Urback: If Trudeau takes his own advice, he will take a stand against Quebec’s religious symbols ban: Robyn Urback

Valid test:

October 2018 was less than two years after a madman named Alexandre Bissonnette opened fire in a Quebec mosque, killing six people. And October 2018 was the same month a gunman walked into a Pittsburgh synagogue and opened fire, killing 11. By that time, reported hate crimes in Canada had reached an all-time high, with every other week bringing a new report about hateful vandalism appearing in public spaces.

October 2018 was also the last time Prime Minister Justin Trudeau weighed in at length on the plan by Quebec Premier FrançoisLegault to implement a ban on religious symbols worn by public servants — a xenophobic dog whistle, for those trained to hear the call.

Not unlike the proposed “values charter” tabled by the Parti Québécois under Pauline Marois, Legault’s religious symbols ban will prohibit teachers and other provincially employed “authority figures” from wearing symbols of faith on the job.

While its defenders point out that the ban will apply to Christians as much as Muslims, Sikhs and Jews — though the crucifix hanging in Quebec’s National Assembly will stay in place, for now — the message is clear in the context of Quebec’s enduring anxieties over immigration and diversity. A province obsessed with maintaining its language and culture is not drawing up legislation to rid the public sector of tiny crosses worn around teachers’ necks.

So back in October, Trudeau issued a warning. When asked about Legault’s threat to use the charter’s notwithstanding clause to implement the ban, Trudeau said: “It’s not something that should be done lightly, because to remove or avoid defending the fundamental rights of Canadians, I think it’s something with which you have to pay careful attention.”

Trudeau also said, ostensibly in reference to clothing such as hijabs, that the state should not “tell a woman what she can or cannot wear.”

It was tepid language for a nakedly bigoted proposal — strikingly so, especially when viewed through the lens of today, after the monstrous act of violence and hatred carried out in the city of Christchurch, New Zealand.

The attack on two mosques there last Friday, which left 50 people dead and dozens more injured, struck a nerve globally in a way the Quebec mosque shooting simply did not. Perhaps it was because of the scale of the violence, or in part because the massacre was live streamed on social media, but the Christchurch attack appears to have catalyzed action worldwide.

Here in Canada, the response was swift. The Liberals on the Commons justice and human rights committee, which had been investigating the SNC-Lavalin affair, shut down its inquiry and took up an investigation on how to stem hate crimes in Canada. Cabinet ministers started showing up at mosques to demonstrate their solidarity with the Muslim community. And the prime minister delivered an impassioned 17-minute speech in the House of Commons about the need to speak out against hatred and discrimination.

“The problem is not only that politicians routinely fail to denounce this hatred — it’s that, in too many cases, they actively court those who spread it,” Trudeau said at one point, taking a not-so-subtle shot at Conservative Leader Andrew Scheer.

“To politicians and leaders around the world: the dog whistle politics, the ease with which certain people choose to adopt extremist ideology — it has to stop.”

Trudeau went on:

“Politicians stand around, and we offer our condolences, and we say nice things in the aftermath. We say that we’ll do better. We say that never again will such hatred be allowed to fester unchallenged. And then, when the flames die down, and the smoke clears, we look the other way.”

Not looking the other way

Legault has signalled he will table his religious symbols ban sometime this spring. If passed, it will essentially allow the state to discriminate against job applicants because of what they wear for their faith. Vigilante enforcement is sure to follow, given that the province says it will grandfather in workers who already wear religious symbols, though the public will have no way of knowing whether a hijab-wearing teacher, for example, has been granted an exception, or if she is breaking the rules.

So here is an opportunity for Trudeau to put his preaching into practice. It’s easy to call out hatred when it is blatant: an anti-Muslim screed on an online message board or a swastika painted on the side of a building. It is also easy to insist we must speak out against bigotry and xenophobia as general concepts, from a nonspecific source.

It is much more difficult, however, to call out dog whistles and subtle efforts at division and prejudice. Especially in an election year. Especially when it comes from Quebec.

I hold little hope that Scheer is capable of doing so; based on recent appearancesand performances, it’s likely he would short-circuit, smile awkwardly and later insist that he didn’t hear the question. But Trudeau stood in the House of Commons earlier this week and specifically called on politicians to own their influence.

To repeat Trudeau’s words: “Politicians stand around, and we offer our condolences, and we say nice things in the aftermath. We say that we’ll do better. We say that never again will such hatred be allowed to fester unchallenged. And then, when the flames die down, and the smoke clears, we look the other way.”

The flames may die down and the smoke clear by the time Legault tables his legislation. Trudeau’s message that politicians should not allow hatred to fester unchallenged is a necessary one. Yet his anemic response when the topic came up in October was the moral equivalent of looking the other way. In the aftermath of the New Zealand massacre, we should hope that he finally takes his own advice.

Source: If Trudeau takes his own advice, he will take a stand against Quebec’s religious symbols ban: Robyn Urback

Québec évoque un nouvel accompagnement pour mieux intégrer les immigrants

While Quebec reduces the number of immigrants, it also invests in integration programs (reducing the gap between the federal government’s block grant to Quebec and Quebec’s actual expenditures):

Le Québec étant aux prises avec des pénuries de main-d’oeuvre à divers degrés dans plusieurs secteurs et régions, le budget du gouvernement Legault a évoqué jeudi un nouveau « parcours d’accompagnement personnalisé » pour les immigrants de même que des moyens supplémentaires annuels de 146 millions au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion. Les détails du parcours seront annoncés plus tard.

Les sommes destinées à l’immigrationreprésentent une hausse de 42 % du budget du ministère, a fait remarquer le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ). Il s’agit ni plus ni moins que d’une « bouffée d’air frais », a déclaré son président, Richard Perron. Sur cinq ans, les nouvelles sommes totalisent 730 millions.

Les efforts visant une meilleure intégration au marché du travail incluront notamment une amélioration des services à la francisation, a indiqué le ministre des Finances, Eric Girard. Mais dans l’ensemble, les nouvelles façons de faire de Québec toucheront plusieurs aspects de l’intégration des nouveaux arrivants, notamment la planification, la prospection, le recrutement international et la sélection. Le budget mentionne également un soutien aux collectivités qui accueillent des immigrants et aux entreprises.

Le gouvernement Legault a confirmé en décembre 2018 qu’il comptait réduire de 53 000 à 40 000 le seuil annuel d’immigration, ce qui avait déçu le milieu des affaires, notamment le Conseil du patronat, qui décrit ces travailleurs comme un bassin « essentiel » pour combler les besoins de main-d’oeuvre de la prochaine décennie.

Le Québec est « ouvert aux immigrants », a dit M. Girard dans son discours, ajoutant que « cette immigration doit cependant répondre aux besoins de main-d’oeuvre existants dans toutes les régions du Québec ».

Source: Québec évoque un nouvel accompagnement pour mieux intégrer les immigrants

Quebec’s plan to reduce immigration levels is ‘misguided,’ won’t help newcomers: study

More on Quebec immigration levels debate:

A Quebec think tank says the province’s plan to cut immigration levels is misguided and will not accomplish its intended goal of better integrating newcomers.

The Institut de recherche et d’informations socio-economiques published a study Wednesday concluding from publicly available data that immigrants are faring better in Quebec than the government claims.

Researcher Julia Posca said the employment rate among immigrants in Quebec has risen steadily to 79 per cent last year from about 70 per cent in 2009. She said almost 60 per cent of immigrants who arrive in Quebec are fluent in French or are bilingual.

“Based on those facts, you can say the integration of immigrants is going well, and there is no empirical evidence that tells us that if we lower the levels of immigrants that integration will be better,” Posca said in an interview.

