Government moves to dismiss class-action suit filed by Black civil service employees

Of note – jurisdiction grounds:

The federal government has filed a court motion calling on a judge to dismiss a class-action lawsuit filed by Black civil service employees on jurisdictional grounds.

The proposed class action — launched in December 2020 — accuses the federal government of systemic racism, discrimination and employee exclusion. It alleges that, since the 1970s, roughly 30,000 Black civil services employees have lost out on “opportunities and benefits afforded to others based on their race.”

The statement of claim says the lawsuit is seeking damages to compensate Black federal employees for their mental and economic hardships. Plaintiffs also are asking for a plan to diversify the federal labour force and eliminate barriers that employment equity laws have been unable to remove.

But a motion filed on behalf of the federal government this week says the court doesn’t have jurisdiction over the case and the claim should instead be pursued through labour grievances.

The motion says that all related claims should fall under either the Federal Public Sector Labour Relations and Employment Board or the Canadian Human Rights Act.

A statement from the Treasury Board of Canada, which oversees the federal workforce, said the government is working to create an inclusive and diverse public service but the issues brought forth in the class action shouldn’t be addressed in court.

“There is an existing process to deal with harassment and discrimination in the public service,” the statement said, adding that the government’s position is consistent with previous government responses to class actions.

Nicholas Marcus Thompson is executive director of the Black Class Action Secretariat, the group that filed the suit. He said he is “extremely disappointed” by the government’s motion.

“[The government] has acknowledged these harms and now they’re moving to strike the entire claim, to deny workers their day in court,” Thompson told CBC.

Thompson disputed the government’s suggestion that the claims could be dealt with as labour grievances.

“These systems are not equipped to address systemic discrimination, and within them … there’s inherent biases. The systemic discrimination exists in all of the institutions,” he said.

NDP MP Matthew Green called the government’s motion “callous” in a tweet on Tuesday.

“They’ve been working to dismiss the harms they have caused through perpetrating anti-Black racism within the public service for decades,” he said.

Group files UN complaint

Last week, the secretariat filed a complaint with the United Nations Commission for Human Rights Special Rapporteur on racism, racial discrimination, xenophobia and related intolerance.

“With this complaint, we are elevating Canada’s past failures and failure to act in the present to an international body,” Thompson told a press conference in Ottawa last Wednesday.

Thompson said the secretariat hopes the UN special rapporteur investigates its claims and calls on Canada to meet its international obligations to Black employees by establishing a plan to increase opportunities for Black women in the government and develop specific targets for hiring and promoting Black workers.

In response to the UN complaint, Mona Fortier, president of the Treasury Board, said that far too many Black Canadians still face discrimination and hate.

“The government is actively working to address harms and to create a diverse and inclusive public service free from harassment and discrimination. We passed legislation, created support and development programs and published disaggregated data — but know there is still more to do,” Fortier said in a media statement last week

Source: Government moves to dismiss class-action suit filed by Black civil service employees

