Laïcité : «On n’a pas l’air d’une société décente», dit Gérard Bouchard

Worth noting:

Le sociologue Gérard Bouchard croit que le Québec « n’a pas l’air d’une société décente » avec le projet de loi sur la laïcité de l’État qui dépeint une province peu sensible aux droits fondamentaux.

De passage à Québec dans le cadre des consultations du projet de loi 21 du ministre Simon Jolin-Barrette, celui qui a cosigné en 2008 le rapport Bouchard-Taylor croit que les libéraux sont en partie responsables de la polarisation du débat en n’ayant pas agi à l’époque.

« Si [le gouvernement Charest] avait appliqué nos principales recommandations, on ne serait pas là aujourd’hui, a dit M. Bouchard. On pourrait enfin s’occuper enfin d’enjeux qui sont beaucoup plus importants. »

« Avec un enjeu aussi émotif, qui rejoint ce qui est de plus profond chez une personne, c’est évident que si le débat traîne, on va d’échec en échec, avec de l’impatience, de l’animosité, de l’agressivité, de la polarisation et des positions qui se durcissent », a poursuivi le sociologue.

Avec le projet de loi 21 du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), qu’il qualifie de « radical » puisqu’il utilise une clause de dérogation pour le préserver de contestations judiciaires, la réputation du Québec est entachée, a dit M. Bouchard.

« On a l’air de gens qui ne sont pas très sensibles aux droits fondamentaux, a affirmé le sociologue. On a l’air d’une société pas très démocratique [en ayant] recours à la clause dérogatoire pour se soustraire à l’examen des tribunaux. On n’a pas l’air d’une société décente. »

Des conséquences sociales  

Gérard Bouchard a aussi prévenu mercredi que le gouvernement Legault risque de détériorer les relations entre la population majoritaire francophone et les communautés minoritaires du Québec.

« Les relations entre la majorité [francophone] et les minorités ne sont pas en bon état au Québec, notamment depuis la Charte des valeurs du Parti québécois. On a pu le voir encore cet été avec la controverse sur les appropriations culturelles. L’état de ces relations est mauvais et je pense que le projet de loi [caquiste] va les détériorer encore plus », a dit M. Bouchard.

Selon lui, si Québec excluait les enseignants et les directions d’école du projet de loi, pour interdire qu’aux fonctionnaires ayant un pouvoir coercitif le droit de porter un signe religieux (comme il proposait déjà en 2008), « [le gouvernement] aurait de bonnes chances de convaincre les tribunaux ».

Gérard Bouchard a aussi rappelé qu’il n’existe aucune donnée scientifique qui prouve que le port de signes religieux peut endoctriner des élèves ou les traumatiser. « Il n’y a aucune étude rigoureuse qui permet » d’appuyer cela, a-t-il dit.

Si de telles études existaient, M. Bouchard pourrait même être favorable au projet de loi du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), a-t-il ajouté mercredi.

Source: Laïcité : «On n’a pas l’air d’une société décente», dit Gérard Bouchard

And some teacher testimony in favour of Bill 21:

Si la cigarette de Lucky Luke ou un homme-sandwich McDonald’s transmettent des messages, les signes religieux le font aussi, ont dénoncé mercredi deux enseignantes invitées aux consultations du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

Leila Bensalem, une enseignante de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), croit que le voile que porte certaines musulmanes « n’est pas un modèle à transmettre [aux] élèves. »

De passage à Québec mercredi, Mme Bensalem était accompagnée de Nadia El-Mabrouk, professeure en informatique à l’Université de Montréal. Les deux femmes ont salué la volonté du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) d’interdire le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants.

« Est-ce qu’il y a des données sur le fait que s’habiller en homme-sandwich McDonald’s, ça fait en sorte que les gens mangent plus de hamburgers ? L’affichage, la publicité, […] ça conditionne les personnes. Si on [en] n’était pas convaincu, […] il n’y aurait pas de publicité », a affirmé Mme El-Mabrouk.

« Les signes religieux [ont] une charge politique, a pour sa part affirmé MmeBensalem. C’est un problème dans une classe. »

Tout comme Djemila Benhabib, mardi, l’enseignante montréalaise considère qu’une enseignante musulmane voilée qui refuserait de retirer son voile, une fois la loi adoptée, serait « intégriste ».

Devant les parlementaires, elle s’est questionnée sur les états d’âme d’une petite fille iranienne dont la famille aurait fui son pays et qui se retrouverait devant une enseignante voilée. « Comment va-t-elle se sentir? », s’est inquiétée MmeBensalem.

« [Et] des élèves palestiniens […] qui ont fui les pratiques de l’État israélien [et] qui feraient face dans une classe à un enseignant qui porte la kippa, [voilà] qui les ramène à toutes ces choses qu’ils ont fuies », a-t-elle ajouté.

Québec « cautionne l’exclusion »

Haroun Bouazzi, porte-parole de l’Association des Musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec, croit pour sa part que le gouvernement Legault « cautionne l’exclusion » avec le projet de loi 21.

« Un gouvernement établit avec ses lois […] ce qui est acceptable ou pas dans une société. Le message est clair ici qu’il est acceptable d’exclure des membres d’une minorité sans raison valable », a-t-il dénoncé mercredi lors de son allocution devant les parlementaires à Québec.