Given the data, the proposed law is built on perceptions and prejudices about immigrants, Posca said: “The new policy of the government seems to be misguided.”

The institute said it is in favour of maintaining the province’s annual immigration level at 50,000, basing its argument on demographic and economic factors, given the province’s aging population and a shortage of workers.

The government plans to reduce immigration to about 40,000 people this year, with Premier Francois Legault telling reporters Wednesday in Quebec City the changes are necessary to respond to the needs of the workforce and to ensure new arrivals are comfortable functioning in French.

Quebec Immigration Minister Simon Jolin-Barrette tabled Bill 9 in February, proposing to overhaul the system for selecting newcomers to the province. The government says the legislation is aimed at better matching applicants to the needs of the labour market and ensuring immigrants speak French and respect Quebec values.

But it has been widely criticized since it was introduced. A recent court ruling forced the government to resume processing outstanding immigration applications that it had scrapped.

A spokesman for Jolin-Barrette said in a statement Wednesday the Coalition Avenir Quebec government was elected last October with a mandate to reform the immigration system. He said the employment rate for newcomers remains a problem.

While the 79 per cent employment rate for immigrants still lags behind that of Quebecers born in Canada — 87 per cent –Posca said part of the difference is attributable to how the province recognizes newcomers’ work and education experience, as well as discrimination.

“These are real issues that immigrants face and that impedes their full integration and the bill doesn’t propose anything to counter those problems,” she said.

Source: Quebec’s plan to reduce immigration levels is ‘misguided,’ won’t help newcomers: study

Hearings on Quebec’s immigration bill stall as politicians hurl mud

Sigh. Should be possible to have agreement on witnesses with a range of views:

The province’s largest employer group says the government has bungled its immigration reform by failing to manage the thousands of applicants already in the hopper who hope to live and work in Quebec.

Without overtly criticizing the government for deciding to shred the files of 18,000 immigration applicants, the normally cautious Conseil du patronat du Québec said Thursday it “deplored” the lack of a transition plan to help people left on the sidelines in Quebec’s zeal to reform the system.

As it is, the Coalition Avenir Québec government has created a climate of uncertainty at a time when the province desperately needs workers and there are 118,000 employment vacancies.

Rather than being seen as an opportunity, the reforms are seen as a threat, the Conseil said in a brief presented to a committee of the legislature studying the CAQ’s immigration reform legislation, Bill 9.

“This undermines Quebec’s credibility on the international stage and reinforces cynicism towards our immigration system,” the Conseil said in its brief.

“The impact for employers has been major,” Conseil president Yves-Thomas Dorval told the committee later. “In reality, we need lots of people.”

Asked by an opposition party MNA if Quebec should have held off on plans to shred the files, Dorval was curt: “Ask the government that question.”

The Conseil’s blast was the least of Immigration, Diversity and Inclusiveness Minister Simon Jolin-Barrette’s troubles Thursday, as hearings into the bill — required by law — almost didn’t get off the ground.

In fact, the committee room was vacant for most of the day as an epic procedural battle — including choice mudslinging — unfolded between the CAQ and the opposition Liberals.

At issue officially was the list of people to be heard by the committee, but the background theme was pent-up mistrust between the two parties that resulted in the legislature being paralyzed for several hours.

Jolin-Barrette lashed out at the same time as saying the government is not trying to muzzle the ample opposition to the bill, which will be before the courts Friday as immigration lawyers seek an injunction to block it.

“The Liberals do not seem to have understood the message sent by the population: put an end to your arrogant ways,” Jolin-Barrette told reporters. “Quebecers sent them to the opposition benches to reflect, so it’s time they sat there and started reflecting.

“They refuse to put a bit of water in their wine to ensure the legislature works.”

Not so fast, responded Liberal interim leader Pierre Arcand, accusing the government of wanting to rig the sessions to avoid hearing from people opposed to the bill.

“We are now embarking into a judicial imbroglio (on the immigration issue), which is harming Quebec’s international image,” Arcand said. “The government can’t act in good faith on this issue because its ideology prevents it.

“It wants to hear from groups saying its bill is good.”

And so the war continued, leading Québec solidaire house leader Gabriel Nadeau-Dubois to say they were “fighting like cats and dogs.”

“Ludicrous,” added interim Parti Québécois leader Pascal Bérubé.

The list of witnesses had been in flux for days, with clerks handing out update after update all week.

The city of Quebec was supposed to address the committee Thursday morning, only to cancel, saying it did not have time to prepare.

At the last minute, the government tried to replace it with an appearance by the Barreau du Québec, which answered that with 24 hours’ notice they did not have enough time to prepare a brief either.

At 11 a.m. Thursday the two sides were still squabbling — even over when to break for lunch. When Jolin-Barrette proposed a delay to his opening remarks because there were no groups available to appear after him, the Liberals refused.

The committee finally got rolling at 3 p.m., hearing from veteran economist Pierre Fortin, who waded into the issue of how many immigrants Quebec welcomes a year.

He said a massive increase of immigrants will not solve Quebec’s labour shortages, but a more selective process — matching people with jobs in advance — makes sense. The CAQ is proposing just that.

A big influx could be more harmful because it would exceed Quebec’s ability to socially and culturally integrate them, Fortin said: “If we push too far, we fan the flames of intolerance.”

He said a bigger question for companies in Canada is how to put an end to the rampant discrimination when it comes to hiring immigrants.

As if to prove Jolin-Barrette’s point on not muzzling the opposition, the first group appearing before the committee next week is Quebec’s association of immigration lawyers, which is leading the legal challenge to the bill.

Source: Hearings on Quebec’s immigration bill stall as politicians hurl mud

Working knowledge: Quebec expands on-the-job French lessons for newcomers

Interesting approach and focus on individual training to small business owners:

Wang Weidong’s shop in Chinatown offers the typical bounty of the Montreal dépanneur − lottery tickets, toothpaste, fireworks, an entire wall of snacks and, of course, beer and wine. One recent morning, the store also featured novel fare: French lessons.

Huit dollars,” Mr. Wang said, struggling to pronounce “eight dollars” in French.

Est-ce que je peux avoir un reçu?” said his teacher, Félix Pigeon, asking for a receipt as he stood before Mr. Wang at the counter.

Mr. Wang was a willing pupil in the expanding frontier of French-language learning in Quebec. As the province seeks to ensure newcomers can work and function in French, it’s increasing funding by $450,000 for on-the-job lessons offered at neighbourhood businesses across Montreal.

In Mr. Wang’s case, that means turning the ubiquitous Montreal dépanneur into a classroom. For two hours a week, Mr. Pigeon, a master’s student in literature, exchanges with Mr. Wang at the counter or between store shelves, doling out French phrases as easily as Mr. Wang dispenses ramen soup and chocolate bars. Customers come and go as Mr. Wang works the cash and gamely tries to grasp the intricacies of French grammar and verb conjugation.

“French is important here. I know that if I want to make my business better, I have to speak French,” said Mr. Wang, 51, who came to Montreal from Beijing two years ago with his wife and now 8-year-old son.

“But I don’t have time to go to school. I have to work.”

Mr. Wang’s views underscore a fundamental reality for many immigrants to Quebec: Learning French is essential to building their new lives, but, like Mr. Wang, they’re unlikely to find time to visit a classroom after long hours on the job.

The on-the-job courses have become a success story within Quebec’s vast undertaking known as “la francisation” – the province’s multimillion-dollar efforts to turn immigrants into French speakers.

