux que Jean Boulet ? Un ministre de région (la Mauricie), pour envoyer un message de « régionalisation » de l’immigration.

Pourquoi pas ?

Comme la CAQ veut arrimer l’immigration aux besoins économiques, fusionner Travail et Immigration chez un même ministre, c’était le plan logique.

Mais le ministre (le troisième en quatre ans) a-t-il la moindre connaissance de la réalité immigrante à Montréal ? Et ailleurs ? Est-ce qu’il en a rencontré ? Ou est-ce une masse informe de « capital humain » à « intégrer » ?

On tentera de blâmer une vision des « régions », mais je n’accepte pas ça. Il suffit de se promener un peu pour voir que les gens de toutes les régions du Québec veulent accueillir plus d’immigrants. Le discours anti-immigrant le plus fort vient souvent de quelques chroniqueurs montréalais qui n’ont jamais le moindre mot positif à dire sur l’immigration, cultivent une détestation pour Montréal, sa diversité, et selon qui « y a pas moyen de se faire servir en français à Montréal » – autre mensonge tenu pour vérité scientifique parce que répété assez souvent.

N’allez pas croire que cette « gaffe » était préméditée. Ça date d’une semaine, dans un débat à la radio locale. Et ça ne fait pas du tout l’affaire de François Legault.

Jean Boulet a piteusement présenté ses excuses, disant que ces propos ne reflétaient pas sa « pensée ».

Quelle pensée ? Il faisait des affirmations statistiques, du haut de son autorité de ministre de l’Immigration. Ça n’avait rien d’une opinion. Si le ministre des Finances dit qu’il y a un taux de chômage de 25 % à Québec, il n’exprime pas sa « pensée ». Il trompe les gens.

C’est comme si les peurs et les préjugés refoulés sortaient au grand jour.

La journée avait pourtant bien commencé pour François Legault, à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Aller visiter une chambre de commerce pour lui, c’est un peu comme aller faire un tour dans un cégep pour Gabriel Nadeau-Dubois : ça met de bonne humeur.

François Legault était dans sa matière forte à jaser PIB et productivité devant un auditoire réceptif, avec ses ministres économiques. Clair, convaincu, confiant, de bonne humeur.

On lui reproche de ne pas parler d’éducation. Il est d’accord. Mais chaque fois qu’il veut parler de l’augmentation « historique » du salaire des profs, de maternelles 4 ans ou d’orthopédagogie, les médias en font fi. Dans les points de presse, c’est toujours des questions sur l’immigration, ou le troisième lien. Troisième lien, immigration. Immigration, troisième lien.

Vrai.

C’est pourtant bien lui qui dit, comme mercredi, qu’une augmentation des seuils d’immigration serait « un peu suicidaire » pour la « nation québécoise ». Et je ne reviens pas sur tout le reste.

C’est lui qui a nommé Jean Boulet. On est obligé de se demander comment ils parlent d’immigration entre eux, au plus haut niveau, quand le titulaire est aussi mal informé. Est-ce que c’est juste des faux chiffres et des histoires de peur ?

Ce sujet est trop important pour l’avenir du Québec pour être traité avec autant d’incompétence. Si, comme prévu, la CAQ forme le prochain gouvernement, surtout, ne « continuons » pas ça.

Source: La peur de l’étranger

Legault says accepting more than 50,000 immigrants in Quebec per year would be ‘a bit suicidal’

Unlikely to have any impact in the election but another in a series of dog whistle politics, unlike the immigration minister who states his positions clearly (before having to apologize and retract – see Le Devoir article following this one for the factual analysis. You would of course like to think that a minister responsible for immigration would have the basic facts right):
The Coalition Avenir Québec is once again coming under fire for comments about immigration, including party leader François Legault saying that welcoming more than 50,000 immigrants per year would be “a bit suicidal.” Legault made that statement on Monday at the Montreal Chamber of Commerce while alluding to the need to protect the French language. Although his words drew criticism from his opponents, Legault also reprimanded one of his ministers on Monday for making his own controversial remarks about immigration. During a local debate on Radio-Canada last week, Jean Boulet — who serves as both the province’s labour and immigration minister —  said “80 per cent of immigrants go to Montreal, don’t work, don’t speak French or don’t adhere to the values of Quebec society.” Boulet then touted his party’s efforts to better welcome newcomers and get them speaking French. Shortly after Radio-Canada reached out to Boulet’s team today, he issued an apology on Twitter, saying he misspoke and the statement about immigrants not working and not speaking French “does not reflect what I think.” “I am sorry for having poorly expressed my thoughts,” said Boulet, who is seeking re-election in the Trois-Rivières riding. “We must continue to focus on the reception … and integration of immigrants, who are a source of wealth for Quebec.” Despite the apology, his words appeared to have cost him his immigration portfolio, if the CAQ is re-elected. Legault described Boulet’s statement as “unacceptable.” He was also asked if Boulet could remain as immigration minister if the CAQ is re-elected. “Unfortunately, I don’t think so,” he told Radio-Canada, adding that it’s a “question of image, perception and trust.” The CAQ campaign has been marred by controversial comments on immigration. Three weeks ago, Legault apologized for citing the threat of “extremism” and “violence” as well as the need to preserve Quebec’s way of life as reasons to limit the number of immigrants to the province.
That same week, he said non-French speaking immigration, if not limited in number, could pose a threat to social cohesion in the province.

