After Quebec’s secularism law, Muslim women gather to figure out, ‘What can we do now?’

Interesting vignettes:

The women hold one hand to their chest and the other to their stomach as they’re told to breathe in and then out.

The workshop started with a guided meditation and a short discussion about how to cope emotionally with Quebec’s new secularism law, which bars them from wearing religious symbols at certain jobs. But it’s clear the 20 or so Muslim women here aren’t ready to relax.

A short time later, they’re at the edge of their seats shooting questions at lawyer William Korbatly about the law’s ins and outs.

What they really want to know is how to fight it.

“What is this law? What can we do now?” one woman lets out, shaking her head. “It’s ridiculous. I want us to end this law. It’s unjust.”

Considering social media campaigns — or self-defence

The women begin pitching ideas. Can they go around the law? Are there different ways they can hide their hair, perhaps?

“You put a wig on top of your hijab,” says Mejda Mouaffak, an elementary school teacher, with a laugh.

A social media campaign uniting different faiths (Judaism, Islam, Sikhism, Christianity) in solidarity against the law is pitched. Another campaign, to make fun of the law, is suggested. Self-defence workshops are another idea, ones that also touch on verbal attacks and how to react.

The workshop in an empty community centre in a northwestern Montreal neighbourhood ends up lasting nearly two hours longer than planned. The discussions are as nuanced and diverse as its participants, who hail from different backgrounds and ages and practice a range of professions.

Most of them wear a hijab.

‘We can be Muslim and feminist’

The gathering was organized for Muslim women to regroup after Quebec’s new CAQ government pushed through two key pieces of legislation, both affecting people of colour in the province, during a marathon weekend in the National Assembly the week before.

The new secularism law forbids certain groups of public servants — including teachers, police officers and government lawyers — from wearing religious symbols on the job. Critics say it impedes people’s right to practice their religion, and disproportionately targets Muslim women who wear a headscarf.

Participant Sara Hassanien wants to connect with Quebec feminists, a group that has been vocal in favour of the law, particularly in French media.

“I’m trying to tell them that unlike what you’ve always thought … we can be Muslim and feminist,” she said, noting there are about as many reasons women wear the hijab as there are women who do.

‘I totally understand what Quebec has been through’

Hassanien says, on the other hand, it’s important for her community to know the history of Quebec’s difficult relationship with the Catholic church.

“I totally empathize with you,” Hassanien told CBC later, as if addressing Quebec feminists.

“I totally understand what Quebec has been through. I understand that your mothers, your grandmothers, fought so hard for women’s liberation and I support that. I am here to comfort them, to reassure them that we are not ever going to call for going back.”

At the same time, Hassanien says she is tired of feeling like she has to speak for her entire community in spaces where it is under-represented.

‘The consquences can only be absurd’

Korbatly agreed with the women pointing out contradictions they see in the law: that the definition of “religious symbol” is vague and applies more to the Christian cross than the hijab, which they say is more of a practice.

He explained how disrespecting the law could lead to people being fired.

“When you have an absurd law, the consequences can only be absurd,” Korbatly told the group.

He hopes the legal challenge to the law launched last week, which argues Quebec can’t bypass Canadians’ right to religious freedom, will be successful.

Law effectively prevents a teacher’s promotion

Afterward, he told CBC News though the law does not affect him directly — he is Muslim, but does not wear religious garb — he felt it was his duty “to be there, present and give moral and legal support to the community.”

During the discussion he called himself a feminist “through and through.”

Amina B., who wished to withhold her last name because of fear it would affect her employment, is a substitute teacher.

The law effectively prevents her from being promoted to any other public education role in the province. It includes a grandfather clause that protects people hired before March 28, but as soon as they are promoted or access another position covered by the law, it applies.

‘This is shaking me to the core’

Amina had signed up for a two-year online teacher program at the University of Ottawa, but she’s not sure she’ll complete it now.

“If that means I will always have to be a substitute teacher, and that I can’t evolve, what’s the point?”

She came to the workshop because “when you get involved, maybe, you can make things change.”