M. Bouazzi a mis au défi le ministre Simon Jolin-Barrette de ne pas appliquer une clause dérogatoire à sa loi et de la laisser être contestée devant les tribunaux.

Plus tard en journée, mercredi, le sociologue Gérard Bouchard témoignera à son tour aux consultations particulières du projet de loi 21. Mardi, son ancien collègue, le philosophe Charles Taylor, a affirmé que le gouvernement Legault semait actuellement la division.

Source: Les signes religieux portent un message, disent des enseignantes

 

Bill 21: Laïcité: Bouchard et Taylor sonnent la charge

From the éminences grises du rapport:

Les audiences publiques qui débutent mardi sur le projet de loi 21 s’annoncent comme le théâtre d’expression de profondes divisions politiques et sociales au Québec. Et les signataires du rapport Bouchard-Taylor seront parmi les premiers à mener la charge contre un projet de loi « nourri par une certaine islamophobie » (de l’avis de Charles Taylor) et qui risque de mener à une sorte de « radicalisation » du Québec (selon Gérard Bouchard)

« La loi aggravera les clivages qui se sont creusés depuis quelques années entre la majorité et les minorités, dressant ces dernières contre la première, écrit le sociologue Bouchard dans un mémoire qu’il présentera mercredi, mais dont Le Devoir a obtenu copie. Elle aura aussi pour effet d’introduire un élément de radicalisation dans notre société », pense-t-il.

La loi aggravera les clivages qui se sont creusés depuis quelques années entre la majorité et les minorités

Le coprésident de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables croit qu’à défaut de mettre un terme au débat sur les signes religieux, le projet de loi 21 « va au contraire relancer la controverse ».

Dans sa présentation, Gérard Bouchard s’attarde principalement à la décision du gouvernement Legault d’étendre aux enseignants l’interdiction du port de signes religieux. Le rapport qu’il avait présenté en 2008 excluait cette idée, mais proposait une interdiction pour les employés avec un pouvoir de coercition (ce en quoi il croit toujours).

« Le fait d’interdire à de jeunes professionnels la possibilité de faire carrière dans l’enseignement à cause de leur croyance religieuse ne s’accorde pas avec le sens de l’équité et de la compassion hérité de notre histoire », écrit-il.

Québec fait fausse route en arguant que cet interdit fait partie de l’équation de la séparation de l’État et de l’Église, pense M. Bouchard. « Affirmer que le principe de la séparation institutionnelle entraîne une interdiction de porter des signes religieux [chez les enseignants] me paraît comporter une grande part d’arbitraire. Le droit fondamental d’exercer et de manifester sa religion devrait donc ici prévaloir. »

Le sociologue estime qu’il manque de « données empiriques rigoureuses » prouvant que le port d’un signe religieux chez les enseignants « entrave la démarche pédagogique », « traumatise des élèves » ou « entraîne une forme d’endoctrinement chez les élèves ».

Et si jamais c’était le cas, comment justifier que les écoles privées — notamment celles qui sont religieuses — ne seront pas assujetties à la Loi sur la laïcité, demande-t-il ? C’est pourtant là où « on peut présumer que le port des signes religieux est le plus répandu », note M. Bouchard.

Au-delà des enseignants, Gérard Bouchard se demande aussi « comment se justifie l’interdiction frappant diverses catégories de personnel qui n’exercent pas de pouvoir [de coercition], notamment les arbitres, les shérifs, les greffiers, les avocats et les notaires ? ».

Charles Taylor

Son ex-collègue, Charles Taylor, tentera mardi de dissuader le gouvernement Legault d’adopter ce projet de loi qui, à son avis, s’appuie sur des préjugés. « Le mot musulman n’apparaît peut-être pas, donc ça ne cible pas la religion musulmane, mais c’est très clair que l’opinion majoritaire contre les signes visibles est nourrie par une certaine islamophobie qui a, en quelque sorte, [été] inculquée à la population par toutes sortes de sites Web, a-t-il affirmé. En l’absence de cette islamophobie, les gens seraient moins avides de faire avancer des exclusions comme celle-là. »

M. Taylor soutenait l’interdiction du port de signes religieux pour les employés de l’État en position coercitive comme les policiers et les gardiens de prison lors de la publication du rapport de la commission Bouchard-Taylor. Mais il a fait volte-face après l’attentat commis en 2017 à la grande mosquée de Québec.

L’adoption du projet de loi ne fera qu’attiser les préjugés contre les minorités religieuses, selon lui, et risque de mener à une augmentation importante des incidents haineux. C’est ce qui s’est produit « dans toutes les sociétés où des mesures restrictives semblables à celles de la loi 21 ont été défendues en campagne électorale ou référendaire par un parti majeur — le Front national en France, les partisans du Brexit en Angleterre, les républicains de Trump, et le PQ au Québec en 2014 […] », écrit-il dans le mémoire qu’il présentera avec le philosophe Jocelyn Maclure.

« Au nom de quel intérêt public a-t-on le droit de soumettre une minorité de citoyens récemment arrivés chez nous à de telles épreuves ? », demandent-ils.