Opponents blast Legault’s party for ‘divisive’ message

Opponents of the CAQ blasted the comments made by Legault and Boulet. During a news conference on Monday, Gabriel Nadeau-Dubois, the co-spokesperson for Québec Solidaire said Legault’s comments about welcoming more than 50,000 newcomers per year were “hurtful” and “irresponsible.” Reporters also played him audio of Boulet’s comments. Nadeau-Dubois accused Legault of setting the tone within his party when it came to talking about immigration. “Since the beginning of the campaign, what Mr. Legault has done is send the signal that when you talk about immigration, you talk about it in a negative way, a divisive way,” he said.
When Mr. Legault sets the tone like that and says that immigration is dangerous for Quebec, it’s not only hurting people, it’s, I think, deeply not representative of what Quebecers actually think.” During her own news conference, Liberal Leader Dominique Anglade described Boulet’s comments as “mind-boggling.” “It’s dividing Quebecers. It’s dividing the population,” she said. Anglade called on Quebecers to put an end to the CAQ’s “politics of division.” “There are two options on the table. There’s this one option where we’ve already hit a wall and we keep dividing Quebecers…. And there’s another route: the route of the Liberal party where we say we need to unite.” She also said Legault’s reference to suicide showed a “flagrant lack of empathy.”
Source: Legault says accepting more than 50,000 immigrants in Quebec per year would be ‘a bit suicidal’
« 80 % des immigrants s’en vont à Montréal, ne travaillent pas, ne parlent pas français ou n’adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise. La clé, c’est la régionalisation et la francisation. » Cette citation du ministre sortant de l’Immigration, Jean Boulet, a lancé un pavé dans la mare des débats sur l’immigration au Québec. Qu’en est-il réellement ? Vérification en trois graphiques. La part de nouveaux arrivants qui s’installent à Montréal décline au Québec depuis 2018. Pas plus de 70 % d’entre eux préféraient la métropole l’an dernier, selon l’Institut de la statistique du Québec. Par contre, si l’on entend par « Montréal », « Montréal et ses banlieues », Jean Boulet n’a pas tort. Année après année, plus de 80 % des Néo-Québécois s’établissent soit sur l’île de Montréal, soit à Laval ou en Montérégie. Au-delà de la dichotomie entre Montréal et les régions, notons que la ville de Québec attire de plus en plus d’immigrants depuis quelques années, passant de 5 % en 2018 à 8 % en 2021. Ces données ne concernent que les « destinations projetées » des candidats admis à l’immigration. Leur destination finale peut donc différer, et leur destination déclarée ne signifie pas qu’ils y resteront toute leur vie. La « francisation » Les nouveaux arrivants ne parlent-ils pas français ? En effet, il y a quatre ou cinq ans, la moitié d’entre eux ne possédaient aucune connaissance du français. La part d’immigrants qui ne pouvait s’exprimer qu’en anglais dépassait alors la proportion de ceux qui ne pouvaient s’exprimer qu’en français. Depuis, la tendance s’est inversée, et c’est plutôt le bilinguisme qui domine sur la langue des nouveaux Québécois. Nous pouvons même parler de multilinguisme, car environ 70 % des nouveaux arrivants possèdent une langue maternelle qui n’est ni le français ni l’anglais. Statistique Canada recense environ 150 langues maternelles différentes parlées dans les chaumières du Québec. Au boulot Les immigrants sont-ils majoritairement sans emploi ? Il est vrai que les Néo-Québécois, surtout ceux qui viennent tout juste d’arriver, peinent davantage à trouver de l’emploi. L’écart entre le taux de chômage de Québécois nés ici et ceux nés ailleurs s’explique surtout par la difficulté à faire reconnaître les compétences, observait une récente étude du Comité consultatif personnes immigrantes. Même s’il est en baisse, le taux de chômage des immigrants n’a pas retrouvé les seuils d’avant la pandémie. Cependant, la statistique inverse, le taux d’emploi, démontre que les nouveaux arrivants veulent travailler plus que jamais. En 2021, le nombre de personnes immigrantes en emploi au Québec s’élevait à 818 700, un sommet depuis 2006, soit la première année où ces données ont été compilées. Cette croissance s’observe autant chez les personnes immigrantes arrivées au pays récemment que chez celles établies de longue date. Le Québec a même rattrapé l’Ontario en matière d’emploi chez les immigrants dans la force de l’âge. Près de 82 % des Néo-Québécois entre 25 et 54 ans sont occupés par le boulot, comparativement à 81 % dans la province voisine, selon le dernier rapport de l’Institut du Québec.
Source: Les propos de Jean Boulet à l’épreuve des faits

Le Devoir editorial: Impasse fédérale en immigration

Of interest, Le Devoir’s take on the positions of Quebec parties on immigration, ending with the understandable (and traditional) concern that Quebec will have less demographic weight in Canada given its more restrictive policies.