Les immigrants au Québec sont plus nombreux et mieux intégrés qu’il n’y paraît

Most commentary in English media focuses on Quebec’s demand for full jurisdiction over immigration, which this report also advocates. <a href="http://<section class="article-content__content-group"> <p>Prime Minister Justin Trudeau repeated on Tuesday that he has no intention of transferring additional powers over immigration to Quebec, even as Premier François Legault has made it clear <a href="https://montrealgazette.com/news/local-news/caq-government-will-seek-more-power-over-immigration-legault-tells-convention&quot; target="_blank" rel="noopener noreferrer">he will make the dispute an issue</a> in the provincial election campaign.</p> </section> <div class="ad__section-border article-content__ad-group"> <section class="article-content__content-group">“It’s clear that a country must have a say in its immigration,” Trudeau told reporters while on his way to a cabinet meeting.<p></p> <p>Responsibility for immigration is shared between the two governments “because the protection of French and francophone immigration are very important to us,” Trudeau said.</p> <p>Last weekend, Legault said Ottawa’s handing over responsibility for family reunification to the province was a question of survival for the Québécois nation. The premier went so far as to brandish the prospect of Quebec’s sharing the <a href="https://montrealgazette.com/news/local-news/new-political-parties-would-turn-quebec-into-a-new-louisiana-legault&quot; target="_blank" rel="noopener noreferrer">fate of Louisiana</a> and the latter’s gradual disappearance of French if the status quo is maintained.</p> <p>With an election four months away, Legault said he intends to ask the population for a “strong mandate” to provide his government with a “position of strength” in relations with Ottawa.</p> </section> <div class="ad__section-border article-content__ad-group"> <p>Federal Heritage Minister Pablo Rodriguez, Trudeau’s Quebec lieutenant, noted Tuesday that the province “already has the tools to welcome the vast majority of immigrants.”</p> <p>The province takes in about <a href="https://montrealgazette.com/business/boosting-immigration-not-desirable-and-it-wont-happen-fitzgibbon&quot; target="_blank" rel="noopener noreferrer">50,000 immigrants a year.</a></p> <p>About 10,000 immigrants come in as part of the family unification program, Rodrigues said, adding that nothing prevents Quebec from increasing the number <a href="https://montrealgazette.com/news/local-news/raise-immigration-levels-to-battle-labour-shortage-quebec-employers-group&quot; target="_blank" rel="noopener noreferrer">economic immigrants</a> it accepts</p> <p>Federal Revenue Minister Diane Lebouthillier did not mince words, saying she “doesn’t believe” Legault’s claims. “It is important to respect jurisdictions and we can’t just do that only when it suits us.”</p> <p>Federal Industry Minister François-Philippe Champagne said that “the powers when it comes to immigration are very clear.” Champagne said the No. 1 issue at the moment is the labour shortage and immigration is a key to solving it.</p> <section class="more-topic" aria-labelledby="moreTopicLabel2193823414915864500965387018879603"></section> </div> </div> <p>Source: <a href="https://montrealgazette.com/news/local-news/trudeau-pushes-back-on-legaults-immigration-demands">Trudeau pushes back on Legault's immigration demands</a>

Prime Minister Trudeau has pushed back on this demand.

But the real story and area of interest is just how much the economic outcomes of immigrants to Quebec have improved, both in absolute terms as well as relative to other provinces:

Le Québec accueille beaucoup plus de nouveaux arrivants qu’il n’y paraît et les intègre économiquement beaucoup mieux qu’auparavant, constate une étude. Aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre, il devrait maintenant augmenter ses seuils officiels d’immigration, en ayant particulièrement en tête les régions.

À propos des immigrants, le gouvernement Legault a dit vouloir « en prendre moins, mais en prendre soin », rappelle l’Institut du Québec (IdQ) dans le communiqué de presse accompagnant le Portrait de l’immigration au Québec dévoilé mercredi. Or, même s’il a réduit de 51 000 à 40 000 le seuil de nouveaux immigrants permanents à sa première année au pouvoir, le nombre total de nouveaux résidents étrangers au Québec a augmenté pour une quatrième année consécutive, le solde migratoire externe global — le total des arrivées moins les départs au Québec — indiquant un gain record de presque 93 500 nouveaux arrivants en 2019.

Cette hausse vient de l’augmentation constante du nombre de travailleurs immigrants et d’étudiants étrangers admis en vertu de permis temporaires. Leur total est passé, en dix ans, de 79 000 en 2012 à 177 000 en 2021. La pandémie de COVID-19 et le resserrement des règles sanitaires aux frontières sont venus diminuer fortement le solde migratoire total à 14 000 en 2020 et à 44 000 en 2021. Passé d’un peu moins de 125 000 en 2019 à 97 000 en 2020, le nombre de permis de résidence temporaire délivrés par le gouvernement du Québec a toutefois rapidement rebondi l’année dernière, à presque 136 000.

