Le Pen Joins French Conservatives Seeking Immigration Referendum

Here we go again, with a race to the bottom:

After trying to moderate her image for months, far-right leader Marine Le Pen went back to basics by casting a national conversation about immigration as a battle for the soul of France and renewing a pledge to hold a referendum on the issue if she defeats Emmanuel Macron next year.

“The April 2022 election will be about our civilization,” Le Pen said during a press conference on Tuesday. “Will France remain France, or be brushed aside by the uncontrolled torrent of massive migration flows that will wipe out our culture, our values, our way of life.”

Le Pen said she’d consult the French about changing the constitution to “drastically” reduce immigration. She pledged to introduce a law that will prevail over international treaties and allow her to breach European Union legislation if a majority of citizens backs the idea.

“What we are offering is a ready-for-use solution,” she said.

Several presidential hopefuls on the traditional right are seeking tougher rules on who is allowed to live in the country, including Michel Barnier and Xavier Bertrand.

And though Macron ran as a centrist in 2017, he has since become more conservative and his government has also talked about the need to control immigration. On Tuesday, it said it will reduce the number of visas granted to Algerians, Moroccans and Tunisians to protest their countries’ refusal to facilitate the return of nationals in “an irregular situation” in France.

But Le Pen’s harsher tone may be more the result of the threat posed by ultra-right media personality Eric Zemmour, who has been publicly toying with a run. He has previously demanded a referendum to overhaul immigration law as well as a short-term moratorium on entries. He links immigration to terrorism.

Le Pen is placing second in surveys of voting intentions, after Macron, though polls show support for Zemmour rising and cutting into her voter base. If Zemmour joins the crowded contest, he’d likely increase the chances Le Pen would be knocked out of the second round and throw the race wide open.

During the press conference, Le Pen said she wants to make it illegal for people from different countries to live in closed communities as a way of preserving their traditions and ban undocumented people from regularizing their situation. The Schengen accord, which allows free circulation for people in Europe, would need to be renegotiated, she said.

Source: Le Pen Joins French Conservatives Seeking Immigration Referendum

Marine Le Pen: France ‘not responsible’ for deporting Jews during Holocaust – The Washington Post

Sigh … hope French voters react:

The Velodrome d’Hiver is an eternal stain on French history.

After dark on July 16, 1942, French police rounded up about 13,000 Jews from across occupied Paris and deposited them in the “Vel d’Hiv,” a famous indoor stadium that had hosted the 1924 Summer Olympics and where the likes of Ernest Hemingway would come to enjoy the races. From the stadium, not far from the Eiffel Tower, the vast majority of these interned Jews in 1942 were deported to Auschwitz. Most would never return from that World War II Nazi concentration camp.

The reason the Vel d’Hiv lingers in France’s national memory is that the roundup was carried out by French police — not by the German occupiers.

In a republic devoted to the lofty ideals of equality and universal citizenship — and that had legally emancipated its Jews long before any of its European neighbors — the Vel d’Hiv roundup exposed the deadly hypocrisy of collaboration with the Nazi regime. In 1995, speaking at the site of the stadium, then-President Jacques Chirac put it this way: “France, the homeland of the Enlightenment and of the rights of man, a land of welcome and asylum — France, on that day, committed the irreparable. Breaking its word, it handed those who were under its protection over to their executioners.”

Now enter Marine Le Pen, the leader of France’s far-right National Front party, who is making a run for the presidency in the April 23 election.

“I don’t think that France is responsible for the Vel d’Hiv,” she declared Sunday on French television. “I think that in general, more generally, if there were those responsible, it was those who were in power at the time. This is not France.”

In remarks that elicited outrage across the French media, Le Pen went further: “France has been mired in people’s minds for years. In reality, our children are taught that they have every reason to criticize her, to see only the darkest historical aspects.”

“I want them to be proud to be French again.”

French far-right leader Marine Le Pen is among the top contenders in France’s presidential campaign. Here’s what you need to know about her.(Bastien Inzaurralde/The Washington Post)

Israel condemned Le Pen’s remarks, saying they reflect rising anti-Semitism that, “unfortunately, is once again raising its head.”

McCallum n’est pas surpris de l’accueil réservé à Le Pen

Reinforcing the message:

Le ministre fédéral de l’Immigration, John McCallum, croit qu’en refusant de rencontrer Marine Le Pen lors de son passage au Canada, les politiciens ont fait comprendre à la chef du Front national « qu’au Canada, on n’est pas d’accord avec elle ». Concernant l’accueil des 25 000 réfugiés syriens au pays — « de la folie », selon Mme Le Pen —, le ministre McCallum estime que le message est tout aussi clair. « Il y a un bon consensus parmi la classe politique au Québec et au Canada en faveur de ces réfugiés. Donc le fait que les politiciens ne veulent pas lui parler ne me surprend pas », a-t-il affirmé lundi.