While the Liberal government has embraced increasing immigration, rightly or wrongly there is a general consensus among the major federal parties and provinces other than Quebec in favour of increased immigration:

Pour la plus grande partie de la campagne électorale, le débat sur l’immigration s’est limité à une affaire de seuils dans l’accueil des nouveaux arrivants. Les propos malencontreux du chef caquiste, François Legault, qui a présenté l’immigration comme une menace à la paix sociale, avant de s’excuser, ont inutilement teinté les discussions.

Pour le premier ministre sortant, il aurait été si simple de s’élever au-dessus de la mêlée et de rappeler, sans sacrifier la protection de la nation québécoise, que le Québec est une terre d’accueil riche de sa diversité et de ses métissages culturels. Ses maladresses font en sorte que les positions raisonnées et les réalisations de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière d’immigration attirent la suspicion.

La CAQ propose entre autres d’accueillir 50 000 immigrants par année et d’exiger qu’une plus grande proportion de ceux-ci parlent déjà le français à leur arrivée. M. Legault en fait une condition essentielle pour assurer l’avenir du français au Québec, car il y a des limites à la vélocité de l’intégration des immigrants au tissu et à la culture francophones. Son gouvernement a doublé les budgets alloués à la francisation pour les faire passer à 168 millions de dollars par année, une excellente initiative qui souffre des inégalités dans la qualité et l’accessibilité de la formation. L’État québécois ne sait même pas combien d’entreprises participent aux cours de francisation. Les incohérences sont nombreuses, comme en témoigne le cas récent du programme de francisation exemplaire de Peerless, dont le financement a été retiré, puis reconduit à la suite d’un reportage du Devoir.

Il est à souhaiter que la création de Francisation Québec puisse servir à améliorer le bilan. Le Québec peut et doit faire mieux en matière d’intégration et de francisation si nous souhaitons aborder le débat sur l’immigration au-delà de l’insécurité linguistique.

Le Parti québécois (PQ) envisage aussi les seuils d’immigration à l’enseigne de la pérennité du fait français. Son chef, Paul St-Pierre Plamondonramène la cible à 35 000 immigrants par année et exige une connaissance du français de tous les immigrants économiques avant leur arrivée. Il est le seul, avec François Legault, à lier immigration et pérennité du français sans passer par le raccourci illusoire de la pénurie de main-d’oeuvre.

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) rejoint le PQ sur les affres du multiculturalisme, mais il le dépasse par la droite en proposant de sélectionner les immigrants en fonction d’une « compatibilité civilisationnelle » (adhésion aux valeurs occidentales et capacité d’intégration). Cette nostalgie pour une cohésion sociale fantasmée est enrobée dans un épouvantable déterminisme qui fait fi des capacités d’intégration et d’adaptation de l’être humain.

À l’autre extrémité du spectre, Québec solidaire(QS) fixe la cible maximale à 80 000 immigrants par année, sans trop s’inquiéter des conséquences. Le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a l’heureuse idée de proposer une bonification additionnelle des budgets de francisation (à 230 millions par année) et de vouloir faire découvrir la culture québécoise aux nouveaux arrivants par un « billet culture » de 200 $ par année. La mesure peut sembler anodine, mais elle a le mérite d’offrir une main tendue.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) mise sur son habituelle approche débonnaire en matière d’immigration, dans le prolongement de son positionnement historique en faveur des droits des minorités. Dominique Anglade ne souffre d’aucune insécurité linguistique. Son invitation à « arrêter de diviser » et de présenter l’immigration comme « un problème et une menace » est apaisante en comparaison des amalgames douteux de M. Legault. Elle fait toutefois l’impasse sur les solutions nécessaires pour faciliter le transfert linguistique des nouveaux arrivants vers le français. Elle évoque sans trop de conviction la francisation et la régionalisation de l’immigration, qu’elle présente comme une solution à la pénurie de main-d’oeuvre (tout comme Québec solidaire). Cette relation de causalité entre immigration et emploi ne fait pas l’unanimité.

À force de traiter de la question de l’immigration à partir des capacités d’accueil du Québec, nous avons tendance à oublier que le réel problème se situe à Ottawa, où loge un premier ministre postnational qui embrasse un projet de croissance démographique basé sur l’apport migratoire. Les libéraux de Justin Trudeau ne respectent pas l’entente Canada-Québec sur l’immigration. Le processus migratoire fédéral désavantage les francophones, notamment chez les étudiants étrangers. Toutes les actions du fédéral en matière d’immigration nous portent à conclure qu’il ne se soucie pas du déclin du poids démographique des francophones au Québec et au Canada.

Le rapatriement des pleins pouvoirs en immigration est la mesure qui compte le plus, mais aucune des formations ne sera en position de réussir ce tour de force. Tel est notre véritable drame en matière d’immigration.

Source: Impasse fédérale en immigration

 

Quebec election: Immigration becomes political fodder as parties spar over ‘capacity’

More takes on the Quebec immigration election debates. Appears, however, that immigration has receded somewhat as a focus of the campaign. But the hope of the Conseil du patronat for discussions “in a calm, factual and rational way” is likely a stretch:

The head of a major employers’ group in Quebec says an election campaign is not the time to have a serious discussion about immigration.

