Bouchard: Le racisme, pourquoi systémique?

Good explainer for those in Quebec who continue to deny:

Nous connaissons bien le racismecomme source dediscrimination.Pourquoi ajouter à cela le qualificatif« systémique » ? En quoi est-ce utile ?

Voilà une question à laquelle plusieurs spécialistes ont essayé de répondre. Dans mon esprit (et peut-être dans celui d’autres personnes ?), un besoin de clarification subsiste. Dans son émission du 1er octobre dernier, le journaliste de Radio-Canada Sébastien Bovet l’a posée à quelques reprises, mais sans obtenir de réponse claire (toujours à mon avis). Je m’y essaie donc à mon tour.

Le racisme est bien connu. C’est une vision négative de l’Autre qui prend prétexte de traits biologiques ou culturels pour violer ses droits. La façon de le traiter nous est familière : la victime porte plainte, le coupable est identifié et condamné.

Dans les cas de ce genre, les instances autorisées recourent aux moyens conventionnels en réprimant les manifestations individuelles, apparemment aléatoires, du racisme. Elles prennent aussi des dispositions ad hoc pour les prévenir (augmentation de la surveillance policière, tribunaux plus expéditifs, peines plus sévères…). Mais en réalité, elles agissent à la surface des choses. Car ces comportements discriminatoires récurrents découlent d’une structure sous-jacente, d’un système dont les racines sont anciennes et bien intégrées dans des institutions.

C’est clair quand on pense aux Autochtones : la mise en place, surtout depuis la Conquête anglaise, d’un régime colonial qui a établi des règles et des pratiques progressivement institutionnalisées dans différents domaines de la vie collective et perpétuées jusqu’à aujourd’hui — comme l’évoquait ici Brian Myles dans son éditorial des 2-3 octobre. C’est net aussi dans le cas des Noirs américains : un héritage du régime esclavagiste depuis longtemps disparu, mais qui a laissé bien des survivances.

Il y a donc deux niveaux à considérer, celui des comportements individuels et celui des structures. Cette distinction importe pour ce qui concerne la lutte contre le racisme. Dans le premier cas, on s’en tient à la surface des choses et la répression est sans cesse à recommencer ; elle est certes nécessaire, mais peu efficace à long terme. Dans le deuxième cas, on s’en prend à la racine du mal.

Pour combattre le racisme à ce niveau, il faut recourir à des moyens différents. Le racisme systémique s’appuie sur de vieux arrangements institutionnels (politiques, juridiques et autres). En plus, il se prolonge dans la culture, plus précisément dans des stéréotypes qui infériorisent. Il s’infiltre ainsi dans l’imaginaire collectif, ce bassin de conceptions, de visions premières, tenaces, profondément ancrées dans l’inconscient et donc difficiles à déloger.

Les stéréotypes jouent un rôle déterminant en justifiant la discrimination : les victimes sont décrites sous des traits peu enviables, elles sont vouées à la délinquance et à la dépendance. En somme, on leur attribue les traits que le régime lui-même a produits. On les rend responsables de leurs maux.

À cause des arrangements institutionnels et des images stéréotypées, leracisme systémique ne se laisse paséradiquer aisément. La façon de le combattre, c’est de s’attaquer à ses fondements structurels, en donnant à voir leur genèse, les étapes de leur institutionnalisation. Et de cette façon : a) mettre à nu l’arbitraire, l’inanité de leurs fondements, les injustices qui les ont inspirés, b) bousculer les stéréotypes, c) faire le procès des vieux arrangements institutionnels avec tous leurs tentacules.

Pour remplir son rôle essentiel, la reconstitution historique peut emprunter deux voies complémentaires : d’abord le travail indispensable des historiens, et surtout, les témoignages des victimes (les histoires de vie), tout cela devant être amplement répercuté principalement par le biais de l’éducation et des médias.

Il y a une quinzaine d’années, j’ai conduit de nombreuses entrevues au sein des communautés innues et j’y ai appris une leçon capitale. Entendre une victime des pensionnats raconter dans ses mots son expérience, pouvoir observer ses émotions, sa souffrance toujours bien vivante, se pénétrer de ce vécu tragique, tout cela est d’une éloquence, d’une « efficacité » inégalable. Et donne le goût d’en savoir plus — c’est ici que les historiens prennent le relais.

J’ai donné en exemple les pensionnats, je pourrais en évoquer bien d’autres. Je songe, entre autres, aux récits d’anciens chasseurs décrivant la façon dont ils ont été brutalement évincés de leurs territoires de chasse (et du genre de vie millénaire qui leur était associé) pour être placés dans des réserves sous la gestion autoritaire d’un fonctionnaire fédéral ordinairement ignorant et insouciant des réalités autochtones.

Le premier ministre a raison d’affirmer que l’existence du racisme systémique ne signifie pas que les Québécois soient racistes. Mais il faut ajouter un élément : cette forme de racisme étant par définition inconsciente, insidieuse, il peut nous arriver néanmoins de contribuer à en perpétuer la structure dans notre vie quotidienne par des mots qu’on emploie, une opinion qu’on exprime, un geste que nous posons — ou que nous ne posons pas.

En ce sens, une prise de conscience s’impose à laquelle tout le monde est convié. Mais donnons d’abord la parole aux Autochtones ; ils ont beaucoup à nous dire.

Historien, sociologue, écrivain, Gérard Bouchard enseigne à l’Université du Québec à Chicoutimi dans les programmes d’histoire, de sociologie/anthropologie, de science politique et de coopération internationale. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs.

Source: Le racisme, pourquoi systémique?

Bouchard: Un multiculturalisme montréalais?