De passage à Saguenay, le premier ministre Philippe Couillard a pour sa part rappelé que Mme Le Pen n’occupe aucune fonction au sein du gouvernement français et qu’il n’a pas l’intention d’entamer un débat avec elle.

Source: McCallum n’est pas surpris de l’accueil réservé à Le Pen | Le Devoir

Marine Le Pen the untouchable?

One of the better English summaries of her visit:

The proverbial 10-foot pole has become a popular approach for Quebec politicians in dealing with the leader of France’s far-right party, who arrived in Montreal on Friday.

Marine Le Pen may be among France’s most popular politicians — polls suggest she has enough support to make the run-off stage in the country’s next presidential election — but she has yet to secure a meeting with a mainstream political figure in Canada.

That hasn’t stopped her from wading into federal and provincial politics, sending politicians scurrying for cover.

Canada’s immigration policy an ‘error’

At a news conference in Quebec City on Sunday, Le Pen criticized Canada’s immigration policy, calling it an “error” to admit 25,000 Syrian refugees.

“A multicultural society is a conflicted society,” she said during the news conference.

Le Pen described the current situation in France as warning for Canadians.

“We put out a welcome sign, but what conditions await them? The slums of Calais? This is a policy that makes no sense and is dangerous,” she said referring to a large informal refugee camp near the tunnel underneath the English Channel.

Le Pen has had trouble finding a receptive audience since she arrived in Quebec. A small group of protesters disrupted her Sunday news conference, shouting and unfurling banners with anti-fascist messages.

“Away children, go back to bed,” she told the protesters, saying their behaviour was “unacceptable in a democracy.”

PKP ‘shocked’ at meeting

Le Pen did manage to meet with people claiming to be from the Parti Québécois on Saturday. She told Radio-Canada that she has supporters within the party.

“The PQ is diverse and vast,” Le Pen said. “It’s not monolithic.”

PQ’s leader Pierre Karl Péladeau quickly took to Facebook to dissociate himself from Le Pen, saying he was “shocked” that anyone from his party would meet with her.

The Front National’s values “are diametrically opposed to the values of the Parti Québécois,” Peladeau said.

Source: Marine Le Pen the untouchable? – Montreal – CBC News

My friend Arun shared this article about the coverage in France:

FIASCO – Imaginez le scénario. Vous traversez l’Atlantique, tout content de partir en voyage au Québec, espérant renforcer votre stature internationale et en pensant rencontrer des personnalités politiques locales de premier plan, la présidentielle de 2017 en tête. Vous communiquez même sur ce dernier point. Mais, à peine débarqué de votre avion, vous commencez à déchanter car personne ne veut vous voir. C’est ce qui se passe avec le voyage outre-Atlantique de Marine Le Pen.

D’après divers articles de la presse canadienne, la présidente du Front national, de passage au Canada pour six jours, le temps de passer par Québec et Montreal, n’est pas la bienvenue pour la classe politique locale. Pourtant, le FN avait fait savoir que la candidate à l’élection présidentielle de 2017 allait rencontrer des “politiciens fédéraux” sans plus de précision.

Sauf que Le Devoir a contacté la plupart des hommes et femmes politiques de premier plan et aucun ne veut rencontrer Marine Le Pen. “Tous les partis contactés vendredi, tant au niveau provincial que fédéral, ont indiqué qu’ils n’avaient pas prévu de rencontre avec la politicienne de 47 ans”, écrit de son côté La Presse le 19 mars.

“Au Québec, le porte-parole du premier ministre Philippe Couillard, Harold Fortin, a déclaré que personne au gouvernement n’a l’intention de rencontrer Marine Le Pen”, écrit encore le Devoir sur son site et qui détaille les réponses similaires de nombre d’autres partis. Et Antonine Yaccarini, la porte-parole de l’aile parlementaire du Parti québécois, de résumer le sentiment prédominant chez les politiques québécois :

Nous n’avons pas une minute à consacrer à cette personne-là.

Comme le note également le Devoir, un député a même conseillé sur Radio-Canada à Marine Le Pen de plier bagage et de rentrer en France. Sollicités, les parti “La Coalition avenir Québec” et “Québec solidaire” ont refusé de rencontrer la patronne du FN. Idem du côté du maire de Montréal. Un fiasco.