The new Coalition Avenir Québec (CAQ) government announced funding this month to expand the workplace program in the city, which is run by the Chamber of Commerce of Metropolitan Montreal. The initiative began in 2016 with just 30 immigrant merchants; more than 500 are expected to take part this year.

The “students” include an Egyptian immigrant who owns a driving school, a Ukrainian-born waitress at a Greek restaurant, and a woman from Grenada who runs a beauty salon in Montreal’s multicultural Côte-des-Neiges neighbourhood.

“For an entrepreneur – someone operating a dépanneur or a travel agency – going to a French class means closing their business,” said Céline Huot, a vice-president at the chamber of commerce. “So we had the idea of bringing the French class to them.”

As part of the $1.5-million program, participants such as Mr. Wang sport a button saying “J’apprends le français, encouragez-moi,” (I’m learning French, encourage me). The message addresses a basic truth in Montreal: Most people are bilingual and tend to switch to English if they sense that a newcomer is struggling in French. It’s part of the daily interplay of language in a city that typically seeks common linguistic ground.

The message on Mr. Wang’s button turns his personal language effort into a shared goal with his customers.

“It becomes a question of pride for the merchants,” Ms. Huot said. “It’s not, ‘I don’t speak French well, and so I feel a certain embarrassment.’ It becomes extremely positive. The whole campaign shows a positive image of immigrants who are making efforts to integrate.”

At a time when Quebec’s “francisation” programs have come under criticism as inefficient, these free courses have brought measurable results: 80 per cent of immigrants who took part progressed at least one level of French after their three-month session.

And for university students such as Mr. Pigeon, 28, the exchanges deliver their own rewards.

“I’ve travelled a lot and everywhere I go, I’m well-received. Canadians have the reputation to be a welcoming people, so I wanted to be part of that,” Mr. Pigeon said. “I wanted to give back.”

Ensuring newcomers speak French has long been a cornerstone of immigration policy in Quebec, where language is seen as central to the province’s identity and survival. The theme has been heavily promoted by the CAQ government of Premier François Legault, which argues that its 20-per-cent cut to immigration this year is necessary to better integrate immigrants and teach them French. The party has even raised the prospect of expelling immigrants after three years if they failed a French and values test.

Yet despite the “rhetoric” of immigrants posing a threat to the French majority, newcomers in fact overwhelmingly want to learn the language, and 95 per cent of all Quebeckers have a knowledge of French, says Richard Bourhis, professor emeritus of psychology at the University of Quebec at Montreal who has studied immigrant integration.

Immigrants might not have time to study French while they’re struggling to pay the rent and put food on the table, he said, but the will is there. “They all want to give themselves as many tools as possible to make their immigration project successful,” Prof. Bourhis said. “If you’re just patient with them, either the first or second generation do learn French. They want to.”

That is certainly the case for Mr. Wang. When a francophone customer comes in asking for fortune cookies, Mr. Wang struggles to understand what she’s saying. Mr. Pigeon coaches him, then Mr. Wang rushes over to a shelf full of cookie bags.

Mr. Wang says he now wants to become proficient enough to go beyond what he calls “dépanneur French,” and has his sights set on a bigger goal: His son’s hockey games.

“When the kids play their games, we have to shout,” Mr. Wang says of his son’s matches with the Jeunes Sportifs d’Hochelaga in Montreal. “I can’t figure out what to say.”

He may not find the answer among the lychee jelly snacks and cans of pop in his dépanneur. But he feels the goal is within reach.

Source: Montreal program

Québec 2018 : les raisons du vote

Interesting analysis of the recent Quebec provincial election with some good exit polling analysis that suggest immigration and head coverings were not as significant as the desire for change compared to overall impressions of the respective parties:

Chaque campagne électorale donne lieu à des stratégies de la part des partis pour convaincre les électeurs de leur accorder leur vote. Toutes s’accompagnent également d’analyses de chercheurs et de chroniqueurs relatives au succès ou à l’échec de ces approches. De même, les sondeurs posent des questions sur les enjeux considérés comme les plus importants, en employant habituellement des questions fermées. La campagne électorale québécoise de 2018 n’a pas fait exception. Mais on a tout lieu de se demander : Les stratégies partisanes fonctionnent-elles ? Sont-elles déterminantes dans le choix fait par les électeurs ?

Pour examiner ces questions, nous avons collaboré avec la firme Ipsos pour réaliser un sondage postélectoral auprès des répondants au dernier sondage préélectoral mené par la firme entre le 26 et le 28 septembre 2018. Ipsos a pu joindre 842 (67 %) des 1 250 répondants au sondage préélectoral. De ce nombre, 592 ont répondu en ligne et 250 par entrevue téléphonique. Le sondage était court, demandant aux répondants s’ils avaient voté et pour qui. De façon à obtenir une information non dirigée sur les raisons du vote, il contenait aussi une question ouverte : « Quelle est la principale raison qui explique votre vote ? » Ensuite étaient posées deux questions liées aux enjeux de la campagne : l’une sur l’immigration — vue comme un enjeu majeur à tout le moins pour les deux principaux partis —, l’autre sur l’appui à l’indépendance du Québec — considérée comme un « non-enjeu » dans cette campagne.

Les avantages de poser une question ouverte sont connus : cela donne accès à l’opinion spontanée, sans filtre, du répondant. Par contre, ce type de question est exigeant pour le répondant et, dans les entrevues téléphoniques, également pour l’intervieweur. Dans notre sondage, 70 % des répondants ont été joints par sondage Internet, ce qui rend encore plus direct l’accès à l’opinion.

Les raisons mentionnées du vote pour un parti

Notons au départ que le sondage postélectoral d’Ipsos, montrant qu’il y a eu un mouvement important vers la Coalition avenir Québec (CAQ) en fin de campagne, reproduisait presque parfaitement les résultats du scrutin, sauf pour une légère sous-estimation du vote pour Québec solidaire (QS).

Les répondants ont donné des réponses plus ou moins élaborées à la question ouverte. Celles-ci étaient constituées soit d’un seul groupe de mots — « le changement », « l’environnement », « c’est mon parti » — soit d’une ou plusieurs phrases. Ipsos a effectué un premier codage des réponses : elle a élaboré un plan permettant de regrouper l’ensemble des raisons mentionnées en un nombre réduit de codes thématiques et a codé la première raison mentionnée par chaque répondant. Nous avons vérifié et validé ce codage initial. De plus, pour nous assurer d’avoir le portrait le plus complet possible de toutes les raisons mentionnées, nous avons codé une deuxième raison lorsque cela était justifié, en utilisant les mêmes codes que ceux élaborés par Ipsos. En codant cette deuxième mention, nous avons tenu compte de toute mention d’enjeux — immigration, environnement, etc. — qui n’aurait pas été codée au départ. Nous avons ajouté un code spécifique lorsqu’un répondant mentionnait les « valeurs du parti » comme raison de son vote.

Au total, 673 personnes ont déclaré avoir voté, et plus de 97 % d’entre elles ont indiqué au moins une raison pour expliquer leur vote. En additionnant les premières et deuxièmes raisons mentionnées, 739 réponses en tout ont été codées. Le tableau ci-dessous présente les raisons données par les répondants en fonction de leur choix politique. Comme nous avons codé jusqu’à deux raisons, la somme des pourcentages pour chaque parti dépasse 100 %. Les raisons les plus fréquemment mentionnées étaient l’appréciation positive du parti pour lequel les répondants ont voté (25 %) et, à l’opposé, la volonté de changement et de « se débarrasser des libéraux » (25 %). Il existe toutefois de multiples autres raisons, dont les proportions variaient fortement selon les partis.