On the Montreal and rest of Quebec divide. Those who live the reality of diversity and those who do less. And maybe the rest of Quebec needs to approach Montreal with its greater ease with diversity rather than. vice versa:

Il faut reparler de l’interculturalisme. Le débat public sur les relations interculturelles au Québec est en retrait alors que nous sommes toujours en quête d’un modèle institutionnalisé indiquant la marche à suivre. Et cela en dépit des engagements pris depuis 20 ans par les partis au pouvoir.

Sur le plan des politiques, il s’est ainsi créé un vide. Mais comme il arrive souvent, c’est un vide qui se remplit imperceptiblement, et pas toujours comme on le voudrait. Dans ce cas-ci : c’est une forme de multiculturalisme émergent dont la métropole montréalaise devient l’épicentre. Une vision gagne du terrain parmi une bonne partie de sa population selon laquelle on est Montréalais bien avant d’être Québécois. Suivant cette logique, la métropole risque de se transformer en un électron libre où s’élaborent une identité et une appartenance en marge de l’ensemble du Québec, favorisant ainsi l’essor d’un bilinguisme non officialisé. Il ne s’agirait plus d’élaborer une conception générale de la nation reposant sur l’intégration de tous les citoyens québécois, ceux de la majorité et des minorités, en respectant les droits des uns et des autres (comme le veut l’interculturalisme).

Plusieurs observateurs voient progresser à Montréal une forme latente de multiculturalisme sans programme dont la gestion est laissée aux transactions microsociales et à la vie quotidienne, c’est-à-dire à la mouvance de la mondialisation. Ceci ouvre la voie, au cœur du Québec, à une vie civique progressivement affranchie du cadre national.

Des facteurs structurants favorisent cette évolution : le rayonnement croissant de l’anglais à l’échelle planétaire, la dynamique démographique qui laisse prévoir un plus grand nombre d’immigrants au cours des prochaines décennies, la très forte concentration des nouveaux venus dans la région montréalaise, la fracture à la fois ethnoculturelle et politique entre Montréal et le reste du Québec — une fracture que déjà en 2010 Guy Rocher qualifiait de « dramatique ».

Encore une fois, rien de formalisé ou de programmé dans la marche de ce multiculturalisme ; il suffit de laisser aller les choses. L’administration municipale ne semble pas avoir de vision intégrée de la situation et n’a toujours pas de politique officielle.

Les Cités interculturelles

Il s’est présenté depuis 10 ans une occasion d’atténuer cette fracture, mais on se demande si Montréal en a tiré tout le profit escompté. En 2010, j’ai fait des démarches auprès des dirigeants du Conseil de l’Europe afin qu’ils admettent Montréal comme membre du prestigieux projet international des Cités interculturelles. Quelques intervenants (surtout Gilles Rioux, un acteur de longue date dans ce domaine) ont ensuite amené la direction de la Ville à poser sa candidature, qui fut donc acceptée. C’était en 2011.

Actuellement, 140 villes réparties sur quatre continents participent à ce projet. L’objectif est d’encourager chacune à innover en matière de gestion de la diversité, à échanger avec les autres et à enrichir ses programmes. Fondé en 2007, ce réseau est devenu le lieu d’un formidable bouillonnement de réflexion et d’innovations dont chaque membre peut tirer un grand profit (on trouvera sur Internet des informations détaillées sur le sujet). Qu’est-ce que Montréal a fait depuis 10 ans ? De l’avis de divers informateurs proches du dossier, le bilan serait mitigé. On voudrait avoir l’assurance que la participation à ce grand projet a reçu toute l’attention qu’il méritait de la part des deux administrations municipales qui se sont succédé depuis.

En vertu d’une orientation adoptée par le Conseil de l’Europe, l’interculturalisme est l’éclairage général sous lequel les travaux se déroulent. Voilà une veine de réflexion qui a mobilisé de nombreux chercheurs québécois depuis 30 ans. Montréal, en puisant dans ces travaux (axés sur la conception d’un interculturalisme d’inspiration québécoise), pouvait donc apporter quelque chose d’original au réseau. En retour, elle en retirerait des enseignements substantiels conduisant à la mise en place de politiques originales, de programmes novateurs.

Mieux raccorder la conscience collective montréalaise à celle du Québec est une tâche complexe. Il faudrait d’abord provoquer une prise de conscience, prendre la mesure exacte du problème, amorcer une réflexion puis appliquer un plan à l’échelle tant nationale que métropolitaine. Le projet de loi 96 en discussion à l’Assemblée nationale peut constituer une avancée importante (en dépit du pessimisme de plusieurs démographes). Il est essentiel de raffermir notre identité et notre culture nationale. Sinon, il sera difficile de créer le sentiment d’appartenance et la solidarité permettant de mobiliser notre société autour d’idéaux collectifs. Et en cours de route, d’inspirer la fierté de ce que nous aurons fait ensemble.

La CAQ ne devrait-elle pas s’y engager davantage qu’elle ne le fait actuellement ?

Source: Un multiculturalisme montréalais?

Bouchard: Rapports interculturels et tyrannie des minorités

Bouchard takes on the rhetoric regarding the “tyranny of minorities” and the divisiveness it creates:

Depuis quelque temps, on peut lire et entendre que la majorité francophone au Québec serait désormais, comme d’autres majorités culturelles, l’otage des minorités. Ces dernières pèseraient indûment sur les choix de l’État et les orientations du débat public. Elles érigeraient des privilèges en droits inaliénables. Elles auraient même instauré un tabou qui empêcherait l’expression d’opinions dissidentes. Le pluralisme serait ainsi devenu un fondamentalisme, une orthodoxie intolérante. En somme, l’ancienne tyrannie de la majorité dont parlait Tocqueville se serait inversée.

Qu’est-ce que le pluralisme ?