M. Taylor a souligné en entrevue que le projet de loi 21 crée un grave précédent, puisqu’il va à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés et de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. « Ils vont sacrifier des droits et libertés de certains citoyens, et c’est très dangereux, parce que ce genre de charte est en quelque sorte la protection de tout le monde, a-t-il dénoncé en entrevue. Demain, il pourrait y avoir une autre minorité qui soit très impopulaire envers laquelle il y a des préjugés et on va se sentir justifié de supprimer ces droits-là. »

Très attendues, les consultations autour du projet de loi 21 débuteront mardi avec quatre groupes qui soutiennent le projet de loi : Pour les droits des femmes du Québec (PDF), le Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité de Djemila Benhabib, le Mouvement national des Québécois et des Québécoises de même que l’Association québécoise pour les Nord-Africains pour la laïcité.

PDF, pour qui laïcité rime avec égalité homme-femme, veut étendre l’interdiction du port de signes religieux à l’ensemble des employés du milieu scolaire, y compris ceux des services de garde. L’organisme propose en tout 16 recommandations, l’application de sanctions sévères pour les établissements qui contreviendraient à la loi.

Le gouvernement Legault espère faire adopter le projet de loi d’ici la relâche estivale. En tout, 36 groupes et experts témoigneront lors des consultations, qui s’échelonneront sur deux semaines.

Laïcité: la CAQ «erre gravement», selon Gérard Bouchard

Speaks for itself (as did Charles Taylor’s similarly critical take):

Gérard Bouchard, coprésident de la commission sur les «accommodements raisonnables» il y a une douzaine d’années, affirme que le gouvernement Legault «erre gravement ou cède à la démagogie» en voulant interdire aux enseignants de porter des signes religieux à l’école.

M. Bouchard est le coauteur du rapport de 2008 qui est abondamment cité comme source d’inspiration pour le projet de loi 21 du gouvernement de la Coalition avenir Québec sur la laïcité de l’État. Le projet de loi vise à interdire à plusieurs catégories d’employés de l’État de porter des signes religieux dans l’exercice de leurs fonctions, notamment les enseignants du primaire et du secondaire du secteur public et les directeurs d’écoles.

Dans une lettre d’opinion parue vendredi dans La Presse, l’historien et sociologue Bouchard se demande si le premier ministre François Legault ne cède pas à la démagogie avec son projet de loi interdisant les signes religieux.

À la suite d’audiences publiques tenues dans tout le Québec, la commission présidée par M. Bouchard et le philosophe Charles Taylor proposait en 2008 d’interdire les signes religieux aux employés de l’État «détenant un pouvoir de coercition»: les policiers, les juges, les procureurs de la Couronne et les gardiens de prison. Mais pour tous les autres «agents de l’État» – enseignants, fonctionnaires, professionnels de la santé et autres-, la «commission Bouchard-Taylor» estimait que le port de signes religieux devrait être autorisé.

M. Bouchard affirme aujourd’hui que le gouvernement Legault «erre gravement (ou cède à la démagogie) en assimilant le pouvoir extraordinaire de coercition» aux enseignants. Il estime que l’ajout des enseignants dans cette catégorie constitue une «restriction ou une suppression» d’un droit fondamental.

Il considère aussi que le recours par le gouvernement à la disposition dérogatoire pour bloquer toute contestation judiciaire «engage ainsi le Québec sur une voie périlleuse».

M. Taylor, qui s’était déjà dissocié de son propre rapport, a dénoncé cette semaine le projet de loi «clairement discriminatoire» du gouvernement Legault; il a déclaré à La Presse canadienne qu’il le combattrait par tous les moyens.

Source: Laïcité: la CAQ «erre gravement», selon Gérard Bouchard

ICYMI – Immigration: Gérard Bouchard plaide pour des quotas d’embauche | Réjean Bourdeau | Actualités

Interesting. Personally, I favour the federal approach of transparency and annual reporting for the public service and federally-regulated sectors, which has worked reasonably well over the last 25 years or so but Quebec numbers, last time I checked, are particularly low:

Que faut-il faire pour voir grandir le sentiment d’appartenance des immigrants à l’égard du Québec?

Il faut réussir leur intégration économique et sociale. Quelqu’un d’exclu et victime de discrimination ne développera jamais de sentiment d’appartenance. Pour sensibiliser quelqu’un et pour le faire vibrer à nos valeurs, il faut d’abord lui donner un travail. Et là-dessus, on a vraiment mal joué nos cartes. Le sous-emploi chez les immigrants bouge peu parce qu’on ne fait pas ce qu’il faut. Le gouvernement pourrait mettre en oeuvre des programmes. Une espèce d’affirmative action, comme ils ont fait aux États-Unis pour créer une classe moyenne afro-américaine. Ça prendrait quelque chose de massif, de déterminé. Qui serait soutenu par la population. Qui serait enveloppé dans un discours. Mais nous, on ne le fait pas.

Pourquoi on ne le fait pas?

Il n’y a pas de volonté politique pour ça. Quand il y a eu la tuerie dans la mosquée de Québec en janvier dernier, le premier ministre Couillard a dit : «Il y a eu un avant et il y aura un après.» Ça laissait entendre que cet événement avait été d’une horreur telle que plus rien n’allait se passer de la même manière. Qu’on allait changer les choses en profondeur. Mais il n’y a rien eu. Ce n’est pas la loi 62 (respect de la neutralité religieuse de l’État) qui va régler les problèmes. Et la Consultation sur la discrimination systémique et le racisme n’a pas levé. Ça s’est transformé en Forum sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination qui a lui-même commencé à branler.

Quel type de politique d’intégration faut-il mettre en oeuvre pour offrir des emplois aux immigrants?