Le vote pour le Parti libéral du Québec (PLQ) est un vote positif, d’appréciation, pour 36 % des répondants qui ont appuyé ce parti. Les répondants parlent de leur opinion favorable à l’égard des politiques et des idées du parti comme de son chef, de même que du gouvernement sortant. On peut ajouter la mention de la santé de l’économie et de la gestion des finances publiques (13 %) parmi les raisons positives. Le PLQ est aussi perçu comme le parti qui protège les droits des anglophones (7 %). Par ailleurs, il y a 7 % des répondants qui mentionnent « avoir toujours voté pour ce parti », et encore 7 % pour qui le candidat local est la principale raison du vote. On peut ensuite regrouper ceux qui ont voté contre les autres partis ou par élimination (en choisissant le parti « le moins pire »), soit 12 % des répondants. Qu’en est-il des enjeux considérés comme majeurs ? Le fait que le PLQ soit un parti fédéraliste est mentionné par 7 %, et l’immigration — un vote à l’encontre de la proposition de la CAQ de réduire le nombre d’immigrants — par 5 %.

https://e.infogram.com/989c7136-530d-4a88-b65a-bb8a38d14e19?src=embed#async_embed

Passons maintenant au deuxième parti « traditionnel », le Parti québécois (PQ). L’appréciation positive du parti ou de son chef est mentionnée par 20 % des répondants ; 13 % indiquent avoir voté pour ce parti par habitude, parce que c’est « leur parti ». L’appréciation du candidat local (20 %) est presque aussi fréquente que l’appréciation du parti. Le vote par élimination, contre les autres partis, est mentionné par 13 % de ceux qui ont appuyé le PQ. Seuls 4 % indiquent la volonté de changement. Qu’en est-il des grands enjeux ? La souveraineté est mentionnée par 14 % des répondants, et l’immigration, par aucun. Tout comme pour le PLQ, très peu nomment l’environnement. Le PQ apparaît malgré tout comme le parti pour lequel la question nationale est la plus importante.

Pour ce qui est de QS, le parti se démarque par une forte appréciation positive de ses positions et politiques en général (33 % des répondants), qui est presque aussi prononcée dans le cas du PLQ, suivie de la volonté de voter « à gauche » (9 %) et de l’appréciation du candidat local (7 %). La volonté de changement est mentionnée par 16 % des répondants. Par contre, le vote par élimination, contre les autres partis, rejoint 7 % des répondants. Pour ce qui est des grands dossiers, QS se distingue par le fait que ses supporteurs sont préoccupés par l’environnement (21 %), un enjeu qu’ils sont presque les seuls à mentionner. Pratiquement aucun ne nomme l’immigration ou l’indépendance du Québec. Les répondants qui ont soutenu QS sont proportionnellement les plus nombreux à mentionner les valeurs défendues par le parti comme raison de leur vote (10 %).

Comment se caractérise le parti qui a pris le pouvoir dans cet univers ? Le vote pour la CAQ apparaît d’abord et avant tout comme un vote négatif. Près de 55 % des répondants qui ont appuyé la CAQ invoquent la nécessité d’un changement et la volonté de chasser les libéraux du pouvoir, et 8 % déclarent avoir voté pour « le moins pire » des partis ou contre les autres partis. À peine plus de 17 % indiquent une appréciation positive du parti, de ses politiques et de son chef. Les autres raisons — candidat local, économie et finances — ont retenu peu d’attention. L’immigration, perçue par certains observateurs comme « la question de l’urne », n’est mentionnée que par cinq répondants. La question nationale n’est pas du tout mentionnée. Après avoir recherché toute réponse relative à l’enjeu de la laïcité, nous avons trouvé une seule mention de la laïcité et deux mentions relatives à la chrétienté, mais aucune du port de signes religieux.

Les répondants qui ont appuyé un autre parti indiquent surtout le vote par élimination, contre les autres partis (47 %), et dans une moindre mesure l’appréciation positive du parti qu’ils ont choisi (31 %). Notons enfin que la santé et les bénéfices pour la famille se trouvent dans la catégorie « autres », vu la très faible fréquence de mentions.

Que conclure de ces données ? Les répondants font surtout une appréciation globale des positions des partis, plutôt qu’une appréciation liée à un enjeu en particulier. L’immigration ne se révèle pas un enjeu premier dans la décision du vote, pas plus que la laïcité de l’État. La question nationale n’est pas non plus une question centrale, et elle est mentionnée presque exclusivement par les électeurs du PQ et du PLQ. L’environnement constitue le premier enjeu exclusif des répondants qui ont voté pour QS. Enfin, ceux qui ont appuyé la CAQ sont les plus homogènes dans leurs raisons de vote : c’est le changement et le vote par élimination qui sont les plus fréquemment mentionnés. Les enjeux mis en avant par ce parti ont été « avalés » par la volonté de changement. Comment ces réponses spontanées se comparent-elles aux réponses aux questions fermées ?

Les deux enjeux majeurs qui ont été sondés directement

Les répondants se répartissent presque également entre ceux qui pensent qu’il faut réduire l’immigration (44 %) et ceux qui disent qu’il ne faut rien changer (42 %). Moins de 14 % considèrent qu’il faut augmenter le nombre d’immigrants. La figure 1 montre, comme on peut s’y attendre, que la réduction de l’immigration est nettement plus populaire chez les électeurs qui sont en faveur de la CAQ (61 %) que chez les autres, et un peu plus populaire chez ceux qui ont voté pour le PQ (50 %). Tant les supporteurs du PLQ que de QS sont majoritairement favorables (54 %) à un maintien de la situation actuelle. À peine 20 % de ces électeurs se prononcent pour une réduction de l’immigration et un peu plus de 20 % pour une augmentation. Il n’y a pas de différence significative sur l’enjeu de l’immigration entre ceux qui ont appuyé QS et ceux qui ont voté pour le PLQ. Notons qu’environ le tiers des répondants qui ont choisi la CAQ et le PQ sont également favorables à un maintien de la situation actuelle.

https://e.infogram.com/1223e48b-9330-4f0a-b168-b2200d703f45?src=embed#async_embed

Pour ce qui est de la question nationale, 12 % de l’ensemble des répondants se disent « très favorables » et 20 % « assez favorables » à l’indépendance du Québec, « c’est-à-dire que le Québec ne fasse plus partie du Canada », comme précisé dans la question posée, pour un total de 32 %. Comme le montre la figure 2, les indépendantistes se trouvent surtout au PQ (78 % des répondants qui ont voté pour ce parti si on additionne les « très favorables » et « assez favorables ») et dans une moindre mesure à QS (47 %). Les supporteurs de la CAQ favorisent cette option à 33 % et ceux du PLQ à 5 % à peine. On constate, tout comme dans les réponses aux questions ouvertes, que la question nationale différencie d’abord et avant tout les partis traditionnels, le PLQ et le PQ. Les deux autres partis regroupent à la fois des électeurs favorables et défavorables à l’indépendance.

https://e.infogram.com/03a3f35a-3322-482e-9179-25abe05838eb?src=embed#async_embed

Il est possible de tirer plusieurs conclusions des résultats de notre enquête. Lorsqu’ils révèlent spontanément les raisons de leur vote, les répondants sont peu enclins à mentionner des enjeux précis. L’appréciation positive globale d’un parti, de ses politiques, de sa direction, est caractéristique de ceux qui ont appuyé le PLQ et QS, alors que le vote « contre » est caractéristique de ceux qui ont voté pour la CAQ. L’attachement au parti — le vote « parce que c’est mon parti », celui « pour lequel j’ai toujours voté » — est plus fréquent chez les électeurs favorables aux partis traditionnels, le PLQ et le PQ. Pour ce qui est des enjeux, celui qui différencie le plus les partis est l’environnement, l’enjeu de prédilection de QS. Ni l’immigration ni la laïcité n’apparaissent importantes parmi les raisons spontanées du vote.