Hassanien is an ESL teacher for a private company. She says it was important for her to join, too, because “I started to feel helpless about what’s happening on a daily basis to me as a veiled woman in Montreal.”

She says her trips on public transit now fill her with anxiety and fear that she will be harassed. Even strange looks are a cause of stress.

“This is shaking me to the core,” she said.

Spike in public harassment

The event was organized by Hanadi Saad, who founded Justice Femme after the first attempt by a Quebec government to legislate religious garb, when it was led by the Parti Québécois in 2013, to offer legal and psychological support to Muslim women who face harassment.

Since Bill 21, the current law, was introduced in May, her group has seen a spike in the public harassment of Muslim women in Quebec.

“It’s like we opened the door: ‘Now, you can go ahead and discriminate,'” Saad said, calling the law “violent.”‘I feel like they are taking a part of me’

Saad immigrated to Canada with her family 30 years ago during the Lebanese Civil War and has lived in Quebec for 18 years. She says Quebec has been her true home ever since.

But she’ll be visiting Lebanon for the second time in those years this summer and wonders if it’ll feel more like home this time.

“I feel like they are taking a part of me, of my existence,” said Saad, who no longer wears a headscarf. She said it was a decision that took her months.

“To ask these women to take their hijab off, it’s like asking you to take your T-shirt off.”

Saad sees a silver lining, though.

“Now what has to be done, it’s to stand up for our rights as women. We are appropriating our cause; it’s women’s cause. So I will thank this government for what he’s creating, because he’s forcing us to come together.”

Source: After Quebec’s secularism law, Muslim women gather to figure out, ‘What can we do now?’

Chris Selley: The debate over Quebec’s religious symbols bill nears its wretched end

Pointed commentary:

Better late than never, one supposes: Three days before Premier François Legault’s self-imposed deadline for passing Bill 21, which would prohibit certain civil servants from wearing religious symbols on the job, his government proposed an amendment that would actually define “religious symbol.” (It had hitherto argued none was necessary.) If the amendment is adopted, teachers, police officers, Crown prosecutors and others deemed to be in positions of authority would be forbidden to display any “clothing, symbol, jewellery, ornament, accessory or headgear that is worn in connection with a religious conviction or belief and can reasonably be considered as referring to a religious affiliation.”

Kudos to whichever reporter thought on Wednesday to ask whether wedding rings count. The question utterly stymied both Legault and his Diversity and Inclusiveness Minister — you read that correctly — Simon Jolin-Barrette, who’s in charge of this project. “The person who wears an object that for her constitutes a religious symbol, that constitutes a religious symbol,” Jolin-Barrette explained. “And the person who wears an object that in the eyes of a reasonable person represents a religious symbol, that constitutes a religious symbol.”

Many scoffed at the question. Reporters were just playing silly buggers, they said —  “f—ing the dog,” in Quebec parlance. The government quickly clarified that wedding rings would not be covered.

And indeed, there are many 100-per-cent non-religious wedding bands in the Quebec civil service. But many wedding rings are unambiguously religious symbols to the people wearing them. The standard Catholic marriage script suggests priests ask “the Lord (to) bless these rings” before giving them to the bride and groom. Each will ask the other to “receive this ring as a sign of my love and fidelity. In the name of the Father, and of the Son, and of the Holy Spirit.”

Of course, who’s to know? The religious rings don’t glow a special colour. So long as devoutly religious police officers and public-school teachers do their jobs properly and professionally, without fear or favour, everything will be fine. Only that’s precisely what Bill 21’s opponents have been saying forever: A kippa or hijab is no evidence of a partial or biased civil servant, and the lack of a kippa or hijab is no evidence of an impartial or unbiased one. By definition, a law about religious symbols can’t do anything that’s not symbolic — only in this case, the symbolism involves trampling all over minority rights.

Legault has never shown any particular enthusiasm for this project; rather, he defends it on grounds that it has majority support and that it’s time to put the whole issue to bed. As Bill 21 nears passage, more and more voices have made it clear that won’t happen.