Meilleure intégration économique

Il n’y a pas que le nombre d’immigrants temporaires qui a fortement changé depuis quelques années, poursuit l’IdQ dans son rapport de 69 pages. Le degré d’intégration économique des nouveaux arrivants s’est aussi nettement amélioré.

Le taux de chômage des immigrants reçus de 25 à 54 ans a, par exemple, fondu de plus de moitié en dix ans, passant de 12,7 % en 2012 (contre 6,5 % pour les populations nées au Canada) à 5,3 % en avril dernier (contre 2,9 %). Encore loin derrière celui de l’Ontario (75,1 %) ou bien celui de la Colombie-Britannique (76,7 %), le taux d’emploi de l’ensemble des immigrants reçus au Québec a, par ailleurs, bondi de 69,9 % à 81,9 % et rattrapé tout son retard sur les autres provinces.

Des progrès sont aussi observés du côté des revenus. Au Québec, la rémunération hebdomadaire moyenne de l’ensemble des immigrants reçus accusait en 2012 un retard de 8,5 % par rapport aux populations nées au Canada. Cet écart avait diminué à 2,8 % en 2020, avant que la pandémie ne frappe plus durement les travailleurs immigrants et ne recreuse l’écart à 6,4 % en 2021. Le rattrapage est encore plus spectaculaire lorsqu’on concentre son regard sur les seuls immigrants économiques, dont le retard salarial, un an après leur admission à la résidence permanente, s’élevait à 40 % par rapport à la médiane québécoise en 2010 et qui n’était plus que de 1,3 % en 2019.

Le recours grandissant à l’immigration temporaire n’est pas étranger à cette meilleure intégration économique des immigrants au Québec, ont indiqué en entrevue au Devoir deux des auteurs de l’étude. En effet, le fait d’avoir de l’expérience professionnelle au Canada aide grandement à cette intégration, observe l’économiste Daye Diallo. Et si la proportion des nouveaux immigrants reçus qui disposent d’une telle expérience est passée, en dix ans, de 37 % à 57 %, c’est que plusieurs d’entre eux travaillaient déjà au Québec à titre d’étudiants internationaux ou de travailleurs temporaires.

L’augmentation du nombre d’immigrants et leur meilleure intégration économique des dernières années découlent également du vieillissement de la population québécoise et des besoins de plus en plus pressants de main-d’œuvre des entreprises, poursuit la présidente-directrice générale de l’IdQ, Mia Homsy. « C’est clairement l’effet du resserrement du marché du travail, qui profite à tous les travailleurs, mais davantage aux immigrants. »

Pourrait faire mieux

Tout ne va cependant pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, précise l’IdQ. Si l’augmentation du nombre de travailleurs temporaires aide les entreprises à faire face à la pénurie de main-d’œuvre, elle se fait souvent au prix d’une plus grande précarité pour ces travailleurs étrangers, parfois aux prises avec des permis de travail reliés à un employeur abusif ou inéquitable et avec des conditions de travail moins favorables, ne pouvant pas faire venir leurs familles ou montrant une méconnaissance de leurs droits. La situation n’est pas idéale non plus pour les employeurs, qui voudraient pouvoir compter sur une main-d’œuvre plus stable à long terme.

Pour compliquer les choses, les délais d’obtention de la résidence permanente pour ces travailleurs temporaires « sont, de loin, beaucoup plus longs au Québec qu’ailleurs au Canada ». Principalement attribuables au gouvernement fédéral, ces « délais administratifs démesurés » qui peuvent s’échelonner sur 37 mois en amènent certains, malheureusement, à se tourner vers d’autres provinces, comme l’Ontario.

L’IdQ constate également que, malgré les efforts, la régionalisation de l’immigration est « au point mort », la grande région de Montréal accueillant encore et toujours près de 85 % des immigrants au Québec. Or, les besoins de main-d’œuvre sont souvent bien plus grands ailleurs. De plus, l’intégration économique, sociale et linguistique des immigrants à la majorité francophone se ferait probablement encore mieux à l’extérieur de la métropole.