En fait, le pluralisme invite essentiellement à reconnaître les mêmes droits à tous les citoyens, quelles que soient leurs origines, leurs croyances, leurs caractéristiques physiques. C’est cela que requiert le respect de la diversité, notamment celle qu’incarnent les immigrants et les membres des minorités. Cette orientation a connu une avancée spectaculaire après la Deuxième Guerre mondiale et son cortège d’horreurs, venant après celui de la guerre de 1914-1918. L’idée s’est alors répandue qu’il fallait protéger la diversité plutôt que la broyer. C’est le même courant d’idées qui a fait avancer la norme de l’égalité entre « races », de l’égalité entre hommes et femmes et de la liberté de croyance. Il a aussi aidé à la reconnaissance de l’homosexualité et des divers genres ou identités sexuelles. Enfin, en rejetant toute forme d’exclusion, il a inspiré une vision plus authentique de la démocratie et de la justice.

L’essor du pluralisme s’est accompagné d’une attention particulière envers les minorités ethnoculturelles, tout particulièrement les immigrants et les minorités. Dans le passé, c’est dans ces catégories sociales que se recrutaient le plus grand nombre de victimes de la part des majorités. L’histoire fourmille d’exemples à l’appui de cet énoncé. Un redressement s’imposait donc et il est en cours, ici comme ailleurs.

Il arrive que des intervenants dénoncent le fait que nos gouvernements (comme ceux d’autres nations d’Occident) n’en auraient que pour les minorités et se soucieraient moins des besoins et des droits de la majorité. D’où les expressions comme « la tyrannie des minorités », « la religion des droits », « l’exclusion des majorités », le « reniement de soi », etc.

Cette nouvelle vision tend à activer les peurs et les stéréotypes racistes déjà présents dans une partie de la population. Elle contribue aussi à banaliser la discrimination, présente ici comme ailleurs. Mais cette vision est-elle conforme à la réalité ?

Ce qui reste à faire

Les faits sont pourtant bien connus : il reste d’importants progrès à faire pour étendre les mêmes droits à tous les citoyens québécois. En ce qui concerne les minorités ethnoculturelles, il subsiste un grand nombre de manquements que chacun est à même de constater. Par exemple : les pratiques persistantes de profilage racial par les forces policières ; une sous-représentation dans l’administration publique due au fait que l’État continue depuis vingt ans à transgresser sa propre loi ; la discrimination dans le logement ; la hausse des propos haineux ; les résistances à des cimetières séparés pour les musulmans, alors qu’ils sont permis à d’autres groupes religieux ; la condition déplorable des femmes immigrantes.

Le discours de la tyrannie des minorités entraîne trois conséquences néfastes pour les minorités : il éveille dans une partie de la population des attitudes hostiles au respect mutuel ; il cause une fracture entre majorité et minorités ; il entrave l’intégration de tous les citoyens.

Bannir le terme « diversité »

Enfin, il arrive que des mots apparemment inoffensifs colportent discrètement un message d’exclusion. C’est ce qui arrive présentement avec l’usage croissant du terme « diversité » pour désigner les membres des minorités. Emprunté à la France, où, sans le dire, il fait surtout référence aux musulmans, je crois que c’est un terme à bannir. D’abord, il donne erronément à entendre que la majorité serait homogène. En plus, il institue une autre manière d’établir une distance,un clivage entre citoyens (entre « nous » et « eux autres »).

L’épouvantail du multiculturalisme

Il reste un autre écueil à écarter, c’est l’épouvantail du multiculturalisme canadien auquel plusieurs se plaisent à identifier le pluralisme. Selon cette conception, le pluralisme ne serait qu’une autre machination fédéraliste pour contraindre le Québec.

En réalité, le pluralisme est une philosophie générale dont on trouve des applications particulières, spécifiques, dans plusieurs modèles de gestion démocratique de la diversité. Le multiculturalisme canadien en est un, tout comme le républicanisme et l’interculturalisme, entre autres. Il est important de distinguer le pluralisme comme horizon commun et les diverses traductions qu’on peut en faire.

Source: Rapports interculturels et tyrannie des minorités

Bouchard: La souveraineté du Québec, plus nécessaire que jamais

Ironic to cite COVID-19 as a justification for Quebec independence while ignoring that Quebec has the highest number of infections and deaths per million of all Canadian provinces and on par with the most affected European countries.

And of course, both multiculturalism and interculturalism are similar models of civic integration, with more semantic rather than substantive differences:

Du point de vue de notre avenir politique, deux leçons peuvent être tirées de l’actuelle pandémie. Nous avons pu constater que, presque partout, les populations plongées dans l’insécurité se sont tournées vers leur nation pour se protéger. Les instances supranationales, à commencer par l’Union européenne, se sont montrées étonnamment impuissantes à mettre en œuvre des initiatives efficaces pour contrer la pandémie.

Chacun a pu ainsi prendre conscience du recours indispensable que l’État-nation continue de représenter comme rempart dans un contexte de crise. Cette enceinte a montré une grande capacité à susciter une solidarité, montrant ainsi qu’elle est loin d’avoir perdu sa pertinence. Il y a intérêt à la soutenir et à la perpétuer. C’est la première leçon.

La pandémie a aussi révélé la fragilité des réseaux supranationaux. La mondialisation ne s’en trouve pas pour autant condamnée, loin de là, mais elle a accusé d’inquiétantes carences. Il sera prudent de mieux définir nos engagements et nos articulations avec cette sphère qui demeure largement chaotique et imprévisible. On voit l’importance de pouvoir se reposer sur un État doté de tous les pouvoirs essentiels. C’est la deuxième leçon.