On Saturday Le Devoir ran a huge spread about how much religion is costing Quebecers in terms of tax breaks for churches and faith-based organizations. It gave ample voice to the view that faith itself, separated from the charitable works of faithful people, has no intrinsic value to society (or is even a net detriment). “It is difficult to understand how we can enshrine the secular status of the Québécois state in the Charter of Human Rights and Freedoms, reaffirm the separation of the state and religion and the equality of all citizens, and give away hundreds of millions of dollars in tax revenue every year,” an editorial argued.

In fact it’s perfectly easy to understand: The government demonstrates its neutrality, and its respect for the equality of all citizens, by treating people the same way regardless of their private faith or lack thereof. If laïcité were incompatible with respecting religious faith and its contributions to society, it’s unlikely the French state would own and maintain so many churches.

Outright anti-religious sentiment is one thing Bill 21 won’t get rid of. It also won’t quiet people who think it should apply to daycare workers and teachers at state-subsidized religious schools — or indeed to the entire civil service, as was contemplated by Pauline Marois’ popular Values Charter. And Bill 21 certainly won’t dissuade bigots from taking out their inadequacies on Quebec’s minority populations. This week a Montreal woman who wears a niqab tracked down the driver of a bus that blew past her at a stop — deliberately, she alleges, based on anti-niqab sentiments the driver had previously expressed on Facebook. When the woman complained in the same medium, CBC reported, respondents included a Société de Transport de Montréal union rep who suggested “a normal Quebecer would have waited for the next bus.”

It’s one of many alarming incidents that Muslim Quebecers in particular insist have become more and more frequent as this interminable debate drags on. The government has proposed no solutions except to make the majority more comfortable — perhaps by banning women wearing niqabs from riding public buses. That particular question will have to wait for a while, tied up as it is in the courts. But Bill 21 will pass before MNAs break for the summer.

At least those affected will finally know where they stand (pending further restrictions). At least greener pastures await elsewhere in Canada if they decide, not unreasonably, that they are no long welcome.

Source: Chris Selley: The debate over Quebec’s religious symbols bill nears its wretched end

Québec définit ce qu’est un «signe religieux»

I have pity for the public servants who were tasked with the drafting what appears to be a fairly restrictive definition, given no mention of size (e.g., small pendants of the Cross, Star of David):

Le gouvernement Legault fait volte-face et consent finalement à définir ce que représente à ses yeux un « signe religieux » dans son projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

Depuis le dépôt du projet de loi controversé, le ministre responsable, Simon Jolin-Barrette, avait toujours refusé jusqu’à maintenant, malgré les pressions venant de toutes parts, de définir ce qu’il entendait par l’expression « signe religieux », qui est au coeur du document.

Mardi, en soirée, coup de théâtre à l’Assemblée nationale où son projet de loi est passé au peigne fin : le ministre Jolin-Barrette a déposé un amendement précisant aux nombreux employés de l’État visés par la loi ce qu’ils n’auront plus le droit de porter dans l’exercice de leurs fonctions.

Le libellé de l’amendement à l’article 6 démontre l’intention du gouvernement de ratisser large.

Ainsi, aux yeux du gouvernement, « tout objet, notamment un vêtement, un symbole, un bijou, une parure, un accessoire ou un couvre-chef » sera considéré comme étant un « signe religieux », s’il est porté « en lien avec une conviction ou une croyance religieuse » ou s’il est « raisonnablement considéré comme référant à une appartenance religieuse ».

Il n’y a aucune mention visant la taille de l’objet en question : minuscule ou ostentatoire, le signe religieux sera donc prohibé.

Le gouvernement Legault tient mordicus à faire adopter deux de ses projets de loi avant l’ajournement des travaux, prévu ce vendredi 14 juin : le projet de loi 9 sur l’immigration et le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

Les deux législations sont pilotées par le ministre Jolin-Barrette.

Le projet de loi 21 en est rendu à l’étape de l’étude détaillée article par article.

Il prévoit interdire à plusieurs catégories d’employés de l’État – policiers, gardiens de prison, procureurs de la Couronne, enseignants et directeurs d’école des niveaux primaire et secondaire du secteur public, notamment – de porter tout signe religieux dans l’exercice de leurs fonctions.