Il faut créer des conditions favorables pour réparer le retard social qu’ils ont accusé. Alors, ça va prendre un discours politique qui a beaucoup d’autorité pour faire accepter ça à la population. Parce que plusieurs pourraient dire : «Non, non, l’égalité, ce sont les mêmes conditions pour tout le monde.» Mais il va falloir faire plus que ça, parce que là, c’est quelque chose de structurel.

Que proposez-vous?

Il faut instituer des quotas. Un peu comme on l’a fait pour l’égalité hommes-femmes. Ça, ce sont des choses très concrètes. On fixe la barre. Par exemple, il faut qu’il y ait la moitié des femmes dans les conseils d’administration. Et il y a des organismes de surveillance pour voir comment ça se passe. Pour les travailleurs immigrants, on pourrait soumettre les entreprises à certaines règles pour l’embauche. Bref, il y a plein de mesures qui pourraient être appliquées. Mais il faudrait que ce soit enveloppé dans un discours politique qui rend la chose acceptable à l’ensemble de la population. Autrement, ça va passer pour une injustice, pour des privilèges aux immigrants. Et ce discours-là est déjà présent.

Pourquoi les travailleurs immigrants sont-ils moins recherchés?

D’abord, il y a une forme de corporatisme quand vient le temps de reconnaître les diplômes obtenus à l’étranger. De plus, il y a, étrangement, certaines résistances syndicales à l’embauche d’immigrants dans la fonction publique. Ensuite, du côté des PME, on se tourne souvent vers des connaissances, des parents (appelons ça «le facteur cousin»), quand vient le temps d’engager. Ce facteur est beaucoup moins présent dans les multinationales.

Quels sont les impacts de ce type de discrimination?

Je me suis souvent fait dire par des immigrants, ou par des membres des minorités, qui étaient sans emploi : «M. Bouchard, votre modèle d’interculturalisme, ça a du bon sens, mais pourquoi ce serait très important pour nous… on n’a pas d’emplois. Nos enfants nous regardent et nous demandent pourquoi on ne travaille pas.» Si quelqu’un n’a pas d’emploi, il ne peut pas rêver. Le sensibiliser à nos symboles, à nos valeurs, à nos combats, ça ne marche pas. Il faut d’abord qu’il retrouve un sens de la dignité. Un grand nombre d’immigrants sont humiliés de ne pas avoir d’emploi et de vivre aux crochets de la société dans laquelle ils vivent.

via Immigration: Gérard Bouchard plaide pour des quotas d’embauche | Réjean Bourdeau | Actualités

La loi 62 «ne passera pas le test» des tribunaux, selon Bouchard et Taylor

More from Bouchard and Taylor:

Le gouvernement libéral fait fausse route avec sa loi sur la neutralité religieuse (projet 62), estiment les ex-commissaires Gérard Bouchard et Charles Taylor. Dix ans après la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, les deux hommes montrent d’ailleurs du doigt l’absence de « volonté politique » touchant l’application de leurs recommandations.

« On a l’impression qu’après dix ans, la volonté politique de donner suite à nos recommandations n’est pas vraiment là », avance M. Bouchard. « Il y a une certaine tendance chez les politiciens à opter pour la tendance électoraliste, et cette tendance est trop forte », renchérit M. Taylor, rencontré avec son ex-collègue en marge d’un colloque sur les dix ans de la Commission, hier.

Une trentaine d’experts se sont penchés, les 19 et 20 octobre à l’Université de Montréal, sur la décennie écoulée depuis la mise en branle de la commission Bouchard-Taylor. « Où en sont nos sociétés en matière de gestion de la diversité culturelle et religieuse ? » Voilà la question que les panélistes du Colloque international et interdisciplinaire tentaient d’éclaircir.

« La société civile est active dans le domaine de la recherche. Même les petites municipalités mettent en place des choses pour intégrer les migrants », se réjouit M. Bouchard. « Mais c’est le politique qui ne suit pas. On revient toujours à la même chose », poursuit-il, souhaitant qu’un gouvernement prenne enfin des « initiatives courageuses » dans le débat.

« COMPLÈTEMENT RATÉ »

Et ce n’est pas avec la loi sur la neutralité religieuse que l’État tranchera la question de la laïcité, disent-ils. « C’est complètement raté », affirme M. Taylor. « Si le gouvernement laisse ça comme ça, c’est un coup d’épée dans l’eau », ajoute M. Bouchard. Selon eux, Québec aurait dû, à tout le moins, définir le concept de laïcité, et pas seulement celui de neutralité.

« On avait proposé [à l’époque] un vrai régime de laïcité avec toutes ses composantes : la neutralité, la séparation [de l’Église et de l’État], la liberté de choix, l’égalité des cultes… On ne comprend pas pourquoi ils n’ont pris qu’un seul morceau alors que les quatre composantes se complétaient. N’en tirer qu’une seule laisse tout un édifice qui n’est pas en place », explique l’historien.

Selon eux, la loi ne « passera pas le test » des tribunaux.

ENCORE ACTUEL

Le rapport Bouchard-Taylor publié en 2008 pourrait encore aujourd’hui servir d’outil au gouvernement, estiment les auteurs, notamment en s’appuyant sur les « forts éléments de consensus » dégagés entre autres sur la question de l’interculturalisme. « Si [un gouvernement] attend l’unanimité dans la population, ça n’arrivera jamais », tranche M. Bouchard.