Les raisons profondes qui ont toujours motivé le mouvement souverainiste restent d’actualité : le combat pour le français, l’émancipation économique, sociale et culturelle de notre société, le renforcement d’une francophonie nord-américaine et, plus généralement, une plus grande liberté collective pour traiter à notre façon, suivant nos traditions et nos choix, les grands problèmes de l’heure. Ces raisons sont clairement rappelées et mises à jour dans le dernier numéro de la revue Action nationale. La pandémie en fait voir d’autres : renforcer la nation-refuge et procurer à l’État une marge de manœuvre accrue qui lui permet de mieux naviguer à travers les écueils de la sphère planétaire.

Sur l’enjeu identitaire

Tout cela survient au moment où le Parti québécois, occupé à se redéfinir, se donnera bientôt un nouveau chef. J’aimerais, dans ce contexte, soumettre trois réflexions. La première concerne la thématique identitaire, toujours bien vivante au sein de ce parti. Écartons d’abord un malentendu. Il est incontestable qu’une nation a besoin d’une identité comme expression d’une appartenance et source de solidarité. On imagine mal comment, privée de ces ressorts, elle pourrait mobiliser ses citoyens et ses citoyennes autour d’idéaux et de projets communs.

Le danger, c’est lorsque la quête d’une identité glisse vers une auscultation de soi qui l’appauvrit et rétrécit le « nous » de la nation. Un déplacement de ce genre est néfaste pour une société diversifiée. Il tend aussi à diminuer la place d’une dimension essentielle, celle de l’action collective, des grands projets que nous pourrions réaliser tous ensemble comme Québécois. Or, la mémoire de ces réalisations contribue justement à fortifier l’identité.

La population québécoise est de plus en plus diversifiée et le vieux noyau francophone jadis largement majoritaire se contracte progressivement (de 79 % en 1971, sa proportion serait passée à 64 % en 2014). Il est donc nécessaire d’ajuster la définition de la nation et de l’identité à la nouvelle réalité.

Est-ce là succomber au multiculturalisme ? On en est loin. Premièrement, il s’agit simplement de reconnaître les droits de tous les citoyens du Québec, en particulier là où ils sont compromis. Cette règle n’est pas copiée du multiculturalisme, elle fait partie de l’héritage général de toutes les horreurs commises durant la première moitié du XXe siècle en Occident. L’éthique qu’elles ont engendrée invite à respecter la diversité plutôt que de la broyer. Le multiculturalisme canadien en est lui-même une expression parmi bien d’autres, tout comme l’interculturalisme québécois.

Deuxièmement, le modèle canadien en matière de relations interculturelles est très différent de l’approche québécoise. Dans le premier cas, les groupes ethnoculturels se voient accorder une latitude exceptionnelle, si bien que le souci de cimenter ces minorités devient quasiment secondaire.

Au Québec, au contraire, c’est une priorité. Nous sommes une petite nation constamment soucieuse d’intégration, de solidarité, de concertation, de rassemblement — et de survie. Troisièmement, le multiculturalisme canadien reconnaît l’existence de minorités mais nie celle d’une majorité. Comment ce modèle pourrait-il s’appliquer ici ?

Le prochain chef du PQ

Je reviens au Parti québécois. La recherche d’une identité forte, au sens défini plus haut, et la promotion d’une conception vraiment inclusive de la nation ne sont nullement incompatibles. Il suffit de revenir à la tradition instaurée par le parti à ses années glorieuses. La loi 101 en est une parfaite illustration. D’un côté, elle servait les intérêts de la majorité en renforçant le français. De l’autre, elle servait les intérêts des minorités en leur procurant le moyen de mieux s’intégrer à la société et d’y faire leur chemin.

Dans l’intérêt du parti et de celui du Québec, il est éminemment souhaitable qu’il renoue avec cette philosophie qui lui a valu une grande partie de ses succès. Cette tradition est toujours porteuse d’avenir parce qu’elle est étroitement alignée sur le Québec en devenir que les fondateurs avaient remarquablement anticipé.

Concernant la course à la chefferie, ces réflexions invitent à favoriser le candidat qui incarne le mieux à la fois la grande tradition et l’avenir du parti suivant les voies esquissées ici. Parmi les candidatures en lice, celle de Sylvain Gaudreault me semble la plus proche de ce profil.

Source: La souveraineté du Québec, plus nécessaire que jamais

Laïcité : «On n’a pas l’air d’une société décente», dit Gérard Bouchard

Worth noting:

Le sociologue Gérard Bouchard croit que le Québec « n’a pas l’air d’une société décente » avec le projet de loi sur la laïcité de l’État qui dépeint une province peu sensible aux droits fondamentaux.

De passage à Québec dans le cadre des consultations du projet de loi 21 du ministre Simon Jolin-Barrette, celui qui a cosigné en 2008 le rapport Bouchard-Taylor croit que les libéraux sont en partie responsables de la polarisation du débat en n’ayant pas agi à l’époque.

« Si [le gouvernement Charest] avait appliqué nos principales recommandations, on ne serait pas là aujourd’hui, a dit M. Bouchard. On pourrait enfin s’occuper enfin d’enjeux qui sont beaucoup plus importants. »

« Avec un enjeu aussi émotif, qui rejoint ce qui est de plus profond chez une personne, c’est évident que si le débat traîne, on va d’échec en échec, avec de l’impatience, de l’animosité, de l’agressivité, de la polarisation et des positions qui se durcissent », a poursuivi le sociologue.

Avec le projet de loi 21 du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), qu’il qualifie de « radical » puisqu’il utilise une clause de dérogation pour le préserver de contestations judiciaires, la réputation du Québec est entachée, a dit M. Bouchard.