Les employés actuels auraient un droit acquis (« clause grand-père »).

Durant la consultation menée sur le projet de loi, certains des témoins entendus avaient fait valoir que le document était beaucoup trop vague, sans définition précise de ce qui serait interdit ou pas, donc difficile à appliquer.

Source: Québec définit ce qu’est un «signe religieux»

UN human rights observers warn Quebec about secularism bill

While I agree with the concerns, not sure how credible it will appear given the significant UN members who do not respect religious freedoms and have rigid dress codes that apply to women in particular:

High-ranking human rights monitors with the United Nations are concerned the Quebec government will violate fundamental freedoms if it moves ahead with legislation to limit where religious symbols can be worn.

Three UN legal experts, known as rapporteurs, signed and sent a letter written in French last week to the Canadian mission in Geneva. They asked the diplomats to share the letter with Quebec’s Legislature.

The letter says the province’s so-called secularism bill, which the Coalition Avenir Québec government is rushing to pass by next month, threatens freedoms protected by the International Covenant on Civil and Political Rights.

“We are particularly concerned … about consequences for those people susceptible to being disadvantaged or excluded from a job or public position because of the potential effects of the proposed law,” the letter reads.

Tabled in March, Bill 21 will bar public teachers, government lawyers and police officers from wearing religious symbols at work. It will also require government services to be received without religious garments covering the face.)

The bill has already attracted widespread criticism from minority groups and anti-racism advocates in Quebec, who fear it will, among other things, significantly limit work opportunities for Muslim women.

The Quebec government maintains the legislation is moderate and represents the desires of a majority in the province.

But according to the UN observers, if passed, the bill could violate rights to freedom of conscience and religion, as well as a number of equality guarantees contained in the covenant.

‘Extremely inappropriate’

The letter also notes the bill doesn’t define what a religious symbol is, adding that it would be “extremely inappropriate” for a government to decide whether a symbol is religious or not.

Critics of the bill, including several teachers unions, highlighted this point repeatedly during the six days of legislative hearings that wrapped up last week.

It is unclear, for instance, whether the Star of David is a religious or political symbol.)

The letter goes on to take issue with the requirement that government services be received with an uncovered face, a measure that singles out Muslim women who wear the niqab.

“The bill constitutes a restriction, or limitation, of the freedom to express religion or belief,” the letter reads.

At multiple points, the letter reminds the Canadian government that it is bound by various human rights instruments, including the covenant on civil and political rights, which it signed in 1976. Quebec is also bound by these agreements.

The letter is signed by the rapporteur for minority relations, Fernand de Varennes; the rapporteur for racism, E. Tendayi Achiume; and the rapporteur for religious freedom, Ahmed Shaheed.

It closes with a series of questions about how minority rights will be protected once the legislation is passed. The rapporteur also wants to know how minority groups will be consulted in the legislative process.

Of the 36 groups and individuals who were invited by the Quebec government to take part in the legislative hearings for the bill, only two represented religious communities in the province.

Rules broken, lawyer says

Pearl Eliadis, a Montreal human rights lawyer with extensive experience working with the UN, said it is noteworthy the letter was written in French.

“The United Nations is signalling … that majority will is constrained or bound by or limited by rules about how you treat minorities,” she told CBC News after consulting the letter.

“And those rules have been broken in this case. They have manifestly been broken in this case.”)

Quebec Immigration Minister Simon Jolin-Barrette, the bill’s sponsor, has received the letter and is “analyzing it in detail,” a spokesperson for the minister said in a brief written statement Tuesday.

“The government of Quebec is proud of Bill 21,” the statement said. “It is pragmatic, applicable and moderate. It reflects the consensus of the majority of Quebecers.”

But Hélène David, the provincial Liberal critic for secularism issues, says the UN letter “underscores once again the attack on fundamental rights and the lack of justification for such a measure.”

In an emailed statement, a spokesperson for Canadian Heritage and Multiculturalism Minister Pablo Rodriguez did not comment on the UN letter but said the federal government’s position is clear: “It’s not up to politicians to tell people what to wear or what not to wear. Canada is a secular and neutral state, and that is reflected in our institutions.”