L’IdQ recommande notamment de rehausser les seuils annuels d’immigration en priorisant les régions. Aux 50 000 nouveaux immigrants reçus prévus, Québec pourrait ainsi accepter un maximum de 10 000 demandes supplémentaires qui seraient soumises par des immigrants temporaires déjà installés en dehors des grands centres.

À défaut de grands ambassadeurs comme Montréal international et Québec international, les régions devraient pouvoir compter davantage sur Investissement Québec international ainsi que sur leurs cégeps et universités pour attirer plus d’étudiants internationaux et de travailleurs temporaires qualifiés.

Comme les délais de traitement des demandes sont très longs et qu’ils sont généralement imposés à des immigrants temporaires qui travaillent déjà au Québec, l’IdQ estime qu’on pourrait aussi abolir l’obligation d’expérience professionnelle avant le dépôt d’une demande de résidence permanente. Pour réduire les délais, Ottawa devrait aussi céder plus de pouvoirs à Québec dans le traitement des demandes des immigrants économiques.

Source: Les immigrants au Québec sont plus nombreux et mieux intégrés qu’il n’y paraît

English version:

Quebec should boost immigration thresholds while demanding more powers from the federal government in a bid to cut “unacceptable” delays and start easing the province’s long-standing labour shortage, a new study suggests.

Economic immigrants who apply for permanent residence in Quebec face the longest wait times in Canada, according to a report released Wednesday by the Montreal-based Institut du Québec think tank. Candidates looking to settle in Quebec can face administrative delays of as many as 37 months, compared with waits of six to 28 months in the rest of Canada, the study says. Health, security and standards checks by the federal government are the main reason for the delays, it says.

Although Quebec has the right to select its economic immigrants, Canada remains responsible for setting national immigration standards and objectives. Allowing Quebec to verify by itself the health, security and criminal records of economic immigrants would considerably speed up the bureaucratic process and improve Quebec’s attractiveness in an increasingly competitive labour market, according to Institut du Québec chief executive Mia Homsy.

“The big issue is the length of time it takes to process immigration requests for economic immigrants,” Homsy, who co-authored the study, said in an interview. “There’s a huge attractiveness issue for Quebec when the gap with the rest of Canada gets too big. If things take too long, immigrants are just going to cross the border and settle in Ontario.”

Quebec’s programs should also be reviewed. To speed things up, Homsy and her colleagues say the province would benefit from allowing temporary workers admitted under the so-called “Quebec Experience Program” to apply for permanent residence before having accumulated up to 24 months of work experience.

As Quebec’s population ages and employers struggle to fill vacant positions, the province has been relying more and more on temporary immigration to keep businesses humming. Non-permanent residents represented 64 per cent of the net number of international immigrants in 2019 — a huge jump from the 9 per cent average recorded between 2012 and 2016.

Long considered a weak point for Quebec, the economic integration of immigrants has made remarkable strides in recent years. Employment among Quebec immigrants aged 25 to 54 has increased by 224,000 since 2012, the study shows — a 61-per-cent surge.

Immigrants now make up 19.2 per cent of Quebec’s working population. Ten years ago, the proportion was only 12.6 per cent.

As a result, the unemployment rate for immigrants aged 25 to 54 fell to 5.3 per cent in April. A decade ago, joblessness was 12.7 per cent.

Entry wages for economic immigrants have also improved. As of 2019, they represented 98.7 per cent of the Quebec median wage, up from about 60 per cent in 2010, the study says.

Quebec’s labour market is growing increasingly tight — and many economists expect the trend to persist this decade as baby boomers retire en masse. The province’s unemployment rate, long among the highest in Canada, is now the lowest in the country. It hit a historic low of 3.9 per cent in April, 1.3 percentage points below the national average.

At the end of 2021, there was less than one unemployed person in Quebec for each job vacancy. That compares with a ratio of five to one in 2015.