Pour ce qui est des réponses aux questions fermées, l’immigration différencie les partis, mais pas de façon absolue. On trouve des supporteurs de la CAQ favorables à un maintien du nombre d’immigrants et des supporteurs du PLQ favorables à une réduction, et ce, dans une proportion non négligeable. La similitude des positions des répondants qui ont appuyé QS et le PLQ sur cette question doit être soulignée. Enfin, en ce qui concerne la question nationale, elle continue à différencier le PLQ et le PQ mais pas vraiment les autres partis. Il faut souligner que l’appui à des positions précises de certains partis ne constitue pas une raison nécessaire ou suffisante pour voter pour ces partis, comme en témoignent les différences entre les raisons spontanées mentionnées pour expliquer le vote et l’appui à certaines politiques phares des partis.

Nos conclusions sont similaires à celles de Charles Breton et Justin Savoie qui utilisent une méthodologie très différente — une analyse conjointe — et un échantillon panel Web de convenance pour étudier l’impact d’enjeux prédéfinis sur le vote. Eux aussi concluent que la question nationale est l’enjeu qui différencie les électeurs libéraux et péquistes. Pour ce qui est de l’immigration, ils estiment que l’appui à la proposition d’augmenter le nombre d’immigrants est celle qui diminue le plus les probabilités de voter pour la CAQ. Nos données montrent que cette proposition recueille à peine 22 % d’appuis chez les électeurs qui ont voté pour le PLQ.

Cet article fait partie du dossier Élections Québec 2018.

Source: Québec 2018 : les raisons du vote

Signes religieux: le débat crée des remous au PLQ

The internal divisiveness on the PLQ on religious symbols and public sector employment:

Le débat sur le port de signes religieux par les employés de l’État explique le manque d’enthousiasme du leader parlementaire libéral Sébastien Proulx à poursuivre sa carrière politique. L’unanimité récente des députés libéraux contre toute interdiction, en dépit de la proposition Bouchard-Taylor, témoigne de l’ascendant du député André Fortin sur les instances du PLQ.

Dans un reportage de La Presse, la semaine dernière, Sébastien Proulx reconnaissait ne pas être convaincu de terminer le mandat que lui ont confié les électeurs de Jean-Talon, il y a quatre mois. Derrière des portes closes, à la fin de janvier, l’ancien ministre de l’Éducation était pratiquement seul au sein du caucus libéral à pousser pour que son parti adopte la proposition du rapport Bouchard-Taylor pour dénouer le noeud gordien, la question au centre du débat politique québécois depuis désormais 10 ans. Son unique appui : l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette. Les deux sont aussi favorables à ce qu’on enlève le crucifix de l’Assemblée nationale.

Pour MM. Proulx et Barrette, le PLQ doit prendre acte du verdict de la population lors des élections du 1er octobre et adopter des positions pour se rapprocher de la majorité francophone.

Seul député libéral élu dans une région très majoritairement francophone, M. Proulx a poussé devant ses pairs pour l’interdiction du port de signes religieux aux employés de l’État dotés d’un pouvoir de coercition, comme les juges, les policiers et les gardiens de prison, la proposition d’origine de Bouchard-Taylor. Il n’était pas favorable à l’idée d’élargir cette interdiction aux enseignants, comme le désire la Coalition avenir Québec, encore moins aux directeurs d’école, comme le propose le Parti québécois.

Mais la question a été évacuée sans affrontement lors du caucus du PLQ sur cette question, le 31 janvier. Porte-parole de son parti en la matière, l’ex-ministre Hélène David n’a pas pris position sous prétexte qu’elle animait la discussion. Alors que plusieurs élus s’attendaient à ce qu’on reporte la décision au moment du dépôt du projet de loi par le gouvernement Legault, Pierre Arcand a publiquement tiré un trait et dit que les députés restaient opposés aux interdictions.

Fortin consolide son emprise

Candidat à la succession de Philippe Couillard, André Fortin, élu dans l’Outaouais, était à l’évidence le porte-parole du camp majoritaire, qui soutenait que le PLQ devait continuer à prôner les libertés individuelles sur cette question. Issu du Parti libéral du Canada, il « joue la carte libérale classique », a confié un collègue.

Son adversaire probable, Dominique Anglade, est quant à elle restée plutôt vague sur cet enjeu délicat, « elle veut se donner le temps de réfléchir », a résumé un de ses proches.

L’ex-ministre Christine St-Pierre était clairement en faveur du maintien de la position du parti, tout comme les nombreux députés de l’Ouest-de-l’Île. À Laval, Francine Charbonneau ne s’est pas exprimée. Dans l’est de Montréal, Lise Thériault est restée vague, mais a soutenu qu’elle tenait à ce que le crucifix reste au Salon bleu, à l’Assemblée nationale.

André Fortin peut déjà compter dans les coulisses sur l’appui des anciens supporteurs de Pierre Moreau en 2013 – dont le chef intérimaire Pierre Arcand, désormais tenu à une neutralité officielle -, idem pour Filomena Rotiroti, la présidente du caucus.

C’est dans le bureau d’Arcand que s’est décidé le départ du directeur du PLQ, Sylvain Langis. Ce dernier avait souligné vouloir partir à la fin de son mandat de cinq ans, fin 2018. M. Arcand lui a demandé de rester en poste jusqu’en juin. Un appel de candidatures a été lancé, mais dans les cercles libéraux, il est déjà clair qu’Olivier Parent, ancien chef de cabinet de Pierre Moreau, sera choisi.

Atallah pose ses pions à l’interne

Dans la même mouvance, le président du PLQ, Antoine Atallah, pose ses pions. Son « conseiller spécial » sans poste précis au sein du parti, Jonathan Abecassis, ancien bras droit de Michael Applebaum, est sévèrement critiqué à l’interne. Après une réunion houleuse du conseil de direction du PLQ, le 27 janvier, Atallah a obtenu la majorité sur l’exécutif du PLQ, ce qui lui donne le contrôle des règles de nomination du futur chef.

Mais l’opération ne s’est pas faite sans heurts – à cette réunion, pendant plusieurs heures, le plan d’action de la direction et les militants se sont mesurés sur la nomination de Katherine Martin comme vice-présidente du PLQ. Issue du cabinet de Robert Poëti – un ancien supporteur de Pierre Moreau -, Mme Martin a été élue de justesse, un vote à 11 contre 11 qu’elle a remporté parce que la voix du président, M. Attalah, prévaut.

Comme le clan d’André Fortin, Attalah veut une course à la direction le plus tard possible, en 2021. Dans l’entourage de Dominique Anglade, on souhaite procéder plus rapidement.

Linda Caron a quitté la présidence de la commission politique, un poste pour lequel le fils de Jean Charest, Antoine Charest, a retiré sa candidature – le « comité de gouvernance » du parti a choisi Simon Papineau. La présidente de la commission politique, Émilie Nadeau, est aussi partie – déjà, elle n’avait pas digéré d’avoir été laissée sur le carreau par l’organisateur de la dernière campagne, Hugo Delorme.

Source: Signes religieux: le débat crée des remous au PLQ

Minister denies immigrants already in Quebec could be expelled with reforms

The practical aspects continue to emerge and the CAQ continues to appear improvising as they emerge:

The immigration minister has moved to calm a storm sparked by his plans to reform the system for new arrivals, saying the government is not about to expel people already living and working in Quebec.