“The Quebec government’s bill has raised numerous questions. We will continue to follow it very closely.”

While Prime Minister Justin Trudeau has criticized the bill (as have the federal NDP and Conservatives), he hasn’t indicated whether the federal government will intervene if it is passed.

The letter itself carries no legal weight. But it could provide ammunition to groups who will seek to challenge the law before the UN’s Human Rights Committee, Eliadis said.

Such challenges can take several years before the committee offers a decision (known as a “view”). When they are delivered, though, the federal government comes under considerable pressure to comply.

But beyond its possible legal ramifications, the UN letter indicates that what is at stake with Bill 21 is Quebec’s reputation as a tolerant society, Eliadis said.

“I think the average person should care,” she added.

“I think many people in Quebec do care because they understand that what the Quebec government is setting aside are our most fundamental values as a nation.”

Source: UN human rights observers warn Quebec about secularism bill

Laïcité: «On est en train de légiférer un plafond de verre», dénonce la FFQ

Bill 21 gender based analysis concerns:

La Fédération des femmes du Québec (FFQ) dénonce le caractère « sexiste » du projet de loi sur la laïcité de l’État, qui est selon elle « une forme d’oppression envers les femmes » qui se traduit par l’instauration d’un « plafond de verre ».

« On est en train de légiférer un nouveau plafond de verre qui empêcheront [certaines] femmes musulmanes d’atteindre des postes d’autorité ou d’enseignantes », a dénoncé jeudi Idil Issa, une jeune Québécoise noire de confession musulmane qui porte le voile.

« J’ai l’intention de briser ce plafond de verre que vous êtes en train de construire. […] J’aurai une position d’autorité et je serai plus juste que vous. Je ne nuirai pas aux intérêts d’une minorité déjà vulnérable dans l’exercice de mes fonctions », a-t-elle ajouté en regardant le ministre Simon Jolin-Barrette.

Mme Issa était accompagnée jeudi de la présidente de la FFQ, Gabrielle Bouchard, en cette dernière journée de consultations du projet de loi 21 à l’Assemblée nationale. Dans son mémoire, publié sur son site internet, la Fédération affirme que le projet de loi du gouvernement Legault est « discriminatoire » et qu’il repose sur « une série de confusions ».

Selon la FFQ, « l’État n’a pas à émanciper de force les femmes ».

« Au Québec, il y a des féministes croyantes, tout comme il y a des athées réactionnaires. Combien de féministes croyantes ont activement participé aux mouvements féministes au Québec ? Pensons par exemple à ces féministes chrétiennes qui luttent pour le droit à l’avortement libre et gratuit. Pensons à toutes ces féministes musulmanes qui, en tant que membres de la FFQ, se battent avec nous pour les droits de toutes les femmes au quotidien », affirme la Fédération des femmes.

« Il n’y a aucune raison de croire que de réprimer une femme croyante est un acte féministe et émancipatoire », poursuit-on.

Beaucoup d’autres batailles

Pour la FFQ, « il reste beaucoup de batailles à mener pour garantir l’égalité entre les femmes et les hommes » au Québec, bien avant les restrictions prévues par le projet de loi 21 pour interdire le port de signes religieux à certaines catégories d’emploi.

« Salaire minimum à 15  $, accès aux services obstétricaux, réinvestissement massif dans les services publics, lutte au racisme systémique, accès au logement, accueil des femmes migrantes, lutte contre les violences sexuelles et domestiques, proximité des services en régions rurales et dans les petits centres, fin du temps supplémentaire obligatoire, conditions de travail des aides domestiques, enjeux socio-économiques liés à un capitalisme sauvage : voilà quelques-unes des batailles qui touchent les femmes dans leur quotidien », écrit notamment la Fédération dans son mémoire.

Les consultations du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État prendront fin jeudi après deux semaines de travaux. En plus de la FFQ, la Coalition Inclusion Québec, la Ligue des droits et libertés de même que le Rassemblement pour la laïcité seront entendus en cours de journée par les parlementaires.