“It’s a spectacular turnaround,” Homsy said. “Economic growth has accelerated just as the population of Quebec was aging. There is huge demand for workers at the same time that more people are retiring. Employers haven’t had time to adjust.”

Despite a crying need for workers, Quebec’s regions have been unable to attract enough immigrants. Nearly 85 per cent of the immigrants who arrive each year in Quebec settle in the Greater Montreal area, the study shows. Montreal — home to about half of Quebec’s population — took in an average of 37,000 permanent immigrants annually between 2015 and 2019, while 11 of the province’s 17 administrative regions received less than 1,000.

“In fairness, this is a phenomenon that we see everywhere,” Homsy said. “Immigrants gravitate toward big cities because these tend to offer more career opportunities. Quite often, they already have friends in big cities. All of this is difficult to replicate in the regions.”

To help solve acute labour shortages in the outlying regions, Quebec should set up a new “fast-track” program that could lead to as many as 10,000 additional temporary immigrants settling here every year, the IDQ study says. Immigrants targeted by the new program would be added to the 50,000 already admitted for permanent residence under existing programs.

Among other measures suggested by the authors, Quebec should increase the scope of international recruitment campaigns to attract more foreign students and qualified temporary workers. Another recommendation calls for the province to boost tax credits for international students who decide to settle permanently in Quebec’s regions after their studies.

Source: Quebec must boost immigration levels to solve labour woes: think tank

La maîtrise de l’immigration, «une question de survie», dit Legault

Quebec/federal relations continue to be challenged. Will see how this plays out after the Quebec election and the degree to which federal parties accommodate or set limits:

À quatre mois des élections générales, François Legault fait de l’obtention de nouveaux pouvoirs en matière d’immigration une condition sine qua non à la survie de la nation québécoise.

Le chef de la Coalition avenir Québec propose de hisser le thème de l’immigration parmi les principaux sujets de discussion de la campagne électorale — qui battra son plein à la fin de l’été — afin que « les Québécois comprennent bien l’urgence de rapatrier les pouvoirs » de sélection de quelque 11 000 immigrants inscrits au programme de regroupement familial, qui lui échappent à l’heure actuelle.

Si la « moitié » des participants du programme de regroupement familial continuent de bouder le français comme ils le font présentement, « ça peut devenir une question de temps avant qu’on devienne une Louisiane », a soutenu M. Legault dimanche, tout en évoquant des études gouvernementales sur le sujet.

« Je demande, aux prochaines élections, un mandat fort pour aller négocier ça avec le gouvernement fédéral », a-t-il fait valoir lors du discours de clôture du congrès national de la CAQ, à Drummondville.

François Legault s’est par la suite abstenu de préciser, devant les journalistes, les contours du « mandat fort » qu’il sollicite auprès de l’électorat québécois le 3 octobre prochain. « À partir du moment où on a l’appui d’une majorité de Québécois, c’est dur pour les partis politiques fédéraux de refuser cette demande-là [et] de gagner au fédéral sans appui au Québec », s’est-il contenté de dire.

« Avec tout ce qui se passe chez les conservateurs », un nouveau parti politique plus sensible aux revendications québécoises pourrait apparaître sur la scène politique fédérale d’ici le prochain scrutin fédéral, a-t-il dit.

Référendum sectoriel

Le chef du gouvernement québécois a rejeté l’idée avancée par des membres de la CAQ au cours du week-end de tenir un « référendum sectoriel » en immigration afin d’établir un rapport de force plus favorable. « Ce n’est pas dans les plans », a-t-il mentionné. « Ça suffit le niaisage ! […] La première initiative de la prochaine législature devra être l’organisation d’un référendum sur l’immigration », avait fait valoir le militant de Terrebonne Kevin Serafini samedi. « Bravo ! » avait spontanément crié une sympathisante caquiste. Les membres se sont toutefois bien gardés de l’ajouter dans le cahier de 23 propositions qu’ils ont remis au gouvernement de François Legault.