Campaign slogans and political messages aren’t suited for rational conversations about how newcomers contribute positively to the economy, Karl Blackburn, president and CEO of the Conseil du patronat du Québec, said in a recent interview.

“And we are very much aware that these are sensitive issues, particularly around language,” Blackburn said.

But three weeks in, party leaders have not shied away from putting immigration front and centre in the Quebec campaign. The debate has so far been su

Blackburn, meanwhile, says Quebec has the capacity — and desperately needs — to accept up to 100,000 immigrants a year in order to address labour shortages that are negatively affecting the quality, price and availability of goods and services across Quebec. That number is a non-starter for Legault, whose party has a commanding lead in the polls and who wants to keep the level of immigrants at 50,000 per year — the maximum, he says, that Quebec can integrate properly and teach French.

Political scientists and economists, however, say there isn’t any research that offers definitive answers to the question of how many immigrants a society — including Quebec — can welcome.

For Pierre Fortin, professor emeritus of economics at Université du Québec à Montréal, Blackburn’s number is “wacky” and would bring “administrative chaos” to society. Increasing immigration levels to more than 80,000 a year, he said, risks creating “xenophobia and racism” toward immigrants and pushing voters into the arms of people who would drastically cut the number of newcomers to the province.

But Mireille Paquet, political science professor at Concordia University, strongly challenged that theory, adding that the research is inconclusive.

“What we know for sure,” she said, “is that what causes the backlash (against immigrants) is not, per se, the number of immigrants but feelings of insecurity in the non-immigrant population, and that feeling can be brought up by public policies, such as cutting social services … it’s something politicians can address,” she said in a recent interview.

Paquet said the idea that there is a limited “capacity to integrate” is often touted by restrictionists and people on the right as a reason to curtail immigration. The debate, she said, should not be around the rate of arrival or the number of annual immigrants, but on what the government is going to do to ease feelings of insecurity in the local population.

“It also depends on what is our expectation of integration,” she said. “What is good integration? That has changed over time, and that will continue to change.”

The debate over immigration during the election campaign has also focused on whether more newcomers would help solve the labour shortages plaguing the province. 

Parti Québécois Leader Paul St-Pierre Plamondon says it won’t, and he is promising to cut immigration to 35,000 a year and only accept people who already speak French. The Liberals’ number is 70,000 newcomers a year, and Québec solidaire says it wants to accept up to 80,000 immigrants a year in order to have enough people to help build its ambitious climate change projects.

Fortin is adamant that immigrants do not address labour shortages but could even exacerbate them. Even if a company solves its labour problems by hiring foreigners, he said, those newcomers will be looking to spend money, consume services and products, seek health care, and enrol their children in school.

That extra spending creates demand and requires more production from Quebec companies, Fortin said. “You solve a shortage in one area and it reappears in another.”

His solution, however, is not politically palatable — especially during an election campaign. The only way to solve labour shortages, he said, is to increase unemployment.

Blackburn, for his part, is calling on whichever party wins on Oct. 3 to convene a forum with stakeholders to discuss — in a calm, factual and rational way — the best way to address the labour shortages that he says are causing billions in dollars of losses to companies across the province.

“We should not see immigrants as consumers of public services,” Blackburn said. “They are here to contribute to the economic vitality of Quebec.”

Source: Quebec election: Immigration becomes political fodder as parties spar over ‘capacity’

Non-Francophone immigration a threat to ‘tightly woven’ Quebec cohesion: Legault

Not a dog-whistle, a megaphone, but unlikely to change the results:

Non-Francophone immigration is a threat to cohesion in Quebec, incumbent premier François Legault said Sunday.

The leader of the Coalition Avenir Québec (CAQ) party had just delivered a speech to a few hundred supporters at the Le Dauphin hotel in Drummondville.

He addressed the importance of protecting the cohesion of the “tightly woven” Quebec nation, at the heart of which “there is our language, French.”

“Sometimes, this cohesion is shaken,” he said.

“The premier of Quebec, the only head of state in North America who represents a majority of Francophones, has a duty to stop the decline of French in Quebec,” he continued.

Asked in a press scrum who represented a threat to national cohesion, Legault pointed to the parties “who want to welcome 70,000, 80,000 newcomers a year.”

“It’s like math. If we want to stop the decline, for a certain period of time, we have to better integrate newcomers into French.”

François Legault’s CAQ has a goal of welcoming 50,000 immigrants annually, 80 per cent of whom would speak French upon arrival.

The Parti Québécois (PQ) would lower those thresholds to 35,000, while the Quebec Liberal Party would keep them at 70,000 and Quebec solidaire (QS) would raise them to 80,000.

Last Wednesday, Legault created a controversy when he spoke of Quebec values such as pacifism and respect, and equated immigration with violence and extremism.

He later said he was sorry if his remarks were confusing.

‘CLUMSY AND HURTFUL’

Quebec solidaire spokesperson Gabriel Nadeau-Dubois called Legault’s words on immigration “clumsy” and “hurtful” on Sunday.

“I’m tired of François Legault always talking about immigration as a problem, as a threat, as something that weakens us as a nation,” he said.

His remarks were also criticized by Liberal leader Dominique Anglade.