Québec utilisera-t-il le bâillon ?

Le gouvernement Legault procédera ensuite à l’étude détaillée du projet de loi en commission parlementaire au cours des prochaines semaines. Depuis son dépôt au Salon bleu, Québec a toujours répété qu’il souhaitait l’adopter avant l’ajournement des travaux parlementaires, le vendredi 14 juin prochain.

Lors de la période des questions, jeudi, le Parti libéral a dénoncé que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) utiliserait le bâillon pour adopter son projet de loi avant la fin de la session, même si l’étude celui-ci n’est pas terminé.

« Je crois qu’on est arrivé à une situation de consensus », a répondu le ministre Simon Jolin-Barrette.

Le député libéral Marc Tanguay a pour sa part lancé un « avis de recherche » afin que la ministre de la Justice, Sonia LeBel, se prononce sur l’utilisation d’une clause de dérogation pour protéger le projet de loi 21 de certaines contestations judiciaires.

Lorsqu’elle était questionnée en chambre, jeudi, c’est plutôt Simon Jolin-Barrette qui se levait pour répondre aux questions.

Source: Laïcité: «On est en train de légiférer un plafond de verre», dénonce la FFQ

Le Conseil du statut de la femme (CSF) demande au gouvernement Legault de réaliser des études afin de « convenir collectivement de la pertinence [d’interdire le port de signes religieux aux] personnes qui participent à l’éducation des enfants » dans le cadre du projet de loi sur la laïcité de l’État.

Contrairement à la Fédération des femmes du Québec (FFQ), qui a dénoncé jeudi que Québec créait « un plafond de verre » aux femmes mulsumanes qui portent le voile, le CSF appuie sans réserve l’interdiction du port de signes religieux pour les employés de l’État ayant un pouvoir coercitif (comme le recommandait en 2008 le rapport Bouchard-Taylor).

Mais le Conseil – dont le mandat est de conseiller le gouvernement « sur tout sujet lié à l’égalité, au respect des droits et au statut de la femme » – considère qu’il manque de données pour appuyer avec le même enthousiasme les dispositions du projet de loi 21 qui visent les enseignantes.

« Aux yeux du Conseil, s’il s’avérait que le port d’un signe religieux par le personnel enseignant véhicule une conception des femmes comme étant inférieures ou soumises aux hommes, son interdiction serait impérieuse. Il en irait de même s’il s’avérait que ce port brime la liberté de conscience des élèves et nuit à leur épanouissement ou encore porte atteinte au respect des convictions des parents », écrit le CSF dans son mémoire qui a été remis aux députés.

« Par souci de cohérence, l’interdiction devrait alors être étendue à toutes les catégories de personnel que côtoient les enfants à l’école », ajoute-t-on.

« Il [est donc] impératif que soient menées des études et consultations afin de mieux comprendre les effets du port de signes religieux par le personnel scolaire. De tels travaux permettraient […] de convenir collectivement de la pertinence de l’interdire ou non pour l’ensemble des personnes qui participent à l’éducation des enfants au sein des écoles ou dans d’autres milieux éducatifs », poursuit enfin le Conseil.

Plus tôt en journée, la Ligue des droits et libertés a pour sa part dénoncé le projet de loi 21 en affirmant que l’argumentaire élaboré par le ministre Simon Jolin-Barrette était basé sur des préjugés. Les consultations du projet de loi 21 se terminent jeudi.

Opinion: Quebec’s religious-symbol bill hearings have gone exactly as François Legault’s CAQ planned

Konrad Yakabuski’s take although I don’t share his conclusion that it made the CAQ proposals appear reasonable:

Eleven years ago this month, Quebec wise men Gérard Bouchard and Charles Taylor tabled their report on religious accommodation in Canada’s once “priest-ridden province.”

The two intellectual giants chosen by then-premier Jean Charest to extricate his Liberal government from the quagmire in which it found itself – it had been reduced to a slim minority after an election campaign that largely focused on religious accommodation – went to great lengths to insist that secular Quebec was not experiencing a clash of values. The apparent “crisis” involving the demands of religious minorities for recognition was largely, to use a term now in vogue, fake news. Some media organizations, they concluded, had been making mountains out of molehills, creating a false sense of urgency and collective insecurity.