Source: La loi 62 «ne passera pas le test» des tribunaux, selon Bouchard et Taylor | Fannie Lévesque | Politique

‘Problematic’ and a ‘dog’s breakfast’: Quebec face-covering ban panned by authors of landmark report [Bouchard and Taylor]

Always worth listening to Bouchard and Taylor:

A new Quebec law purported to deal with secularism and the accommodation of minorities is being called a “dog’s breakfast” of contradictions by one of the authors of a landmark study of the issue.

The other author of the study says it would be “problematic” in its application by health-care and transit workers.

In their 2008 report, sociologist Gérard Bouchard and philosopher Charles Taylor offered solutions aimed at assuaging concerns about the erosion of Quebec identity while respecting the rights of minorities.

The Liberal government’s Bill 62 on religious neutrality, passed in Quebec’s National Assembly on Wednesday, aims to address some of the recommendations laid out in their report.

However, speaking separately, both men say it misses the mark.

“It’s a bit surprising that a law that purports to be about secularism reduces it to one dimension — religious neutrality — and doesn’t explore separation of church and state, equality of religions and belief, freedom of religion,” Bouchard told Radio-Canada’s morning radio program Gravel le matin.

Bouchard pointed out that the law does not address the crucifix still hanging at the National Assembly.

Taylor had an even more scathing assessment. In an email, he called it “excessive and badly conceived, in fact, contradictory.”

The bill represents Quebec’s latest attempt to address the question of religious neutrality.

The separation of church and state is viewed as a central pillar of Quebec society, but successive governments have struggled to implement guidelines on what this should look like on a daily basis — with neutrality and secularism running up against religious freedom.

How will law be applied?

Bill 62 extends to municipal services, meaning Muslim women who wear a niqab or burka wouldn’t be able to take out a book from the library, visit the doctor or take the bus or Metro.

The guidelines on how the law should be enforced won’t be ready until next summer. The law also provides for exceptions to be made on religious grounds, though exactly how that would work is unclear.

All this makes the law’s application “problematic,” Bouchard said.

“A woman with a covered face who presents herself at the hospital emergency room, we’re not going to send her home if it’s life-threatening,” he said.

“Another scenario, the bus stops in winter and it’s –30 C, and the woman with a niqab is there with her two small children. Will the driver leave her on the curb?”

The union representing workers at Montreal’s public transit authority, the STM, has already said its members don’t want that responsibility, while civil rights advocates say the law infringes on freedoms enshrined under the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

In an email, Taylor pointed out that the province justified the law for safety, communication and identification reasons.

But, he said, none of those are at stake when someone takes a bus or is treated by a doctor in hospital.

“It’s a dog’s breakfast,” Taylor said.

Source: ‘Problematic’ and a ‘dog’s breakfast’: Quebec face-covering ban panned by authors of landmark report – Montreal – CBC News

Port de signes religieux: Taylor plombe un compromis possible, déplore Bouchard 

Always interesting to listen to both Taylor and Bouchard, both when they agree and when not. But the focus on the concrete mentioned at the end of this article indicates a strong convergence of views:

Le Québec a raté une occasion unique de mettre derrière lui le débat sur le port de signes religieux. En désavouant la solution mise de l’avant dans son propre rapport, Charles Taylor a coupé les ailes au consensus qui se dessinait entre les partis politiques, déplore Gérard Bouchard qui, avec M. Taylor, avait coprésidé la commission sur les accommodements reliés aux différences culturelles.

Avec la prise de position étonnante du philosophe Taylor, «le Québec risque d’être une autre fois enfoncé dans l’âcre querelle qui le divise depuis une quinzaine d’années », observe M. Bouchard dans une lettre publiée demain dans la section Débats de La Presse+. «Pour ma part, j’endosse toujours cette proposition», tranche M. Bouchard.

M. Taylor soutient intervenir pour contribuer à la réconciliation des opinions sur cette question délicate. Or, estime M. Bouchard, cette intervention aura « contribué à mettre en échec [la réconciliation] qui émergeait entre les partis politiques et qui a été rendue possible parce que d’importants éléments de consensus étaient présents dans la population ».

En désavouant cet élément de son rapport de 2008, M. Taylor risque de provoquer «l’échec du projet de consensus, dénonce son collègue Bouchard. Les jeux sont à nouveau ouverts. Il est probable que le PQ et la CAQ voudront maintenant reprendre leurs billes». Avec cette occasion ratée, prédit-il, «le débat sur les signes religieux est relancé au moins jusqu’aux prochaines élections, et peut-être au-delà».

Le sociologue du Saguenay était injoignable depuis que son partenaire Taylor avait, dans une lettre à La Presse, annoncé qu’il n’appuyait plus la recommandation formulée dans leur rapport en 2008. Il avait eu vent que son collègue s’apprêtait à rendre publique sa volte-face.

Les deux intellectuels proposaient alors d’interdire le port de signes religieux visibles aux représentants de l’État exerçant un pouvoir de coercition sur les autres citoyens. Ainsi les juges, les procureurs de la Couronne de même que les policiers et les gardiens de prison n’auraient pu afficher leur confession en portant une croix, une kippa ou un voile, par exemple. Pour Gérard Bouchard, cette formule «s’était progressivement posée, aux yeux de nombreux Québécois, comme l’assise à partir de laquelle on pourrait ériger un consensus. Cet horizon est maintenant compromis».