“The Ukrainians who flee the bombs, the Italians, the Greeks, the Mexicans, the Portuguese, the Vietnamese, (…) is it a threat to our nation?” she questioned.

“It is your speech François Legault that threatens social cohesion,” she said.

PQ leader Paul St-Pierre Plamondon also criticized Legault for making “divisive statements” that were “not very responsible.”

“When we talk about threats, fear, we will play in an emotional register to try to make people forget that the CAQ is complicit and largely responsible for the decline of French,” he accused.

“The record of François Legault is that he will have welcomed 120,000 immigrants who do not speak French in his mandate,” St-Pierre Plamondon added.

RELIGIOUS SYMBOLS

On Sunday, Legault disagreed with the incumbent MNA for Sherbrooke, Christine Labrie, who said that banning the veil was a form of oppression.

QS promises to end the ban on religious symbols for government employees in positions of authority, such as teachers.

“We should, if we talk about teachers, think about children,” replied François Legault. “I think that a six-year-old girl who has a teacher with a religious sign has the right to a certain neutrality.”

“If you look at it from the point of view of the person who gives the service, well, it is a constraint, but if you look at it from the point of view of the person who receives the service, I think that in Quebec, we are a secular society,” he continued.

“I find it unfortunate that QS wants to question this, like the Liberal party.”

Source: Non-Francophone immigration a threat to ‘tightly woven’ Quebec cohesion: Legault

Legault prêt à marchander avec Ottawa au sujet de l’immigration

Possibility of discussion compared to some of his earlier positions:

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est prêt à renoncer à sa demande de posséder les « pleins pouvoirs en immigration » si le gouvernement fédéral s’engage à sélectionner davantage de personnes maîtrisant la langue française.

M. Legault donne désormais le choix à Ottawa « soit de nous donner les pouvoirs [de sélection des immigrants économiques qui lui restent], c’est ce qu’on préfère, soit d’être plus exigeant sur la connaissance du français ».

En effet, il pourrait se satisfaire d’un engagement de la part du gouvernement fédéral à retenir une plus grande proportion de candidats à l’immigration québécoise qui connaissent le français parmi ceux qui sont inscrits à son programme de regroupement familial ou encore à son programme de travailleurs étrangers temporaires.

La CAQ propose d’accueillir un maximum de 50 000 immigrants par année, dont un maximum de 10 000 immigrants non francophones, à défaut de quoi le Québec se heurterait à des difficultés d’intégration. « 80 % [de francophones], c’est un bel objectif », a fait remarquer M. Legault lors d’un nouvel arrêt de son autobus de campagne à Drummondville, dimanche.

Cohésion nationale

Autrement, la « cohésion nationale » pourrait s’effilocher, selon lui. « On a un devoir de protéger cette cohésion nationale. Puis, au coeur de cette cohésion, de cette nation, il y a notre langue, le français. Puis, le premier ministre du Québec, qui est le seul chef d’État en Amérique du Nord qui représente une majorité de francophones, a un devoir : arrêter ce déclin du français au Québec », a soutenu le chef caquiste devant des dizaines de sympathisants rassemblés à Drummondville dimanche après-midi.

Plus tard, M. Legault a laissé entendre que les cibles d’immigration préconisées par Québec solidaire (entre 60 000 et 80 000 immigrants par année) et le Parti libéral du Québec (70 000 immigrants par année) mineraient la « cohésion » de la nation québécoise si elles étaient suivies. « C’est sûr que les partis qui veulent aller à 70 000 ou 80 000, par année, de nouveaux arrivants, c’est comme mathématique… Si on veut arrêter le déclin pendant un certain temps, il faut mieux intégrer les nouveaux arrivants au français », a-t-il affirmé dans une mêlée de presse. « C’est important pour garder cette cohésion nationale de défendre le français », a-t-il aussi dit, parlant même d’« urgence ». « Il y a des clans, il y a des camps, il y a des factions, pas juste au Québec. On voit ça aux États-Unis. On voit ça en France. Et, il faut toujours être prudent de garder cette cohésion de notre nation. »

Dans sa plateforme électorale, la CAQ dit vouloir poursuivre la « grande relance linguistique » amorcée par l’adoption de la Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français (PL 96) au printemps dernier.

Pour y arriver, le parti politique de François Legault réclame les « pleins pouvoirs en immigration », ce à quoi le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a opposé une fin de non-recevoir.

Il compte aussi « entreprendre une révision en profondeur de l’ensemble des programmes d’enseignement du français » aux jeunes et aux Québécois d’expression anglaise, en plus de favoriser la création de « séries stimulantes, 100 % en français, bien ancrées dans la réalité québécoise, et ce, dans un environnement sécuritaire, sans publicité ».

Aux commandes de l’État québécois depuis près de quatre ans, François Legault dit avoir « le goût de continuer de servir le Québec, au meilleur de [ses] capacités ». « Je ne suis pas parfait, on commence à le savoir ! Je fais des erreurs. Parfois, je réponds à des questions auxquelles je ne devrais pas répondre », a-t-il mentionné, dans un clin d’oeil aux propos qu’il a tenus la semaine dernière sur les risques posés par une immigration soutenue sur les valeurs québécoises de « laïcité » et de « pacifisme ». « Quand je fais des erreurs, je les corrige », a-t-il poursuivi.