And yet, Prof. Bouchard and Prof. Taylor went on to lay out in 310 dense pages how Quebec was different from the rest of Canada and North America, and how it was incumbent upon the provincial government to lay down the parameters for secularism. Rejecting the Canadian policy of multiculturalism as “poorly adapted to Quebec’s reality,” their report called for legislation establishing “interculturalism” as the model for managing diversity in the province.

”It is in the interests of any community to maintain a minimum of cohesion,” the Bouchard-Taylor report concluded. “For a small nation like Quebec, always preoccupied with its future as a cultural minority, integration represents a condition of its development, indeed its survival.”

The report presented its ideas for how to help an insecure minority – in this case, French-speaking Quebeckers – feel more secure. After spending decades seeking to eliminate the pervasive influence of the Catholic Church in public institutions, they sympathized with the desire of Quebeckers to prevent other religions from taking its place.

It was hence that Prof. Bouchard and Prof. Taylor recommended that state employees exercising “coercive powers” – such as police officers, prison guards, Crown prosecutors and judges – be prohibited from wearing conspicuous religious symbols. It was not a recommendation they made lightly; their report makes clear that such a prohibition would deprive some religious minorities of the ability to exercise certain state functions. But they concluded that it nevertheless constituted the “right balance for Quebec society today.”

It was obvious then that, in implementing such a ban, Quebec would put itself on a collision course with the rest of Canada. Indeed, by 2008, it had already been 18 years since the RCMP first began allowing Sikh officers to wear turbans as part of their official uniform. Whether they intended it to or not, their recommendation soon took on a life of its own, as proponents of Quebec secularism seized on the imprimatur of Bouchard-Taylor to legitimize their cause.

Appearing last week before the National Assembly commission studying Bill 21, Prof. Taylor, now 85, pleaded that he had been “naive” about the monster he helped create in tabling this recommendation. “Just promoting this kind of program starts to provoke incidents of hate,” he insisted, explaining why he no longer supports a recommendation he previously defended.

In Saturday’s Journal de Montréal, Quebec’s most-read newspaper, three columns were devoted to discrediting the McGill University philosopher. One compared him to the washed-up drunk Calvero in Charlie Chaplin’s 1952 film Limelight. “There is only one word to qualify this 180-degree turn – pathetic,” former Parti Québécois minister Joseph Facal wrote.

It might be going too far to say Prof. Taylor had been set up by Quebec Immigration Minister Simon Jolin-Barrette, who has meticulously stage-managed the parliamentary hearings on Bill 21, which end on Thursday. But the distinguished professor did not do himself any favours by effectively likening supporters of the bill that would implement the principal recommendation from his report (while adding teachers into the mix of state employees prohibited from wearing religious symbols) to hatemongers. He played into caricatures of himself.

That’s exactly how Mr. Jolin-Barrette wanted the hearings to unfold. “In the course of the past 15 years, previous governments have not succeeded in translating and implementing the will of the Quebec people to establish a secular framework for the state,” the minister said. “Quebeckers can be proud of this bill because it allows us to turn the page on this issue.”

By giving so much airtime to those who hold extreme opinions – former Liberal senator Céline Hervieux-Payette warned that “behind” the Islamic veil lay genital mutilation and forced marriages, while several intervenors called on the government to extend the religious-symbols ban to all state employees – the hearings aimed to ensure that the Coalition Avenir Québec’s Bill 21 came out looking like a reasonable compromise.

For Mr. Jolin-Barrette and his boss, Premier François Legault, it was mission accomplished.

Source: Opinion: Quebec’s religious-symbol bill hearings have gone exactly as François Legault’s CAQ planned

Laïcité: le SFPQ veut élargir l’interdiction des signes religieux

Regressive position for a union to take:

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) demande au gouvernement Legault d’étendre l’interdiction du port de signes religieux « ostentatoires » à l’ensemble des employés de l’État qui ont des contacts avec les citoyens.