En revanche, ils se sont par exemple dits favorables à l’idée d’ajouter un cours obligatoire d’histoire et de culture du Québec au programme collégial, de concevoir un « catalogue de grandes œuvres artistiques québécoises » pour les enseignants et de mettre sur pied un musée de l’Histoire nationale du Québec. Le président régional Saguenay–Lac-Saint-Jean de la Commission Relève de la CAQ, Samuel Massicotte, y voit notamment une occasion de donner tort à Lord Durham, selon qui les descendants des Français formaient un « peuple sans histoire et sans littérature ». « On survit encore, malgré certaines tentatives d’un autre ordre de gouvernement de nier notre langue, de nier nos droits. On continue de s’accrocher », a souligné l’enseignant en histoire.

Turbulences économiques ?

À l’approche du rendez-vous électoral, François Legault a exhorté les électeurs québécois à rejeter les propositions des oppositions de gauche, convaincue que « l’argent pousse dans les arbres », et de droite, muette face aux changements climatiques. « Quand les temps sont pleins d’incertitudes, de turbulences et de dangers économiques, ce n’est pas le temps de se lancer dans des aventures avec des idéologues de gauche ou de droite. En fait, quand la mer est houleuse, c’est le temps de confier la barre à une équipe compétente, expérimentée, solide ! » a-t-il déclaré sur la scène du Centrexpo Cogeco, entouré de la plupart des personnes qui brigueront les suffrages sous la bannière de la CAQ. La présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Sonia Bélanger, était dans le lot.

Le premier ministre a plus tard expliqué son changement de ton sur les perspectives économiques québécoises en parlant de projections d’économistes évoquant « 40 % de chances » de récession mondiale. D’ailleurs, la hausse graduelle du taux directeur de la Banque du Canada « n’est rien pour aider l’économie », a-t-il fait remarquer aux médias.

Dans un deuxième mandat, un gouvernement caquiste pratiquera une « gestion rigoureuse des finances publiques », ce qui ne l’empêchera pas de donner un coup de pouce aux Québécois pour « passer au travers » de la hausse du coût de la vie, a indiqué M. Legault devant des centaines de militants gonflés à bloc. Ceux-ci avaient reçu pour consigne de frapper leurs bâtons gonflables, un bleu, un blanc, à l’appel du mot « fierté ». « Sans la prospérité, la fierté manque de moyens. Puis sans la fierté, la prospérité manque de sens. Ça prend les deux », a insisté le chef caquiste en précampagne électorale.

Source: La maîtrise de l’immigration, «une question de survie», dit Legault

And a comparable article in English:

Premier François Legault gave a glimpse into what his provincial election campaign will look like Sunday, with a speech outlining his plan to demand Ottawa hand over more immigration powers to Quebec.

Coalition Avenir Québec (CAQ), Legault’s party, held its caucus in Drummondville, Que., this weekend, a city in the Eastern Townships southeast of Montreal.

Legault told the crowd of about 1,000 people there he wants to ask Quebecers for a “strong mandate” in the Oct. 3 election to be a powerful negotiator with Ottawa on matters of immigration.

The speech Legault gave, which he dubbed “Pride,” was heavily nationalist, calling for the preservation of the French language, Quebec culture and listing the passing of Bills 21 (on secularism) and 96 (the overhaul of the Charter of the French language) as wins for his government.

“We changed Quebec,” he said.

Bill 21 outlaws civil servants in positions of authority, including teachers, lawyers, police officers and judges, from wearing religious garb or symbols. In practice, the law has for the most part affected female Muslim teachers who wear head scarves.

While Quebec manages economic immigration to the province — a power other provinces and territories in Canada do not have — the federal government is responsible for family reunification and the admission of refugees, representing close to half of newcomers to the province every year.

Legault said he wants Quebec to be able to choose much of that remaining half, except for refugees, so that it can prioritize French-speaking foreigners. He said that family reunification cases represent about 11,000 of the 50,000 people who immigrate to the province every year.