« On a l’air de gens qui ne sont pas très sensibles aux droits fondamentaux, a affirmé le sociologue. On a l’air d’une société pas très démocratique [en ayant] recours à la clause dérogatoire pour se soustraire à l’examen des tribunaux. On n’a pas l’air d’une société décente. »

Des conséquences sociales  

Gérard Bouchard a aussi prévenu mercredi que le gouvernement Legault risque de détériorer les relations entre la population majoritaire francophone et les communautés minoritaires du Québec.

« Les relations entre la majorité [francophone] et les minorités ne sont pas en bon état au Québec, notamment depuis la Charte des valeurs du Parti québécois. On a pu le voir encore cet été avec la controverse sur les appropriations culturelles. L’état de ces relations est mauvais et je pense que le projet de loi [caquiste] va les détériorer encore plus », a dit M. Bouchard.

Selon lui, si Québec excluait les enseignants et les directions d’école du projet de loi, pour interdire qu’aux fonctionnaires ayant un pouvoir coercitif le droit de porter un signe religieux (comme il proposait déjà en 2008), « [le gouvernement] aurait de bonnes chances de convaincre les tribunaux ».

Gérard Bouchard a aussi rappelé qu’il n’existe aucune donnée scientifique qui prouve que le port de signes religieux peut endoctriner des élèves ou les traumatiser. « Il n’y a aucune étude rigoureuse qui permet » d’appuyer cela, a-t-il dit.

Si de telles études existaient, M. Bouchard pourrait même être favorable au projet de loi du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), a-t-il ajouté mercredi.

Source: Laïcité : «On n’a pas l’air d’une société décente», dit Gérard Bouchard

And some teacher testimony in favour of Bill 21:

Si la cigarette de Lucky Luke ou un homme-sandwich McDonald’s transmettent des messages, les signes religieux le font aussi, ont dénoncé mercredi deux enseignantes invitées aux consultations du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

Leila Bensalem, une enseignante de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), croit que le voile que porte certaines musulmanes « n’est pas un modèle à transmettre [aux] élèves. »

De passage à Québec mercredi, Mme Bensalem était accompagnée de Nadia El-Mabrouk, professeure en informatique à l’Université de Montréal. Les deux femmes ont salué la volonté du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) d’interdire le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants.

« Est-ce qu’il y a des données sur le fait que s’habiller en homme-sandwich McDonald’s, ça fait en sorte que les gens mangent plus de hamburgers ? L’affichage, la publicité, […] ça conditionne les personnes. Si on [en] n’était pas convaincu, […] il n’y aurait pas de publicité », a affirmé Mme El-Mabrouk.

« Les signes religieux [ont] une charge politique, a pour sa part affirmé MmeBensalem. C’est un problème dans une classe. »

Tout comme Djemila Benhabib, mardi, l’enseignante montréalaise considère qu’une enseignante musulmane voilée qui refuserait de retirer son voile, une fois la loi adoptée, serait « intégriste ».

Devant les parlementaires, elle s’est questionnée sur les états d’âme d’une petite fille iranienne dont la famille aurait fui son pays et qui se retrouverait devant une enseignante voilée. « Comment va-t-elle se sentir? », s’est inquiétée MmeBensalem.

« [Et] des élèves palestiniens […] qui ont fui les pratiques de l’État israélien [et] qui feraient face dans une classe à un enseignant qui porte la kippa, [voilà] qui les ramène à toutes ces choses qu’ils ont fuies », a-t-elle ajouté.

Québec « cautionne l’exclusion »

Haroun Bouazzi, porte-parole de l’Association des Musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec, croit pour sa part que le gouvernement Legault « cautionne l’exclusion » avec le projet de loi 21.

« Un gouvernement établit avec ses lois […] ce qui est acceptable ou pas dans une société. Le message est clair ici qu’il est acceptable d’exclure des membres d’une minorité sans raison valable », a-t-il dénoncé mercredi lors de son allocution devant les parlementaires à Québec.

M. Bouazzi a mis au défi le ministre Simon Jolin-Barrette de ne pas appliquer une clause dérogatoire à sa loi et de la laisser être contestée devant les tribunaux.

Plus tard en journée, mercredi, le sociologue Gérard Bouchard témoignera à son tour aux consultations particulières du projet de loi 21. Mardi, son ancien collègue, le philosophe Charles Taylor, a affirmé que le gouvernement Legault semait actuellement la division.

Source: Les signes religieux portent un message, disent des enseignantes

 

Bill 21: Laïcité: Bouchard et Taylor sonnent la charge

From the éminences grises du rapport:

Les audiences publiques qui débutent mardi sur le projet de loi 21 s’annoncent comme le théâtre d’expression de profondes divisions politiques et sociales au Québec. Et les signataires du rapport Bouchard-Taylor seront parmi les premiers à mener la charge contre un projet de loi « nourri par une certaine islamophobie » (de l’avis de Charles Taylor) et qui risque de mener à une sorte de « radicalisation » du Québec (selon Gérard Bouchard)

« La loi aggravera les clivages qui se sont creusés depuis quelques années entre la majorité et les minorités, dressant ces dernières contre la première, écrit le sociologue Bouchard dans un mémoire qu’il présentera mercredi, mais dont Le Devoir a obtenu copie. Elle aura aussi pour effet d’introduire un élément de radicalisation dans notre société », pense-t-il.

La loi aggravera les clivages qui se sont creusés depuis quelques années entre la majorité et les minorités

Le coprésident de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables croit qu’à défaut de mettre un terme au débat sur les signes religieux, le projet de loi 21 « va au contraire relancer la controverse ».

Dans sa présentation, Gérard Bouchard s’attarde principalement à la décision du gouvernement Legault d’étendre aux enseignants l’interdiction du port de signes religieux. Le rapport qu’il avait présenté en 2008 excluait cette idée, mais proposait une interdiction pour les employés avec un pouvoir de coercition (ce en quoi il croit toujours).