Source: Legault prêt à marchander avec Ottawa au sujet de l’immigration

André Pratte: Quebec political parties are competing for the worst immigration policy

Pratte captures well the conundrum facing Quebec – increase immigration to match the rest of Canada and maintain its current demographic and political weight, or continue its relative population decline in relation to other provinces and thus face future questioning of its share of MPs.
That being said, governments in the rest of Canada would benefit from greater questioning of the demographic arguments (weak) justifying increased immigration levels:
Week 2 of the Quebec election campaign was dominated by the immigration issue: how many newcomers should the province welcome each year? Premier François Legault’s answer was telling: his models are Switzerland and the Scandinavian states, which he described as “extraordinarily wealthy, dynamic countries.” The problem is that if it excessively limits immigration, Quebec risks becoming a small, relatively poor nation.
Throughout Quebec’s history, immigration has been a sensitive topic. Before 1960, foreigners were seen as a threat to the province’s Catholicism. Since the Quiet Revolution, Quebecers have been concerned about the French language’s future. The latest census data released by Statistics Canada in August appear to confirm that because a significant number of immigrants to Quebec adopt English as their second language, the proportion of French speakers in the province is slowly decreasing.

Source: André Pratte: Quebec political parties are competing for the worst immigration policy

Lien entre immigration et valeurs: Legault admet avoir manqué de prudence

Of note. An innocent gaffe or one that reveals his thinking?

Le chef caquiste, François Legault, a reconnu jeudi qu’il a manqué de prudence en faisant le lien entre l’immigration et les valeurs québécoises, au lendemain d’une déclaration qui a semé la controverse.

Lors d’un point de presse, M. Legault est revenu sur ses propos de la veille, qui ont plongé sa campagne dans l’embarras.

« Je ne suis pas parfait, a-t-il concédé. Tous les États dans le monde ont un défi d’intégration aux valeurs du pays ou de l’État qui reçoit. Maintenant, il ne faut pas nommer quelles valeurs parce que ça pourrait créer un amalgame. Effectivement, je n’aurais pas dû nommer de valeurs. »

Mercredi, François Legault avait justifié la décision de son parti de maintenir le nombre d’immigrants reçus à 50 000 personnes en faisant valoir que les défis posés par l’intégration pourraient compromettre certaines valeurs québécoises.

Il avait notamment mentionné le pacifisme et la laïcité, ajoutant que les Québécois n’aiment pas la violence ni l’extrémisme. Ces paroles ont été dénoncées par ses adversaires, qui y ont vu un dérapage et un amalgame dangereux.

Sujet délicat

Jeudi, M. Legault a affirmé qu’il aurait dû limiter son propos aux défis que pose l’intégration des immigrants en ce qui concerne la langue française.

« J’ai répondu aux questions sur les valeurs alors que c’est un sujet délicat que je devrais éviter, a-t-il dit. Mais quand on parle de langue, je pense que c’est une question fondamentale pour l’avenir de la nation québécoise. »

Dès le début de son point de presse, M. Legault a abordé la controverse soulevée par ses propos, qui l’ont forcé à se rétracter en fin de journée mercredi.

« Je n’ai jamais voulu associer l’immigration et la violence, a-t-il dit. Maintenant, ce que j’ai voulu dire, c’est que tous les États dans le monde ont un défi d’intégrer les nouveaux arrivants à leurs valeurs et à leur langue. Mais au Québec, c’est un défi particulier à cause de la situation de la langue en Amérique du Nord. C’est tout ce que j’ai voulu dire. »

Anglade rejette les excuses

La cheffe libérale, Dominique Anglade, a rejeté jeudi les excuses de M. Legault, qu’elle a accusé de perpétuer des préjugés. Elle a fait référence aux propos du chef caquiste au printemps, quand il a réclamé de nouveaux pouvoirs en immigration pour éviter au Québec d’être la prochaine « Louisiane ».

« Je ne le crois pas parce que c’est lui-même qui nous a entretenus de la question de la Louisiane et des enjeux de l’immigration, que c’était un problème, qu’il faut faire attention, a-t-elle dit. C’est lui qui entretient ça, et là, ce qu’on voit, c’est la véritable face de François Legault. »

Mettant en avant les valeurs d’inclusion et d’ouverture du Parti libéral du Québec, Mme Anglade a maintenu que M. Legault avait fait le lien entre l’immigration et la violence.

« François Legault a livré le fond de sa pensée, a-t-elle soutenu. L’autre, celui qui n’est pas comme nous, il peut être dangereux. Ça, ça continue à alimenter les préjugés. On n’a pas besoin de ça au Québec. »

Après avoir fait de l’économie l’enjeu principal de ces élections, Mme Anglade a affirmé que le scrutin se jouera aussi sur les questions de division ou d’inclusion.

« Nous, on a des valeurs d’inclusion, on a des valeurs de véritable développement économique moderne », a-t-elle dit.