Prime Minister Justin Trudeau has so far rejected Legault’s calls for Quebec to have complete control over immigration into the province but has pointed to Bill C-13 tabled by the federal Liberals, which in part aims to increase immigration from French-speaking countries.

Legault said it was a question of the survival of the French language in the province, pointing to the state of Louisiana as an example of a place that used to be predominantly French-speaking but no longer is, surrounded by a nearly monolingual English-speaking country.

“It’s important for Quebecers to understand that it’s a question of survival,” for a French-speaking Quebec, he said.

But when asked by a reporter if there were government studies on the impacts of family reunification and the use of French, Legault’s answer wasn’t clear.

“Is it too much to ask them to learn before moving to Quebec? Is it too much? I don’t think so,” he said.

A heavily criticized clause in Bill 96, which was voted into law last week, calls on refugees to learn French within six months of arriving to Quebec, after which they can no longer access most public services in another language.

Critics say six months is not enough to become fluent in French, and that the clause will make it difficult for immigrants to access basic services.

Tuesday, after the law passed, Legault gave reporters a heads up that he wanted to turn to pressuring the federal government to handing over its immigration levers.

“That’s where the focus should be,” in protecting French, he said.

Critics say policies go beyond language

But some critics see Legault’s focus on legislation targeting minorities as a way to appeal to his voter base, largely composed of older portions of the Quebec population and those living outside of major cities.

Some groups helping immigrants, migrant workers and refugees in Montreal believe Quebec is creating a two-tiered immigration system, making it harder for non-French-speaking people to access permanent residency, while relying more heavily on a vulnerable temporary foreign workforce to fill serious labour shortages.

“I doubt it’s solely a question of the French language,” said Mostafa Henaway, an advocate at the Immigrant Workers’ Centre, in an interview last week.

Indigenous leaders across the province have also denounced Legault’s government for failing to listen to their calls to be exempt from Bill 96, saying their sovereignty and language revitalization efforts are at stake.

On Sunday, Legault made no mention of the labour shortage or of problems with access to health care — such as emergency room capacities, surgery wait lists and a shortage of family doctors. He said he would unveil a health care plan at some point in the campaign.

Statistics Canada reported in the fall that there were 279,000 job vacancies in Quebec in 2021.

Four months away from the October election, the CAQ has already recruited candidates in more than 100 electoral districts, and so far half of those candidates are women. The party still has 29 out of 125 candidates to name.

Source: Legault pledges to demand more control from Ottawa over immigration to Quebec

ICYMI – David: Le véritable adversaire [en immigration]

Of note, useful analysis. Likely won’t be pretty:

Durant la campagne électorale de 2018, François Legault s’était impatienté lors d’une conférence de presse face à l’insistance des journalistes qui le questionnaient sur ses positions en matière d’immigration.

« Vous parlez beaucoup d’immigration, mais pas les personnes normales », leur avait-il lancé. Les « personnes normales » lui parlaient de tout autre chose, par exemple de Gaétan Barrette, disait le chef de la CAQ.

C’était pourtant lui qui avait choisi d’introduire le sujet dans la campagne pour embarrasser Philippe Couillard, mais il était vite apparu qu’il le maîtrisait très mal. Les modalités de l’entente Canada-Québec signée en 1991 lui échappaient visiblement, tout comme les conditions d’obtention de la citoyenneté canadienne. Il devenait donc urgent de passer à autre chose.

Cette fois-ci, le premier ministre a eu le temps de faire ses devoirs et a manifestement décidé d’en faire un thème important de la prochaine campagne. Pour mettre la table, son bureau a donc laissé filtrer au Journal de Québec les résultats d’un sondage que la CAQ a commandé à la firme Léger dans le but de démontrer que, contrairement à ce qu’il soutenait il y a quatre ans, les « personnes normales » sont très préoccupées par la question.