« Le fait d’interdire à de jeunes professionnels la possibilité de faire carrière dans l’enseignement à cause de leur croyance religieuse ne s’accorde pas avec le sens de l’équité et de la compassion hérité de notre histoire », écrit-il.

Québec fait fausse route en arguant que cet interdit fait partie de l’équation de la séparation de l’État et de l’Église, pense M. Bouchard. « Affirmer que le principe de la séparation institutionnelle entraîne une interdiction de porter des signes religieux [chez les enseignants] me paraît comporter une grande part d’arbitraire. Le droit fondamental d’exercer et de manifester sa religion devrait donc ici prévaloir. »

Le sociologue estime qu’il manque de « données empiriques rigoureuses » prouvant que le port d’un signe religieux chez les enseignants « entrave la démarche pédagogique », « traumatise des élèves » ou « entraîne une forme d’endoctrinement chez les élèves ».

Et si jamais c’était le cas, comment justifier que les écoles privées — notamment celles qui sont religieuses — ne seront pas assujetties à la Loi sur la laïcité, demande-t-il ? C’est pourtant là où « on peut présumer que le port des signes religieux est le plus répandu », note M. Bouchard.

Au-delà des enseignants, Gérard Bouchard se demande aussi « comment se justifie l’interdiction frappant diverses catégories de personnel qui n’exercent pas de pouvoir [de coercition], notamment les arbitres, les shérifs, les greffiers, les avocats et les notaires ? ».

Charles Taylor

Son ex-collègue, Charles Taylor, tentera mardi de dissuader le gouvernement Legault d’adopter ce projet de loi qui, à son avis, s’appuie sur des préjugés. « Le mot musulman n’apparaît peut-être pas, donc ça ne cible pas la religion musulmane, mais c’est très clair que l’opinion majoritaire contre les signes visibles est nourrie par une certaine islamophobie qui a, en quelque sorte, [été] inculquée à la population par toutes sortes de sites Web, a-t-il affirmé. En l’absence de cette islamophobie, les gens seraient moins avides de faire avancer des exclusions comme celle-là. »

M. Taylor soutenait l’interdiction du port de signes religieux pour les employés de l’État en position coercitive comme les policiers et les gardiens de prison lors de la publication du rapport de la commission Bouchard-Taylor. Mais il a fait volte-face après l’attentat commis en 2017 à la grande mosquée de Québec.

L’adoption du projet de loi ne fera qu’attiser les préjugés contre les minorités religieuses, selon lui, et risque de mener à une augmentation importante des incidents haineux. C’est ce qui s’est produit « dans toutes les sociétés où des mesures restrictives semblables à celles de la loi 21 ont été défendues en campagne électorale ou référendaire par un parti majeur — le Front national en France, les partisans du Brexit en Angleterre, les républicains de Trump, et le PQ au Québec en 2014 […] », écrit-il dans le mémoire qu’il présentera avec le philosophe Jocelyn Maclure.

« Au nom de quel intérêt public a-t-on le droit de soumettre une minorité de citoyens récemment arrivés chez nous à de telles épreuves ? », demandent-ils.

M. Taylor a souligné en entrevue que le projet de loi 21 crée un grave précédent, puisqu’il va à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés et de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. « Ils vont sacrifier des droits et libertés de certains citoyens, et c’est très dangereux, parce que ce genre de charte est en quelque sorte la protection de tout le monde, a-t-il dénoncé en entrevue. Demain, il pourrait y avoir une autre minorité qui soit très impopulaire envers laquelle il y a des préjugés et on va se sentir justifié de supprimer ces droits-là. »

Très attendues, les consultations autour du projet de loi 21 débuteront mardi avec quatre groupes qui soutiennent le projet de loi : Pour les droits des femmes du Québec (PDF), le Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité de Djemila Benhabib, le Mouvement national des Québécois et des Québécoises de même que l’Association québécoise pour les Nord-Africains pour la laïcité.

PDF, pour qui laïcité rime avec égalité homme-femme, veut étendre l’interdiction du port de signes religieux à l’ensemble des employés du milieu scolaire, y compris ceux des services de garde. L’organisme propose en tout 16 recommandations, l’application de sanctions sévères pour les établissements qui contreviendraient à la loi.

Le gouvernement Legault espère faire adopter le projet de loi d’ici la relâche estivale. En tout, 36 groupes et experts témoigneront lors des consultations, qui s’échelonneront sur deux semaines.

Laïcité: la CAQ «erre gravement», selon Gérard Bouchard

Speaks for itself (as did Charles Taylor’s similarly critical take):

Gérard Bouchard, coprésident de la commission sur les «accommodements raisonnables» il y a une douzaine d’années, affirme que le gouvernement Legault «erre gravement ou cède à la démagogie» en voulant interdire aux enseignants de porter des signes religieux à l’école.

M. Bouchard est le coauteur du rapport de 2008 qui est abondamment cité comme source d’inspiration pour le projet de loi 21 du gouvernement de la Coalition avenir Québec sur la laïcité de l’État. Le projet de loi vise à interdire à plusieurs catégories d’employés de l’État de porter des signes religieux dans l’exercice de leurs fonctions, notamment les enseignants du primaire et du secondaire du secteur public et les directeurs d’écoles.

Dans une lettre d’opinion parue vendredi dans La Presse, l’historien et sociologue Bouchard se demande si le premier ministre François Legault ne cède pas à la démagogie avec son projet de loi interdisant les signes religieux.