Excuses publiques

Même si François Legault a corrigé le tir mercredi sur le réseau social Twitter en disant ne pas avoir « voulu associer l’immigration à la violence », le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois estime qu’il doit « s’excuser publiquement ». Le chef caquiste doit « répondre aux questions », a-t-il ajouté.

Ce sont « des déclarations qui alimentent les préjugés et détériorent le climat social », a-t-il souligné, en marge d’une annonce en habitation. M. Nadeau-Dubois a appelé le chef de la Coalition avenir Québec à considérer les immigrants comme des « êtres humains en chair et en os » et non comme des chiffres et des statistiques.

De son côté, le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, a voulu se placer au-dessus de la mêlée.

« Dans l’ensemble, c’étaient vraisemblablement des propos inappropriés, a-t-il dit. Mais il s’est excusé. Donc, j’en prends acte. J’invite tout le monde à mener une campagne axée sur l’avenir, mais qui a le potentiel de rassembler. »

Source: Lien entre immigration et valeurs: Legault admet avoir manqué de prudence

David: Les pommes québécoises et les oranges suisses [immigration], Yakabuski: In Quebec, immigration takes centre stage again on the campaign trail

More on Quebec election immigration debates, starting with Michel Davidd:

François Legault a cette fâcheuse habitude de prendre des raccourcis intellectuels qui déforment la réalité à sa convenance, comme il le fait presque quotidiennement dans le dossier du troisième lien.

Pour justifier sa décision de limiter le nombre d’immigrants à 50 000 par année alors que le gouvernement Trudeau prévoit en accueillir jusqu’à 450 000 pour l’ensemble du Canada, le chef de la CAQ a fait valoir les avantages des petits pays comme la Suisse et les États scandinaves.

Personne ne doute de leur extraordinaire réussite dans une multitude de domaines où une population plus nombreuse peut compliquer les choses. Il est clair que la taille n’est aucunement un gage de richesse ou de qualité de vie.

M. Legault sait cependant très bien qu’il compare des pommes et des oranges quand il établit un parallèle entre des États qui détiennent tous les attributs de la souveraineté et une simple province dont les pouvoirs sont limités, notamment en matière d’immigration. Que leur voisin allemand ouvre les vannes de l’immigration n’empêche en rien la Suisse ou le Danemark de fixer leurs propres règles sans provoquer chez eux un quelconque déséquilibre démographique ou politique.

Il va de soi qu’une explosion du nombre d’immigrants au Canada anglais, alors que le Québec choisit de le limiter, ne peut qu’affaiblir son poids au sein de la fédération et rendre encore plus difficile sa capacité d’affirmer sa différence.

Et suivre le mouvement canadien, ce qui imposerait au Québec d’accueillir 100 000 immigrants par année, compromettrait encore plus sûrement son caractère français, dont les chiffres du dernier recensement ont encore démontré la fragilité.
* * * * * 
Même dans un État souverain, la capacité d’intégration des nouveaux arrivants a ses limites. En avril dernier, la première ministre suédoise, Magdalena Andersson, déclarait que son pays « n’avait pas réussi à intégrer les nombreux immigrés qu’il a accueillis au cours des deux dernières décennies, ce qui a donné naissance à des sociétés parallèles et à la violence des gangs ».

Issue du Parti social-démocrate, Mme Andersson n’est pourtant pas une politicienne de droite adepte de la théorie complotiste du « grand remplacement ». La Suède s’est montrée très généreuse — peut-être trop — lors de la crise migratoire de 2015, en étant le pays européen à accueillir le plus grand nombre de migrants par habitant. « Nous allons devoir revoir nos vérités antérieures et prendre des décisions difficiles », a relevé la première ministre.

Le Québec n’est évidemment pas seul à tenter de concilier le désir de préserver son identité et la nécessité de répondre aux besoins du marché du travail. Au
Danemark, également dirigé par une première ministre sociale-démocrate, Mette Frederiksen, une politique migratoire très restrictive se traduit par un taux de chômage très bas et un manque criant de main-d’oeuvre.
* * * * * 
S’il est difficile pour un État souverain de trouver le juste équilibre, cela devient pratiquement impossible pour le gouvernement qui ne dispose pas de tous les éléments pour résoudre l’équation.

Il y a quelque chose de surréaliste dans le débat sur les seuils d’immigration auquel la présente campagne électorale donne lieu. Chaque parti semble tirer un chiffre de son chapeau, bien qu’il n’ait aucun pouvoir sur la sélection de la moitié de ceux qu’il compte accueillir et ne soit pas en mesure d’évaluer la capacité d’intégration de la société québécoise.

Au-delà de la « compatibilité civilisationnelle » évoquée par le Parti conservateur du Québec, il va de soi qu’un plus grand nombre de personnes exige plus de logements, de places en garderie, de travailleurs de la santé, d’enseignants, etc. Ce qui exige précisément de disposer de tous les outils nécessaires.

Le rapatriement des pouvoirs en matière d’immigration est la seule réclamation commune aux cinq partis, qu’ils soient fédéralistes ou souverainistes. Mais le refus d’Ottawa demeure toujours aussi catégorique.