Plus de deux Québécois francophones sur trois (68 %) sont d’avis que les seuils d’immigration sont déjà suffisamment ou trop élevés, que les nouveaux arrivants n’ont pas une connaissance suffisante du français (65 %) et qu’ils adoptent davantage l’anglais que le français comme langue d’usage (66 %). Près de la moitié (48 %) estiment qu’il s’agit de la plus grande menace pour le français.

Pratiquement assuré d’être reporté au pouvoir, M. Legault n’a pas vraiment besoin d’accuser encore le PLQ de mettre la nation en danger ni de se lancer dans une surenchère identitaire avec le PQ. Ces deux partis tenteront au mieux de sauver les meubles le 3 octobre. L’électorat de QS est presque totalement imperméable au discours caquiste et la position du Parti conservateur d’Éric Duhaime sur l’immigration n’est pas si éloignée de celle de la CAQ.

En réalité, son véritable adversaire est Justin Trudeau. En 2018, il prétendait que ce dernier serait obligé de répondre positivement à ses demandes si les Québécois lui donnaient un « mandat clair ». Il a obtenu ce mandat et M. Trudeau est pourtant demeuré inébranlable. Il en obtiendra sans doute un encore plus clair, mais cela fera-t-il vraiment fléchir son adversaire, qui entend augmenter massivement le nombre d’immigrants au Canada ?

En fin de semaine prochaine, les délégués au congrès de la CAQ seront invités à adopter une résolution réclamant que le gouvernement fédéral transfère au Québec « l’ensemble des pouvoirs en matière d’immigration le plus rapidement possible ». C’est même plus que ce que M. Legault a demandé jusqu’à présent, dans la mesure où il accepte que l’accueil des réfugiés demeure de juridiction fédérale.

Or, tous les Québécois ne sont pas aussi convaincus qu’Ottawa devrait céder des pouvoirs. Selon le sondage Léger-CAQ, 52 % des francophones, mais seulement 30 % des 18-34 ans sont de cet avis, alors que 50 % de ces derniers estiment que la situation actuelle devrait être maintenue ou même que les pouvoirs d’Ottawa devraient être augmentés. Sans surprise, seulement 7 % des non-francophones souhaitent que le Québec en obtienne davantage.

Pour renforcer cet appui et accroître le rapport de force face à Ottawa, la campagne électorale pourrait être le prélude au lancement d’une grande « conversation » nationale. Dans l’entourage de M. Legault, on jongle avec l’idée de réunir des États généraux sur l’immigration, qui engageraient l’ensemble de la société québécoise dans un vaste exercice de réflexion sur son avenir collectif. Cela ne pourrait certainement pas nuire.

La formule n’est pas nouvelle. On pense immédiatement aux « États généraux du Canada français », dans les années 1960, qui avaient marqué une étape décisive dans le développement du mouvement nationaliste et affirmé le droit du Québec à son autodétermination, mais il s’agissait là d’une initiative de la société civile.

En 2001, le gouvernement Bouchard avait organisé des « États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec », présidés par l’ancien président de la CSN Gérald Larose. Ils n’avaient pas eu un gros effet, dans la mesure où Lucien Bouchard y voyait simplement un prix de consolation pour les militants péquistes qui réclamaient à grands cris un retour à la loi 101 originelle.

Les militants caquistes sont loin d’être aussi exigeants envers leur chef que l’étaient ceux du PQ à l’époque. Ils se contentent de le suivre sans jamais le bousculer. Si M. Legault décidait de lancer une opération de ce genre, alors que rien ne l’y oblige, ce serait vraisemblablement avec l’intention d’y donner suite. Qui sait où cela pourrait mener.

Inévitablement, ceux qui croient qu’il n’a pas renoncé à son idéal d’antan y verront une « astuce » visant à raviver le projet indépendantiste, mais s’il est réellement convaincu que le plein contrôle de l’immigration est essentiel à la survie d’une société française dans le cadre fédéral et qu’Ottawa s’entête à le refuser au Québec, il lui faut bien tenter quelque chose.

Source: Le véritable adversaire