À la suite d’audiences publiques tenues dans tout le Québec, la commission présidée par M. Bouchard et le philosophe Charles Taylor proposait en 2008 d’interdire les signes religieux aux employés de l’État «détenant un pouvoir de coercition»: les policiers, les juges, les procureurs de la Couronne et les gardiens de prison. Mais pour tous les autres «agents de l’État» – enseignants, fonctionnaires, professionnels de la santé et autres-, la «commission Bouchard-Taylor» estimait que le port de signes religieux devrait être autorisé.

M. Bouchard affirme aujourd’hui que le gouvernement Legault «erre gravement (ou cède à la démagogie) en assimilant le pouvoir extraordinaire de coercition» aux enseignants. Il estime que l’ajout des enseignants dans cette catégorie constitue une «restriction ou une suppression» d’un droit fondamental.

Il considère aussi que le recours par le gouvernement à la disposition dérogatoire pour bloquer toute contestation judiciaire «engage ainsi le Québec sur une voie périlleuse».

M. Taylor, qui s’était déjà dissocié de son propre rapport, a dénoncé cette semaine le projet de loi «clairement discriminatoire» du gouvernement Legault; il a déclaré à La Presse canadienne qu’il le combattrait par tous les moyens.

Source: Laïcité: la CAQ «erre gravement», selon Gérard Bouchard

ICYMI – Immigration: Gérard Bouchard plaide pour des quotas d’embauche | Réjean Bourdeau | Actualités

Interesting. Personally, I favour the federal approach of transparency and annual reporting for the public service and federally-regulated sectors, which has worked reasonably well over the last 25 years or so but Quebec numbers, last time I checked, are particularly low:

Que faut-il faire pour voir grandir le sentiment d’appartenance des immigrants à l’égard du Québec?

Il faut réussir leur intégration économique et sociale. Quelqu’un d’exclu et victime de discrimination ne développera jamais de sentiment d’appartenance. Pour sensibiliser quelqu’un et pour le faire vibrer à nos valeurs, il faut d’abord lui donner un travail. Et là-dessus, on a vraiment mal joué nos cartes. Le sous-emploi chez les immigrants bouge peu parce qu’on ne fait pas ce qu’il faut. Le gouvernement pourrait mettre en oeuvre des programmes. Une espèce d’affirmative action, comme ils ont fait aux États-Unis pour créer une classe moyenne afro-américaine. Ça prendrait quelque chose de massif, de déterminé. Qui serait soutenu par la population. Qui serait enveloppé dans un discours. Mais nous, on ne le fait pas.

Pourquoi on ne le fait pas?

Il n’y a pas de volonté politique pour ça. Quand il y a eu la tuerie dans la mosquée de Québec en janvier dernier, le premier ministre Couillard a dit : «Il y a eu un avant et il y aura un après.» Ça laissait entendre que cet événement avait été d’une horreur telle que plus rien n’allait se passer de la même manière. Qu’on allait changer les choses en profondeur. Mais il n’y a rien eu. Ce n’est pas la loi 62 (respect de la neutralité religieuse de l’État) qui va régler les problèmes. Et la Consultation sur la discrimination systémique et le racisme n’a pas levé. Ça s’est transformé en Forum sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination qui a lui-même commencé à branler.

Quel type de politique d’intégration faut-il mettre en oeuvre pour offrir des emplois aux immigrants?

Il faut créer des conditions favorables pour réparer le retard social qu’ils ont accusé. Alors, ça va prendre un discours politique qui a beaucoup d’autorité pour faire accepter ça à la population. Parce que plusieurs pourraient dire : «Non, non, l’égalité, ce sont les mêmes conditions pour tout le monde.» Mais il va falloir faire plus que ça, parce que là, c’est quelque chose de structurel.

Que proposez-vous?

Il faut instituer des quotas. Un peu comme on l’a fait pour l’égalité hommes-femmes. Ça, ce sont des choses très concrètes. On fixe la barre. Par exemple, il faut qu’il y ait la moitié des femmes dans les conseils d’administration. Et il y a des organismes de surveillance pour voir comment ça se passe. Pour les travailleurs immigrants, on pourrait soumettre les entreprises à certaines règles pour l’embauche. Bref, il y a plein de mesures qui pourraient être appliquées. Mais il faudrait que ce soit enveloppé dans un discours politique qui rend la chose acceptable à l’ensemble de la population. Autrement, ça va passer pour une injustice, pour des privilèges aux immigrants. Et ce discours-là est déjà présent.

Pourquoi les travailleurs immigrants sont-ils moins recherchés?

D’abord, il y a une forme de corporatisme quand vient le temps de reconnaître les diplômes obtenus à l’étranger. De plus, il y a, étrangement, certaines résistances syndicales à l’embauche d’immigrants dans la fonction publique. Ensuite, du côté des PME, on se tourne souvent vers des connaissances, des parents (appelons ça «le facteur cousin»), quand vient le temps d’engager. Ce facteur est beaucoup moins présent dans les multinationales.

Quels sont les impacts de ce type de discrimination?

Je me suis souvent fait dire par des immigrants, ou par des membres des minorités, qui étaient sans emploi : «M. Bouchard, votre modèle d’interculturalisme, ça a du bon sens, mais pourquoi ce serait très important pour nous… on n’a pas d’emplois. Nos enfants nous regardent et nous demandent pourquoi on ne travaille pas.» Si quelqu’un n’a pas d’emploi, il ne peut pas rêver. Le sensibiliser à nos symboles, à nos valeurs, à nos combats, ça ne marche pas. Il faut d’abord qu’il retrouve un sens de la dignité. Un grand nombre d’immigrants sont humiliés de ne pas avoir d’emploi et de vivre aux crochets de la société dans laquelle ils vivent.

via Immigration: Gérard Bouchard plaide pour des quotas d’embauche | Réjean Bourdeau | Actualités

La loi 62 «ne passera pas le test» des tribunaux, selon Bouchard et Taylor

More from Bouchard and Taylor:

Le gouvernement libéral fait fausse route avec sa loi sur la neutralité religieuse (projet 62), estiment les ex-commissaires Gérard Bouchard et Charles Taylor. Dix ans après la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, les deux hommes montrent d’ailleurs du doigt l’absence de « volonté politique » touchant l’application de leurs recommandations.