M. Taylor jugeait que, depuis la publication du rapport, le contexte avait changé et que le débat soulevé par cette question avait entraîné des gestes malheureux à l’endroit de la communauté musulmane. Ce revirement avait comblé d’aise le premier ministre Couillard qui, rapidement, revint à sa position – totale liberté pour le port de signes religieux à la condition que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert.

Au passage, M. Bouchard écorche la position de Philippe Couillard qui, opposé à la «discrimination vestimentaire», prône l’absolue liberté quant au port de signes religieux.

Or, le projet de loi 62 proscrit le niqab, le voile qui couvre le visage, «une contradiction flagrante» dans la position du gouvernement, observe M. Bouchard. M. Couillard a déjà fait valoir que des questions d’identification, de sécurité, commandaient que les services soient offerts et reçus à visage découvert.

L’interdiction du rapport Bouchard-Taylor, limitée à quelques «agents exerçant une fonction tout à fait exceptionnelle», «se défendait bien sur le plan juridique», estime le sociologue, rappelant que des juristes avaient été consultés avant la publication du rapport en 2008. «Nous sommes loin d’une attaque directe contre les musulmans ou du projet de charte des valeurs, comme on l’a prétendu» dit-il.

Les «dissensions persistantes sur les signes religieux» vont rester. Il convient maintenant «d’oeuvrer énergiquement » à d’autres tâches, la lutte contre la discrimination, la destruction des stéréotypes, et « vider enfin le panier de crabes des accommodements [qui posent toujours un gros problème pour les deux tiers des Québécois]». Le gouvernement Couillard semble se montrer plus actif dans cette direction, se réjouit en conclusion Gérard Bouchard.

Source: Port de signes religieux: Taylor plombe un compromis possible, déplore Bouchard | Denis Lessard | National

Quebec can’t keep politics out of the identity debate

Depressing how the cycle repeats itself:

Now, even Prof. Taylor agrees. Conceding that he never really believed in his report’s principal recommendation – that individuals invested with the “coercive” powers of the state be prohibited from wearing religious symbols – the esteemed philosopher said this week that the events of the past decade have convinced him that Quebec should abandon the idea of legislating in this area altogether. Any such law would probably be unconstitutional anyway. More important, the stigmatization of the province’s Muslim minority in the debates that followed his report, and the subsequent Parti Québécois government’s attempt to adopt a charter of Quebec values that would have extended the ban on religious symbols to all state employees, gave licence to a xenophobic minority of Quebeckers to act on their discriminatory views, Prof. Taylor said.

The 85-year-old philosopher concluded that the recent attack on a Quebec City mosque that left six worshippers dead prompted a rare expression of solidarity that must not be squandered by reopening divisive debates over Muslim headgear. It’s time for Quebec to move on – and heal.

Unfortunately, Prof. Taylor’s words of wisdom will be all but ignored, in part because the co-author of the Bouchard-Taylor report profoundly disagrees with them. For Prof. Bouchard, a sociologist and the brother of former PQ premier Lucien Bouchard, it is precisely the failure of politicians to act on his report’s recommendations that led to an increase in hate crimes and discriminatory attitudes toward Muslims. For him, it’s “urgent” to legislate the rules of religious accommodation now to prevent this debate from boiling over again in the future.

Prof. Bouchard’s point of view reflects one of his report’s fundamental observations. Though a majority in their home province, francophone Quebeckers with Catholic roots still consider themselves a threatened minority and expect newcomers to understand this. “What’s just happened in Quebec,” the 2008 report noted, “gives the impression of a face-to-face between two minorities, each asking the other to accommodate it… We can conclude that Québécois of French-Canadian ascendance are still not very comfortable with the cumulation of their two statuses – majority in Quebec, minority in Canada and North America.”

A decade later, not much has changed. The current Liberal government of Premier Philippe Couillard, which depends on the overwhelming support of the province’s anglophone and immigrant populations to win elections, once again finds itself awkwardly trying to prevent an unresolved identity crisis from again becoming a political one. It has proposed legislation establishing the parameters of the state’s religious neutrality that would ban face coverings among those who dispense or receive government services.

The opposition PQ and Coalition Avenir Québec naturally think the Liberal legislation is too timid and, barely a week after the Quebec City shooting, said they would only support it if it also included Bouchard-Taylor’s proposal to ban police officers, judges and prison guards from wearing religious symbols. Coalition Avenur Québec Leader François Legault called the idea a “compromise.”

Indeed, the opposition is attempting to exploit divisions within the Liberal caucus itself. Liberal MNA’s from outside the Montreal area are worried that a failure to address the debate over religious accommodation could lead to their defeat in the 2018 election, just as it did in 2007. Hence, Mr. Couillard’s government reportedly considered adopting Bouchard-Taylor’s recommendations after the Jan. 29 mosque shooting. But the Premier ultimately could not stomach the idea. Prof. Taylor’s volte-face vindicates Mr. Couillard. But it is a small consolation for the Premier. A decade after Bouchard-Taylor, Quebec is still no closer to reconciling its religious past and present.