One day after Quebec’s Liberals described the plan to trash 18,000 immigration applications to clear the backlog as inhuman, the government revealed that 3,800 of those requests were filed by people already in Quebec and covered by the Regular Skilled Worker Program.

None of the workers will be expelled because they are working with federally issued worker permits and can have those permits renewed, officials said.

The government is also inviting these individuals — many of whom speak French and have been working here more than 12 months — to apply for entry to the Programme de l’expérience québécoise (PEQ), which is designed for immigrants who have completed higher education programs.

The fact they are already here means they have a better chance of being fast-tracked in that program and issued a Quebec selection certificate allowing them to stay longer or permanently, said Marc-André Gosselin, press aide to Immigration, Diversity and Inclusiveness Minister Simon Jolin-Barrette.

As for others already living in Quebec, Gosselin said they have the option of re-applying for entry through the Expression of Interest Program, which Quebec is now promoting aggressively because it matches education and skills with available jobs.

Quebec believes it is the key to ending situations where highly educated immigrants arrive in Quebec only to find there are no jobs in their field and they end up washing dishes or driving taxis.

But confusion over the Coalition Avenir Québec government’s reforms persisted with the media filled with stories of immigrants saying their dreams of moving to Quebec have been dashed because the surprise changes to the system will mean they have to start the application process over.

Even if the CAQ government Monday focused its media damage control efforts on the 3,800 cases involving people already here, hundreds of other applications – largely filed from overseas — hang in limbo.

While the government says some of those files date as far back as 2005 and have probably been abandoned by the individuals, most of files in the backlog date in the last three or four years.

The government Monday again steered the blame for problems in the system to the backlog left behind by former Liberal government. Making an announcement in Terrebonne, Premier François Legault said it was the Liberals who “dragged their feet,” allowed the backlog to grow.

“There won’t be any more broken dreams (after the reforms) because people will know what waits for them in Quebec,” added Jolin-Barrette in a TVA interview in reference to the new skills-job matching program.

“What I want to do is ensure that when people arrive in Quebec they always have a job that matches their skills.”

But with the Liberals describing the CAQ’s reform launch as amateurish, the government struggled to explain the reforms it has proposed and which are included in Bill 9 tabled in the legislature last week.

Quebec, for example, changed twice in the same day their estimate of how many people those files actually represent.

And the CAQ government faces trouble getting Ottawa to agree to the reforms which involve both levels of government.

On Friday, federal intergovernmental affairs minister Dominic Leblanc dismissed Quebec’s request that Quebec be allowed to set its own conditions for the granting of permanent Canadian residency to all new arrivals in Quebec.

Legault responded to that statement saying Ottawa will pay a political price for its refusal in the looming federal election campaign.

Source: Minister denies immigrants already in Quebec could be expelled with reforms

Legault’s immigration bill would test newcomers on French, Quebec values

Good overview. On the cancellation of the 18,000 applications, the Conservatives under Jason Kenney cancelled some 300,000 applications for similar reasons in 2012 (Backlog wipeout will close thousands of immigration applications). Similarly, the shift towards greater matching of employer needs to immigrants in similar in intent to the federal express entry system.

The federal government has responded negatively to the changes in Bill 9 as it has with respect to the demand for Quebec to assume responsibility for federal tax return processing).

The values test will likely be challenged in the courts, as will restrictions on mobility rights.

And of course, it would be nice, but a dream, for the block grant to Quebec for immigration and settlement from the federal government would be tied to the number of immigrants coming to Quebec, rather than the total number of immigrants to Canada (not going to happen):

Premier François Legault said Thursday his government’s new immigration bill, calling for tests on the knowledge of French and Quebec values for newcomers respects his election promise.

“We said we would do it and we are doing it,” Legault said after Bill 9 was adopted on first reading in the Quebec National Assembly.

While immigration to Canada is federal jurisdiction, Quebec and Manitoba have agreements with Ottawa giving the provinces a say in the selection of immigrants.

Quebec now has a waiting list of over 18,000 immigration applications, which would take three years to process, Immigration Minister Simon Jolin-Barrette said.

Bill 9 would cancel all those applications, offering applicants a refund of the fees, averaging $1,000 each, that they have already paid and offering them a chance to reapply to immigrate to Quebec under the new rules.

The cost of the refunds is about $19 million, the minister said.

Liberal immigration critic Dominique Anglade said scrapping 18,000 applications, affecting 50,000 family members, was “very inhuman” and would hurt Quebec’s international image.

The new rules call for matching employers to prospective immigrants, and in particular streaming newcomers to jobs in Quebec’s outlying regions, which are feeling the impact of a labour shortage.

Jolin-Barrette said in replacing Quebec’s first-come, first-served immigration policy with a policy aimed at filling existing jobs in the province, the selection process would be reduced to six months.

But the minister did admit that once an immigrant has permanent resident status, granted by the federal government, they have the right to work anywhere in Canada.

Jolin-Barrette said French tests for prospective immigrants is a power Quebec used to have until 2016 amendments to the federal and Quebec immigration laws.

Ottawa will have to change its law as well, he said, adding that he has not yet spoken to his federal counterparts about such a change.

But federal Intergovernmental Affairs Minister Dominic LeBlanc understands that Quebec is distinct and that Quebec has a say in immigrant selection, he said.

Jolin-Barrette was vague when asked what would happen to prospective immigrants who failed the French and values tests, saying regulations on how they would be evaluated would be presented after Bill 9 becomes law.

The minister promised immigrants to Quebec would be offered a “personal pathway,” teaching them French and Quebec values.

Parti Québécois immigration critic Catherine Fournier noted that Quebec’s existing measures to teach French to immigrants are inadequate, with only one-third of newcomers signing up for French courses and a 90 per cent failure rate.

“We have to improve the program,” Fournier said. “It won’t happen by magic overnight.”

Assembly committee hearings will be held before final adoption of the Bill 9, titled a “Law aiming to increase socio-economic prosperity of Quebec and to respond adequately to the needs of the labour market through the successful integration of immigrants.”

“We are giving ourselves the means to choose immigrants who respond to the needs of the labour market,” Legault told reporters.

“There are some who have been here for 10 years who are not interested (in learning French),” he added.

The premier said newcomers would be offered free French courses and would be required to pass a French language test.

Bill 9 calls for “favouring the integration of immigrants” through “learning French, democratic values and the Quebec values as expressed by the Charter of Rights and liberties of the person.”

Legault said Quebec values include the equality of women and men.

Quebec’s charter of rights also upholds fundamental rights, including freedom of religion, and has been interpreted by the courts as allowing believers to wear religious signs, such as the Islamic hijab and the Sikh kirpan.

Questioned by reporters, Jolin-Barrette said his bill is to set out new rules for immigrants and is not related to the Legault government’s plan to adopt another law to ban the wearing of religious signs by judges, prosecutors, law enforcement officers and teachers.

That law is planned for the current assembly session.

Québec solidaire immigration critic Andrés Fontecilla said Quebec must compete with other jurisdictions for immigrants and adding new hurdles would discourage newcomers from coming to the province.

“It will mean living in permanent uncertainty,” Fontecilla said and will not achieve the goal of attracting qualified workers.

Source: Legault’s immigration bill would test newcomers on French, Quebec values

On the federal government’s refusal to these changes:

Moins de 24 heures après avoir déposé sa réforme tant attendue sur l’immigration, Québec se fait fermer la porte à doubles tours par Ottawa quant à sa demande de retrouver le pouvoir d’imposer des conditions au statut de résidence permanente émis aux immigrants.

La réponse du gouvernement Trudeau a été rendue rapidement, dès jeudi soir, aux cabinets du premier ministre François Legault et du ministre Simon Jolin-Barrette. C’est « non », a pu confirmer La Pressevendredi matin.