Jean Charest avait espéré que Stephen Harper fasse preuve d’ouverture. François Legault avait misé sans trop y croire sur Andrew Scheer, puis sur Erin O’Toole. S’il devient premier ministre, Éric Duhaime se fait fort de convaincre Pierre Poilievre et ses homologues conservateurs au Canada anglais. Cela demeure bien hypothétique, c’est le moins qu’on puisse dire.

De passage à la table éditoriale du Devoir, mardi, le chef conservateur a proposé une démarche commune de tous les partis représentés à l’Assemblée nationale, ce qui apparaît déjà plus plausible, sans toutefois offrir la moindre garantie de succès.

Depuis le début de la campagne, M. Legault n’a pas reparlé de la grande conversation nationale sur l’immigration qu’il avait évoquée au printemps dernier sans en préciser la forme, mais il faudra bien faire quelque chose. Si cet exercice pouvait simplement permettre de séparer les pommes et les oranges, ce serait déjà quelque chose.

Source: Les pommes québécoises et les oranges suisses

And from the Globe’s Yakabuski, a good overview:

It wouldn’t be an election campaign in Quebec without a debate about immigration.

Elsewhere in the country, elections come and go without much talk about immigration. A broad consensus exists on the topic across the political spectrum and political parties rarely, if ever, seek to differentiate themselves on the issue. That, it seems, is the Canadian way.

In Quebec, however, immigration has become a hot-button issue that features prominently in party platforms. The issue played a determining role in the 2018 campaign as the Coalition Avenir Québec’s signature promise to slash the number of newcomers the province accepts each year propelled it to victory over the Quebec Liberal Party. Under then-premier Philippe Couillard, the Liberals had set an annual target of 60,000 permanent residents; the CAQ, under François Legault, vowed to cut the number to 40,000. It crushed the Liberals.

Within a couple of years, though, the CAQ government increased its annual target for new permanent residents – to 50,000 – and oversaw an explosion in temporary foreign workers to help alleviate a severe labour shortage amid a clamouring for employees from the business sector. The somewhat ironic result is that Quebec has seen a greater influx of foreigners under the CAQ – to more than 93,000 in 2019 and 100,000 expected this year – than it ever did under the Liberals. Proof that there is a lot more than meets the eye on the immigration file.

The nuances get lost on the campaign trail, however, as the parties once again go at each other over immigration levels in advance of the Oct. 3 provincial election.

Mr. Legault maintains that the CAQ’s 50,000 cap on permanent residents represents the number of newcomers the province can integrate each year without threatening its French character. On Monday, he conceded that Quebec’s population is destined to continue to decline as a share of the Canadian population as Ottawa boosts national immigration targets to 450,000 permanent residents in 2024. But that is the price Quebec must pay to remain an island of French in North America.

Besides, small is beautiful. “Switzerland is an extraordinarily rich, and extraordinarily dynamic, small country,” Mr. Legault said. “Being big might be nice, but what’s important is having a [high] quality of life for the people who live in Quebec.”

But maintaining Quebeckers’ quality of life will become an increasing challenge as the province’s working-age population shrinks and the proportion of seniors rises to 24.8 per cent in 2030 from 20.3 per cent in 2021, according to the Quebec Finance Ministry’s own projections. With a population aging faster than the rest of the country outside Atlantic Canada, future economic growth will be severely handicapped.

That reality has not stopped the sovereigntist Parti Québécois from vowing to cut immigration levels further – to 35,000 permanent residents annually, or less than 8 per cent of the Canadian total – if it wins on Oct. 3. At that rate, Quebec’s share of Canada’s population (which now stands at 22.5 per cent) would likely plummet even more rapidly than it is forecast to fall under Statistics Canada’s most recent projections, which show it falling to 19.8 per cent by 2043.

To back up his plan, Parti Québécois leader Paul St-Pierre Plamondon has referred to a study produced this year for the Quebec Ministry of Immigration by economist Pierre Fortin that disputes the argument that higher immigration levels are needed to address labour shortages as “a big fallacy,” since an influx of newcomers creates demand in the economy that serves to exacerbate shortages for workers, housing and health care.

Prof. Fortin’s study is especially critical of Ottawa’s immigration targets, arguing they will lead to “bureaucratic congestion and confusion,” produce scarce economic benefits, and increase the “social risk of stoking xenophobia and encouraging a rejection of immigration.”

Under leader Dominique Anglade, the Liberals are proposing to boost the number of permanent residents Quebec accepts to 70,000 in 2023. It would determine immigration levels beyond that year in conjunction with the province’s 17 regions in a bid to get more newcomers to locate outside the greater Montreal area.

The far-left Québec Solidaire has adopted the most ambitious immigration targets of all the parties, promising to welcome up to 80,000 permanent residents to the province annually. That would still not be enough for Quebec’s population growth to keep pace with the rest of Canada, but the figure clearly sets QS apart as the most unabashedly pro-immigration party in this election campaign.

When the CAQ leader challenged QS co-spokesperson (and de facto leader) Gabriel Nadeau-Dubois to explain how his party would slow the decline of French in Quebec with such high immigration levels, he responded with a zinger: “The difference between Mr. Legault and me is that he points fingers and I open my arms.”

Source: Opinion: In Quebec, immigration takes centre stage again on the campaign trail