Source: Quebec can’t keep politics out of the identity debate – The Globe and Mail

Quebec: Des points de vue divergents sur la laïcité de l’État

Some initial commentary before the start of Quebec’s hearings on Bill 62, which bans face covering (i.e., niqab, burka)in the delivery and reception of public services:

Des points de vue opposés se feront entendre lors des consultations qui s’amorcent mardi en commission parlementaire sur le projet de loi 62 favorisant le respect de la neutralité religieuse de l’État et visant notamment à encadrer les demandes d’encadrements religieux dans certains organismes, réponse du gouvernement Couillard au projet péquiste de charte de la laïcité.

« C’est un débat qui divise mais qui fait avancer, comme les débats sur l’avortement, sur la peine de mort ou sur l’aide médicale à mourir », a souligné la juriste Julie Latour, qui comparaîtra en commission parlementaire au nom du regroupement Juristes pour la laïcité et la neutralité religieuse de l’État.

La Commission des institutions a prévu neuf jours d’audiences cet automne au cours desquelles 42 groupes et individus seront entendus, un nombre qui est appelé à augmenter puisque l’horaire prévoit des ajouts.

C’est la quatrième fois que le gouvernement québécois tente de faire adopter un projet de loi pour préciser la neutralité religieuse de l’État et définir des balises pour l’octroi d’accommodements raisonnables dans le secteur public et parapublic. Les deux projets de loi précédents, 63 et 94, présentés par le gouvernement Charest ont été abandonnés tandis que la défaite du Parti québécois en 2014 a clos l’épisode du projet de loi 60 sur la charte « affirmant les valeurs de laïcité » défendu par le gouvernement Marois.

À l’entrée du Conseil des ministres mercredi dernier, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, qui pilote le projet de loi 62 a indiqué que le gouvernement avait en main « des avis juridiques solides » à l’appui de cette nouvelle tentative législative. Elle a dit souhaiter que le nouveau chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, reste fidèle aux propos qu’il a tenus lors de la course à la chefferie : le candidat jugeait que le projet de loi était un pas en avant et qu’il fallait l’adopter.

Pour Louis-Philippe Lampron, professeur de droit à l’Université Laval, le projet de loi 62 consiste pour l’essentiel en « une redite » du projet de loi 94 présenté en 2010. « C’est essentiellement une codification du droit canadien actuel sur la neutralité religieuse de l’État », estime-t-il. À cela s’ajoute la même disposition que dans le projet de loi 94 sur l’obligation d’avoir le visage découvert pour fournir ou recevoir des services de l’État, que ce soit dans les écoles, dans les centres de la petite enfance (CPE) et les garderies subventionnées, dans le réseau de la santé et pour les autres services publics. Un accommodement à ce sujet devra être refusé pour « des motifs portant sur la sécurité, l’identification ou le niveau de communication requis ». Mentionnons qu’il n’est aucunement question de signes religieux.
Au moment des consultations sur le projet de loi 94, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) avait exprimé un « malaise » relativement à cette interdiction qui portait, sans le dire, sur des signes religieux. « On peut même dire que ça vise explicitement un symbole religieux d’une religion [l’islam] », a fait observer Louis-Philippe Lampron. « Il y a des raisons de croire que ça pourrait être contesté. » Ou que l’interdiction ne s’applique pas en raison de l’octroi d’accommodements.
Pour sa part, Me Julius Grey, bien qu’il s’oppose au multiculturalisme et qu’il soit en faveur de la laïcité, est contre l’interdiction des signes religieux, sauf pour les agents de l’État qui détiennent un pouvoir de coercition (juges, policiers, agents correctionnels, etc.), comme le recommandait la commission Bouchard-Taylor. Il trouve inconcevable qu’on puisse priver quelqu’un de soins médicaux, quelles que soient les circonstances.
Pour Julie Latour, le projet de loi 62 est « un jalon ». À ses yeux, il manque à la neutralité religieuse de l’État et à la laïcité un socle juridique qui passe par l’enchâssement de leur principe dans la Charte des droits et libertés de la personne.

Source: Des points de vue divergents sur la laïcité de l’État | Le Devoir

Some of the notable absences from the hearings:

Faux départ pour la commission parlementaire sur le projet de loi 62 concernant la neutralité religieuse de l’État. Une vingtaine de groupes et d’experts que les députés voulaient entendre ont décliné l’invitation. Et pas les moindres : notamment Gérard Bouchard et Charles Taylor, qui ont présidé la commission sur les accommodements religieux.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, y voit malgré tout une bonne nouvelle. Le refus de tous ces groupes «envoie un signal qu’ils sont confortables avec la version présentée par le gouvernement, ce qui n’était pas le cas» pour le projet de charte des valeurs du Parti québécois, a soutenu sa porte-parole, Isabelle Marier St-Onge.

Or, en entrevue à La Presse, Gérard Bouchard a assuré qu’il n’a pas changé d’avis sur le port de signes religieux, une position qui va plus loin que ce que propose Mme Vallée. Comme on peut le lire dans le rapport de la commission qu’il a coprésidée, il recommande d’interdire ces signes chez les agents de l’État dotés d’un pouvoir de coercition (policiers, gardiens de prison, procureurs de la Couronne et juges). Le projet de loi 62 précise seulement que les services publics doivent être donnés et reçus à «visage découver», une mesure qui cible le voile intégral.

«Mes idées sur la laïcité sont bien connues, et je m’en tiens toujours aux propositions que nous avons émises il y a huit ans. Je n’aurais que répété ce qui est écrit dans le rapport pour l’opposer à ce qui peut être écrit dans le projet de loi. Je ne voyais pas mon utilité, parce que je n’ai rien à ajouter», affirme M. Bouchard.