« Les compétences en matière d’immigration sont clairement définies dans l’Accord Canada-Québec et nous respecterons toujours celles-ci. Plus d’analyses sur le projet de loi 9 est nécessaire, mais de prime abord, nous ne sommes pas favorables à la réintroduction de la résidence permanente conditionnelle », a finalement déclaré par courriel plus tard en journée le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc.

Un premier pas vers un test des valeurs 

Jeudi, à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Immigration du gouvernement Legault, Simon Jolin-Barrette, critiquait sévèrement le gouvernement libéral de Philippe Couillard pour avoir enlevé une disposition qui permettait autrefois au Québec de dicter des conditions à l’octroi par Ottawa de la résidence permanente aux nouveaux arrivants.

Dans son projet de loi, déposé jeudi, M. Jolin-Barrette décrète désormais que « lorsque le ministre sélectionne un ressortissant étranger, il peut lui imposer des conditions qui affectent la résidence permanente conférée en vertu de la Loi sur l’immigration [fédérale] afin d’assurer, notamment […] la satisfaction des besoins régionaux ou sectoriels de main-d’oeuvre […] ou l’intégration linguistique, sociale ou économique du ressortissant étranger ».

Ces « conditions » pourraient notamment viser les connaissances du français et des valeurs québécoises, testées à l’aide d’un examen, ou bien déterminer les régions où les immigrants s’établissent. Or, pour ce faire, le gouvernement fédéral de Justin Trudeau devait modifier les règlements de sa propre loi sur l’immigration pour donner à Québec ce pouvoir.

À Québec, on s’étonnait vendredi du refus d’Ottawa de redonner au gouvernement provincial ce pouvoir qui était inclus, dit-on, dans l’accord historique négocié entre les deux paliers de gouvernement pour faire de l’immigration une compétence partagée.

Alors que se tiendront des élections sur la scène fédérale plus tard cette année, le gouvernement Trudeau devra expliquer aux Québécois pourquoi il ne leur permet pas d’évaluer les connaissances des valeurs et du français aux immigrants qui s’établissent au Québec, affirme-t-on vendredi à Québec.

Entre-temps, les équipes des deux ministères de l’Immigration – tant du côté d’Ottawa que du côté de Québec – poursuivront ces prochaines semaines des discussions afin de trouver « des pistes d’atterrissage » concernant les autres demandes du gouvernement Legault, notamment en matière des seuils d’immigration.

L’opposition réagit 

Les partis d’opposition à Québec ont réagi vendredi au refus d’Ottawa d’octroyer à Québec le pouvoir d’établir des conditions à l’octroi du statut de résident permanent pour les immigrants s’installant sur son territoire.

« Deux NON retentissants du gouvernement canadien en à peine quelques jours : pouvoirs en immigration et rapport d’impôt unique. On propose au gouvernement de la CAQ un projet emballant qui mettra fin à ces refus : l’indépendance du Québec », a écrit sur Twitter la députée péquiste Véronique Hivon.

« Québec solidaire veut tous les pouvoirs au Québec en immigration comme dans tous les domaines. Si le Québec détenait tous ses leviers en immigration on ne serait pas là à tergiverser sur les dissensions Québec/Ottawa, on parlerait du sujet de fond », a pour sa part déclaré par voie de courriel Andrès Fontecilla, député solidaire de Laurier-Dorion.

Source: Réforme sur l’immigration: Ottawa dit non à Québec

And Robert Dutrisac in Le Devoir:

Le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, a présenté le projet de loi no 9 qui établit le cadre légal d’une réforme majeure du système québécois d’immigration. Une telle réforme est nécessaire pour mettre fin au laxisme qui a caractérisé le règne libéral en matière de francisation, d’intégration et de pénurie de main-d’oeuvre. Mais soucieux de procéder rapidement, le gouvernement Legault annule cavalièrement les 18 000 dossiers en attente qui touchent plus de 45 000 personnes.

Les candidats se verront rembourser les frais engagés pour constituer leur dossier, soit environ 1000 $ chacun, ou 19 millions. C’est bien la moindre des choses. Or, il y a moins de dix jours, François Legault donnait l’assurance que ces dossiers accumulés seraient « traités selon les anciennes règles ».

Il faut croire que le premier ministre parlait à travers son chapeau. D’une part, à la cadence avec laquelle les dossiers sont traités par les fonctionnaires du MIDI, il aurait fallu trois ans pour en venir à bout. D’autre part, les dossiers les plus anciens, mais non pas ceux qui correspondent le mieux aux besoins actuels en main-d’oeuvre, auraient dû être acceptés en priorité. Enfin, avec une limite à 24 000 du nombre d’immigrants admis en 2019 dans la catégorie visée, soit celle des travailleurs qualifiés — c’est 7000 de moins que l’année précédente —, le Québec ne pouvait tout simplement pas accueillir tout ce monde. C’est d’autant plus vrai que la moitié des immigrants qui seront admis cette année sont déjà au Québec, occupent des emplois et viendront du Programme d’expérience québécoise (PEQ). Bref, sans l’élimination des dossiers, il aurait été impossible, avant plusieurs années, de remplacer notre système d’immigration déficient par une procédure de déclarations d’intérêt sans liste d’attente, une réforme aussi essentielle que pressante, préparée, d’ailleurs, par le gouvernement libéral.

Il n’en demeure pas moins que la brutale annulation des dossiers contrevient à l’équité dont l’administration publique québécoise doit faire preuve. Déjà des avocats spécialisés en immigration fourbissent leurs armes en vue d’une contestation.

En outre, il y a sans doute dans cet inventaire des candidatures très valables que le ministre doit identifier et auxquelles il a le devoir d’accorder la priorité en vertu des nouvelles règles. 

Par ailleurs, le projet de loi no 9 répond aux constats accablants que la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, avait faits, en 2017, sur le dysfonctionnement du programme de francisation administré par le MIDI et les lacunes en matière d’intégration des immigrants. Ainsi, les nouveaux arrivants auront droit à de nouveaux programmes d’accueil et à des parcours personnalisés. Pour la première fois, le MIDI assurera un suivi de leur apprentissage du français et de leur intégration au marché du travail.

Enfin, Simon Jolin-Barrette a sorti de son chapeau un article de la Loi de l’immigration de 1993, abrogé par le gouvernement Couillard, qui lui permet d’imposer des conditions affectant le statut de résident permanent octroyé par le gouvernement fédéral. Dès son arrivée, l’immigrant obtient son certificat de sélection du Québec qui donne droit au statut de résident permanent, comme le prévoit la procédure actuelle. Mais, en vertu de cet article, le ministre peut lui imposer des obligations qui, si elles ne sont pas respectées, peuvent entraîner la perte de ce statut, c’est-à-dire sa caducité — le ministre a employé le terme juridique de « résolution » du statut.

Évidemment, pour obtenir le droit d’imposer des conditions aux immigrants — apprentissage du français, connaissance de la Charte québécoise des droits et libertés, obligation de s’installer dans une région donnée —, le gouvernement Legault a besoin de l’aval d’Ottawa. Mais il ne s’agit plus d’une modification à la loi fédérale mais seulement d’un changement réglementaire, a expliqué le ministre.

À l’heure actuelle, les nouveaux arrivants manquent de soutien mais font ce qu’ils veulent. Or le gouvernement Legault veut favoriser leur francisation et leur intégration en emploi ainsi que pallier les pénuries de main-d’oeuvre en région. Mais cela passe par un encadrement contraignant et inédit des nouveaux arrivants.