En déplacement au Québec, Marine Le Pen peine à rencontrer des élus canadiens

Marine Le Pen: l’accueil de 25 000 réfugiés syriens est «une folie»

Marine Le Pen’s visit to Quebec and reactions:

L’accueil de 25 000 réfugiés syriens par le gouvernement Trudeau est une « folie ». La classe politique d’ici subit une forme de « terrorisme intellectuel ». Les Québécois ne sont pas assez combatifs quand vient le temps de défendre leur langue. En visite au Québec, la présidente du Front national (FN), ce parti d’extrême droite de France, en a long à dire sur la politique canadienne et québécoise.

Marine Le Pen estime que son parti a des affinités avec le Parti québécois. Elle appuyait le projet de charte des valeurs, qui a soulevé une telle controverse. Elle croit que Pierre Karl Péladeau donnera un « nouveau souffle à la souveraineté ». La Presse l’a rencontrée.

Sa visite au Québec était à peine annoncée que tous les partis politiques provinciaux et fédéraux sont sortis sur la place publique pour déclarer qu’ils ne rencontreraient pas Marine Le Pen et qu’ils ne voulaient rien avoir à faire avec elle. À croire que la chef du FN est radioactive. Que pense-t-elle de ce traitement ?

« La classe politique québécoise semble vivre dans une forme de crainte. Et je trouve que quand il y a de la crainte dans une démocratie, c’est que la démocratie va mal. » Mme Le Pen, qui trouve la réaction des politiciens « puérile », affirme que des gens du milieu politique ont sollicité des rencontres avec elle, mais qu’ils ont eu « peur de le faire » ou qu’ils l’ont contactée « pour dire qu’ils [avaient] subi beaucoup de pression ». Elle refuse de divulguer leur nom ou leur allégeance.

« Il y a une forme de terrorisme intellectuel qui est très dommageable. Parce qu’une démocratie mature n’a pas peur du débat d’idées. Ça en dit long sur le poids du politiquement correct et de la pensée unique. Cela dit, ce n’est pas très grave. Je ne suis pas là pour faire la tournée des popotes politiques. Même s’il y a toujours intérêt, quand on est un responsable politique, à pouvoir échanger avec des gens qui peuvent sur certains sujets partager vos préoccupations. »

Source: Marine Le Pen: l’accueil de 25 000 réfugiés syriens est «une folie» | Gabrielle Duchaine | Politique

And:

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a tenu à dissocier sa formation politique d’une rencontre qui aurait eu lieu entre des militants du PQ et la dirigeante du Front national, Marine Le Pen, en visite au Québec.

M. Péladeau a dit, samedi, sur sa page Facebook, avoir été «choqué» en apprenant que des personnes, «s’affichant comme des “jeunes du Parti québécois”», avaient rencontré Mme Le Pen.

«Au nom du Parti québécois, je tiens à dissocier formellement notre formation politique et ses instances de toute activité ou rencontre, issue d’initiative personnelle, avec des représentants de ce parti dont l’histoire, la doctrine et les propositions sont aux antipodes des valeurs du Parti québécois», a-t-il écrit.

Sébastien Chenu, conseiller régional de Picardie-Nord-Pas-de-Calais et se présentant comme délégué national du Rassemblement Bleu Marine – un mouvement rattaché au FN -, avait publié une photo de Mme Le Pen avec quatre hommes, écrivant: «MLP rencontre les jeunes militants du Parti québécois! Échange passionnant!!»

La dirigeante du Front national, parti français d’extrême droite, débarquait à Montréal vendredi. Mme Le Pen annonçait sur son site officiel un voyage en Amérique du Nord débutant ce week-end.

La politicienne ne met aucune rencontre officielle à son agenda.

À Ottawa, au Parti conservateur, on affirmait, vendredi, ne rien savoir de la visite de la dame et on ne prévoyait pas de rencontres entre elle et des élus conservateurs. Même commentaire chez les néo-démocrates, les bloquistes et au gouvernement de Justin Trudeau. À Québec non plus, personne ne se préparait à l’accueillir.

Le député du parti de gauche Québec solidaire Amir Khadir a dit à Radio-Canada être prêt à rencontrer la présidente du Front National, en dernier recours, «par humanisme». Il disait vouloir démontrer à Mme Le Pen «que le Québec n’est pas un terrain xénophobe».

La présidente du Front National a rétorqué, également en entrevue à la télévision publique, qu’elle avait à faire à «plein d’Amir Khadir» en France, des gens qui estiment «que lutter contre l’immigration est faire preuve de xénophobie».

Des péquistes rencontrent Marine Le Pen, Péladeau s’en dissocie