« On a l’impression qu’après dix ans, la volonté politique de donner suite à nos recommandations n’est pas vraiment là », avance M. Bouchard. « Il y a une certaine tendance chez les politiciens à opter pour la tendance électoraliste, et cette tendance est trop forte », renchérit M. Taylor, rencontré avec son ex-collègue en marge d’un colloque sur les dix ans de la Commission, hier.

Une trentaine d’experts se sont penchés, les 19 et 20 octobre à l’Université de Montréal, sur la décennie écoulée depuis la mise en branle de la commission Bouchard-Taylor. « Où en sont nos sociétés en matière de gestion de la diversité culturelle et religieuse ? » Voilà la question que les panélistes du Colloque international et interdisciplinaire tentaient d’éclaircir.

« La société civile est active dans le domaine de la recherche. Même les petites municipalités mettent en place des choses pour intégrer les migrants », se réjouit M. Bouchard. « Mais c’est le politique qui ne suit pas. On revient toujours à la même chose », poursuit-il, souhaitant qu’un gouvernement prenne enfin des « initiatives courageuses » dans le débat.

« COMPLÈTEMENT RATÉ »

Et ce n’est pas avec la loi sur la neutralité religieuse que l’État tranchera la question de la laïcité, disent-ils. « C’est complètement raté », affirme M. Taylor. « Si le gouvernement laisse ça comme ça, c’est un coup d’épée dans l’eau », ajoute M. Bouchard. Selon eux, Québec aurait dû, à tout le moins, définir le concept de laïcité, et pas seulement celui de neutralité.

« On avait proposé [à l’époque] un vrai régime de laïcité avec toutes ses composantes : la neutralité, la séparation [de l’Église et de l’État], la liberté de choix, l’égalité des cultes… On ne comprend pas pourquoi ils n’ont pris qu’un seul morceau alors que les quatre composantes se complétaient. N’en tirer qu’une seule laisse tout un édifice qui n’est pas en place », explique l’historien.

Selon eux, la loi ne « passera pas le test » des tribunaux.

ENCORE ACTUEL

Le rapport Bouchard-Taylor publié en 2008 pourrait encore aujourd’hui servir d’outil au gouvernement, estiment les auteurs, notamment en s’appuyant sur les « forts éléments de consensus » dégagés entre autres sur la question de l’interculturalisme. « Si [un gouvernement] attend l’unanimité dans la population, ça n’arrivera jamais », tranche M. Bouchard.

Source: La loi 62 «ne passera pas le test» des tribunaux, selon Bouchard et Taylor | Fannie Lévesque | Politique

‘Problematic’ and a ‘dog’s breakfast’: Quebec face-covering ban panned by authors of landmark report [Bouchard and Taylor]

Always worth listening to Bouchard and Taylor:

A new Quebec law purported to deal with secularism and the accommodation of minorities is being called a “dog’s breakfast” of contradictions by one of the authors of a landmark study of the issue.

The other author of the study says it would be “problematic” in its application by health-care and transit workers.

In their 2008 report, sociologist Gérard Bouchard and philosopher Charles Taylor offered solutions aimed at assuaging concerns about the erosion of Quebec identity while respecting the rights of minorities.

The Liberal government’s Bill 62 on religious neutrality, passed in Quebec’s National Assembly on Wednesday, aims to address some of the recommendations laid out in their report.

However, speaking separately, both men say it misses the mark.

“It’s a bit surprising that a law that purports to be about secularism reduces it to one dimension — religious neutrality — and doesn’t explore separation of church and state, equality of religions and belief, freedom of religion,” Bouchard told Radio-Canada’s morning radio program Gravel le matin.

Bouchard pointed out that the law does not address the crucifix still hanging at the National Assembly.

Taylor had an even more scathing assessment. In an email, he called it “excessive and badly conceived, in fact, contradictory.”

The bill represents Quebec’s latest attempt to address the question of religious neutrality.

The separation of church and state is viewed as a central pillar of Quebec society, but successive governments have struggled to implement guidelines on what this should look like on a daily basis — with neutrality and secularism running up against religious freedom.

How will law be applied?

Bill 62 extends to municipal services, meaning Muslim women who wear a niqab or burka wouldn’t be able to take out a book from the library, visit the doctor or take the bus or Metro.

The guidelines on how the law should be enforced won’t be ready until next summer. The law also provides for exceptions to be made on religious grounds, though exactly how that would work is unclear.

All this makes the law’s application “problematic,” Bouchard said.

“A woman with a covered face who presents herself at the hospital emergency room, we’re not going to send her home if it’s life-threatening,” he said.

“Another scenario, the bus stops in winter and it’s –30 C, and the woman with a niqab is there with her two small children. Will the driver leave her on the curb?”

The union representing workers at Montreal’s public transit authority, the STM, has already said its members don’t want that responsibility, while civil rights advocates say the law infringes on freedoms enshrined under the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

In an email, Taylor pointed out that the province justified the law for safety, communication and identification reasons.

But, he said, none of those are at stake when someone takes a bus or is treated by a doctor in hospital.

“It’s a dog’s breakfast,” Taylor said.

Source: ‘Problematic’ and a ‘dog’s breakfast’: Quebec face-covering ban panned by authors of landmark report – Montreal – CBC News