Le gouvernement fédéral comprend que le Québec est une société distincte, a avancé Simon Jolin-Barrette, non sans manifester un candide optimisme. Il est donc légitime que son État obtienne des pouvoirs qui s’inscrivent dans le prolongement de ses responsabilités de sélection des immigrants. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement Trudeau, qui doit répondre favorablement aux revendications du Québec.

Dialogue de sourds sur la laïcité

Good discussion regarding the two different forms of liberalism: in English Canada, the state should not involve itself in value conflicts between individuals (as long as no violation of the law or adverse impact on the rights of others) and in Quebec, that the state can play a more proactive role in imposing liberal values:

« Alors que le premier modèle véhicule l’idée que l’État ne doit pas s’immiscer dans des conflits de valeurs entre individus, dans le second, l’État doit être proactif pour imposer les valeurs libérales auprès des individus », détaille Luc Turgeon.

Au Québec, un citoyen qui défend des valeurs sociales libérales est plus prompt à appuyer des restrictions au port de signes religieux. Dans le reste du Canada, un citoyen qui défend ces mêmes valeurs est plus susceptible de s’opposer à toute restriction touchant le port de symboles religieux.

C’est la conclusion, à la fois étonnante et instructive, à laquelle en sont venus quatre politologues canadiens dans le cadre d’un projet de recherche lancé en 2014 dans la foulée du débat entourant la charte des valeurs du Parti québécoiset dont les résultats seront publiés prochainement dans le Canadian Journal of Political Science.

« On a testé les mêmes valeurs [appui à l’égalité homme-femme, au droit à l’avortement, à la légalisation de l’euthanasie, entre autres], on a posé les mêmes questions dans un sondage et ça prédit de façon diamétralement opposée la relation qu’entretiennent les deux communautés avec les symboles religieux », résume Antoine Bilodeau, professeur de science politique à l’Université Concordia à Montréal.

Ainsi, contrairement aux idées reçues, ce n’est pas un sentiment de xénophobie, une insécurité culturelle ou encore un niveau de religiosité plus faible qui expliquerait pourquoi l’appui à ces restrictions est plus fort au Québec qu’ailleurs au pays.

« Ce qui explique au bout du compte cette différence, c’est le fait qu’être socialement libéral au Québec et dans le reste du Canada a des effets opposés », poursuit Luc Turgeon, professeur de science politique à l’Université d’Ottawa.

Un vaste sondage

Les conclusions des chercheurs — qui signent l’article « A Tale of Two Liberalisms ? Attitudes toward Minority Religious Symbols in Quebec and Canada » conjointement avec les politologues Stephen White de l’Université Carleton à Ottawa et Ailsa Henderson de l’Université d’Édimbourg au Royaume-Uni — reposent sur des données issues d’un sondage en ligne réalisé par la firme Léger pour le compte des chercheurs et auquel ont participé 6400 Canadiens en janvier et février 2014.

Ce sondage mesurait l’appui des répondants à trois scénarios de restriction au port de symboles religieux chez les groupes minoritaires. Résultats ? L’appui aux interdictions était systématiquement plus élevé chez les Québécois.

Ainsi, 74 % des Québécois appuyaient le bannissement de signes religieux pour les policiers contre 45 % dans le reste du Canada ; 59 % des Québécois soutenaient l’interdiction pour les enseignants du réseau public, contre 29 % pour les autres Canadiens ; et 37 % des Québécois étaient d’accord avec une proscription pour les élèves des écoles publiques, contre 20 % pour les autres Canadiens.

L’enquête évaluait également l’adhésion des répondants à différentes valeurs libérales (égalité homme-femme, droit à l’avortement, légalisation de l’euthanasie, légalisation de la prostitution), mesurait leur sentiment à l’égard de l’immigrationet de la diversité ethnoculturelle et quantifiait l’importance de la religion dans leur vie.

Deux libéralismes

En analysant ces données, les quatre chercheurs ont été en mesure de conclureque le seul facteur expliquant cette différence en ce qui a trait au soutien aux restrictions est la relation qu’entretiennent les deux communautés aux valeurs libérales, des effets opposés qui s’expliquent par le fait que deux types de libéralisme se sont développés au pays au cours des trente dernières années.

Pendant que dans le reste du Canada un discours axé sur le libéralisme multiculturel a pris racine, au Québec, un libéralisme des lumières, inspiré par le modèle français, a gagné en influence.

« Alors que le premier modèle véhicule l’idée que l’État ne doit pas s’immiscer dans des conflits de valeurs entre individus, dans le second, l’État doit être proactif pour imposer les valeurs libérales auprès des individus », détaille Luc Turgeon.

Certes, la xénophobie peut mener à une volonté de restreindre les symboles des minorités religieuses dans l’espace public. « Mais ce facteur-là est aussi important au Québec que dans le reste du pays », précise Antoine Bilodeau.

Et c’est précisément là que réside l’essentiel de l’incompréhension entre le Québec et le reste du Canada dans ce fastidieux débat. « Dans la dynamique canadienne-anglaise, l’essentiel des gens qui veulent restreindre les symboles religieux, ce sont des gens qui sont mal à l’aise avec la diversité ethnoculturelle, alors qu’au Québec, ce n’est pas seulement ça », explique Antoine Bilodeau.

« Mais dans leur prisme de compréhension du monde, si tu veux restreindre les symboles religieux, la seule raison qui peut exister, c’est l’intolérance », pointe-t-il.

UNE ALLIANCE CONTRE NATURE À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

L’appui à la charte des valeurs reposait sur une « alliance insolite » (« strange bedfellows ») entre conservateurs nationalistes(« conservative nationalists ») et partisans d’un libéralisme des lumières (« liberal nationalists »), avancent les quatre universitaires.

Une idée — inspirée des travaux de Jocelyn Maclure, professeur de philosophie à l’Université Laval — que les chercheurs ont étayée dans un autre article, intitulé « Strange Bedfellows ? Attitudes toward Minority and Majority Religious Symbols in the Public Sphere », publié dans la revue Politics and Religion en 2018.

Une coalition contre nature dont le point de rupture se situe au niveau de la place réservée au crucifix à l’Assemblée nationale. « On se disait que ceux qui étaient pour la charte et pour le retrait du crucifix à l’Assemblée nationale (« liberal nationalists ») ne le faisaient pas pour les mêmes raisons que ceux qui étaient pour la charte, mais contre le retrait du crucifix (« conservative nationalists ») », explique Luc Turgeon.

Incidemment, les travaux des chercheurs ont permis de démontrer que les Québécois qui se sont prononcés en faveur de la charte, mais contre le retrait du crucifix avaient des attitudes plus négatives envers les minorités et l’immigration et avaient un sentiment de menace culturelle plus fort que ceux qui étaient contre la Charte.

« Mais ceux qui étaient pour la charte et pour le retrait du crucifix n’avaient pas une attitude plus négative par rapport aux minorités culturelles et aux gens issus de l’immigration. Ce sont des gens qui, du point de vue du libéralisme social, sont plus progressistes que les gens qui étaient contre la charte », remarque Luc Turgeon.

Alors que le débat sur le port de signes religieux est sur le point de rejaillir à l’Assemblée nationale, la question du crucifix risque encore de soulever les passions.

« Si l’opinion publique n’a pas changé par rapport à ce qu’elle était en 2014, ce sera un grand défi pour le gouvernement caquiste de régler la question du crucifix, relève Antoine Bilodeau. C’est un enjeu au potentiel de division énorme, en raison de sa sensibilité, mais aussi parce qu’il définit la ligne de démarcation, presque à parts égales, entre les deux groupes qui forment cette coalition. »