 Horaire modifié

L’horaire des auditions, qui débutent mardi à Québec, a été revu à la toute dernière minute en raison des multiples refus de témoigner. Ce cafouillage est d’autant plus étonnant que le projet de loi 62 a été déposé par Mme Vallée il y a longtemps, en juin 2015.

Une vingtaine de groupes refusent de discuter de neutralité religieuse

And English language coverage in the Globe:

The new legislation, “An Act to foster adherence to State religious neutrality and, in particular, to provide a framework for religious accommodation requests in certain bodies,” tabled by the Liberals last year, would make it illegal to give or receive government services if a person’s face is covered. Since no Quebec public employees mask their faces, according to the government, the bill would effectively target Muslim women who wear the niqab or burka.

 Justice Minister Stéphanie Vallée said when introducing the legislation that it was required “for security, identification and communication purposes.”

She has been unable to say how many women wear face veils in the province.

Bill 62 is the latest iteration of Quebec’s efforts to impose official secularism in the public domain (though the new legislation would allow the crucifix over the speaker’s chair in the National Assembly to remain in place).

The bill is seen as a more moderate version of the former Parti Québécois government’s derided “charter of values,” which had set out to ban turbans, kippas, head scarves and other religious displays among Quebec’s civil servants. The bill is believed to have contributed to the PQ’s defeat at the polls in 2014.

The Liberals’ bill would allow for religious accommodations as long as they fit certain sets of guidelines, such as being “consistent” with the equality of men and women.

Still, some groups question the need for the law and say it unfairly targets minority women, who could be excluded from accessing public services.

“How necessary is all of this?” Amira Elghawaby of the National Council of Canadian Muslims said. “How many women might actually be wearing the face veil in Quebec? I doubt that it’s a huge critical mass.” She said that re-opening the issue creates a “malaise.”

“There should really be no suspension of people’s human rights based on popular sentiment toward a religious practice,” Ms. Elghawaby said.

 Hearings to begin on proposed Quebec law targeting veiled women 

Gérard Bouchard désapprouve Lisée à la direction du PQ

Always interesting to follow Bouchard’s commentary and views:

L’auteur et sociologue Gérard Bouchard n’a pas souvent pris position dans l’arène partisane. Mais la candidature d’un fils du Saguenay l’a décidé à sortir de l’ombre. Il avait connu M. Cloutier lors de la course remportée par Pierre Karl Péladeau. Le député péquiste a sollicité l’avis de M. Bouchard sur plusieurs questions – l’immigration, la diversité ethnoculturelle, la laïcité.

En matière de laïcité, M. Cloutier « est assez aligné » sur la proposition du rapport Bouchard-Taylor, qui interdit le port de signes religieux aux seules personnes qui ont un pouvoir de « coercition » sur les citoyens, soit les policiers, les juges, les gardiens de prison. Le président de l’Assemblée nationale ne devrait pas davantage afficher sa foi.

M. Cloutier garde ses cartes sur la question nationale et n’entend dire que six mois avant les prochaines élections s’il y aura un référendum dans un premier mandat péquiste. « C’est l’os qui guette tous les candidats. Le fait qu’il ait décidé d’attendre un peu avant de faire connaître sa position est un signe de prudence, qui ne me gêne pas. La politique change rapidement, les candidats n’ont pas à mettre leurs cartes sur la table tout de suite », estime M. Bouchard.

« Il est temps que le PQ se relève et retrouve la voie qui a toujours été la sienne avec M. Lévesque, M. Parizeau, avec mon frère [Lucien Bouchard] et M. Landry. Le nationalisme du PQ était libéral, progressiste et respectueux des droits. Le PQ était l’exemple en Occident d’un mariage rare entre le nationalisme et le libéralisme. Les Catalans, les Écossais nous disaient que le Québec était un exemple. Ils ne le disent plus depuis deux ans [depuis la charte de Bernard Drainville] », affirme M. Bouchard.

Il est évident « qu’il faut repenser la souveraineté, que ce discours doit être réécrit. Il y a un besoin évident de relève, et je pense qu’Alexandre Cloutier incarne cette relève », souligne aussi M. Bouchard.

LISÉE « INCARNE LA CONTINUITÉ »

Inversement, selon Gérard Bouchard, Jean-François Lisée « incarne plus la continuité que la relève. Il a été au front pendant longtemps ». Le PQ a besoin d’un élan que seul un nouveau visage peut donner, selon lui. Les chefs précédents n’étaient pas des néophytes, mais « la situation du PQ actuellement est complètement différente, son élan est cassé. Pour les jeunes, on ne peut parler de désaffection, mais leur adhésion au PQ n’est plus la même qu’il y a quelques années ».

Pour M. Bouchard, la position de Jean-François Lisée en matière de port de signes religieux ne passerait pas le test des tribunaux. Sa position « ressemble étrangement à la charte des valeurs. Les institutions publiques ou parapubliques auraient à décider de l’utilisation dans leurs lieux de signes religieux ». M. Lisée maintient la clause grand-père, ceux qui sont déjà employés ne seraient pas touchés, mais ceux qui veulent être embauchés seraient écartés.

Source: Gérard Bouchard désapprouve Lisée à la direction du PQ | Denis Lessard | Politique québécoise