« Les symboles religieux ostentatoires n’ont pas leur place dans la fonction publique puisqu’ils sont contraires au principe de neutralité », a affirmé le SFPQ, jeudi, de passage à Québec pour la troisième journée de consultations du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

Le syndicat, qui représente quelque 30 000 employés de la fonction publique québécoise, ramène ainsi des dispositions qui étaient prévues dans la défunte Charte des valeurs présentée par le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

« Ces symboles, qui revêtent une signification importante pour les personnes qui les portent, peuvent être perçus comme très dérangeants par les citoyens et citoyennes qui entrent en interaction avec ces personnes », affirme le SFPQ dans son mémoire, qui fait un parallèle entre le devoir de neutralité politique des fonctionnaires à la volonté d’imposer une neutralité face à une appartenance religieuse.

Le projet de loi 21 présenté par le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) interdit le port de signes religieux (qu’ils soient « ostentatoires » ou non) aux employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants et les directions scolaires.

Québec prévoit une clause grand-père pour les employés du secteur public qui sont visés par la loi, mais qui sont déjà à l’emploi de l’État en portant un signe religieux. Le SFPQ souhaite que ce droit acquis soit préservé tout au long de leur carrière. À l’heure actuelle, la loi prévoit qu’un employé visé perd son droit s’il change de poste ou d’employeur au sein de la fonction publique.

Stigmatisations des gais et des croyants

Lors de la période des questions, jeudi, la cheffe de Québec solidaire, Manon Massé, a fait un lien entre les droits des homosexuels qui ont été protégés en 1977 dans la Charte des droits et libertés de la personne et les droits que Québec souhaite désormais restreindre à certains employés de l’État qui portent un signe religieux.

« Le premier ministre répète à qui veut l’entendre que c’est parce que c’est comme ça qu’on vit au Québec [qu’il veut interdire les signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants]. Comme si, lorsque nos prédécesseurs ont adopté [la Charte des droits et libertés], tous partis confondus avaient erré, en 1975. Et pourtant, en 1977, lorsque les droits des personnes homosexuelles ont été inclus dans la charte québécoise, ce n’était pas comme ça qu’on vivait au Québec », a dit Mme Massé.

« À l’époque, une large partie de la population était convaincue que nous, les gais et lesbiennes, on ne pouvait pas enseigner ou s’occuper des enfants, parce que, dans les faits, on allait les contaminer avec notre différence. Une chance que les politiciens de l’époque, puis ceux qui ont suivi, n’ont pas appuyé leur seul jugement sur les qu’en-dira-t-on, parce qu’aujourd’hui il manquerait bien des profs à l’école », a-t-elle ajouté.

« Personne ne peut nous reprocher de ne pas avoir été clairs durant la campagne électorale. […] On en parle depuis des années. Je comprends que la cheffe de Québec solidaire n’est pas d’accord, je comprends aussi que certains députés libéraux ne sont pas d’accord […], mais je pense qu’on doit avoir ce débat de façon calme, sans s’accuser de gros mots. Il faut être capable de débattre au Québec de façon respectueuse. Je pense que notre projet de loi est modéré, justement pour essayer de rassembler […]. Je pense qu’on a le droit au Québec de faire ce choix », a répondu le premier ministre François Legault.

Que prévoit le projet de loi 21  ?

Le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État, déposé en mars dernier par le gouvernement Legault, prévoit l’interdiction du port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, y compris les enseignants et les directions d’écoles publiques. Les policiers, les agents correctionnels, les agents de la faune, les constables spéciaux, les procureurs de la Couronne et tous les avocats du gouvernement sont également visés. Idem pour le président de l’Assemblée nationale et ses vice-présidents, alors que les députés pourront continuer de porter leurs signes religieux. Une clause de droit acquis est également prévue pour les employés de l’État actuellement en poste et qui portent un signe religieux, tant et aussi longtemps qu’ils ne changent pas de poste ou d’employeur. Tous les signes religieux sont visés par le projet de loi : tant le hijab que la kippa et la croix catholique. Québec a également inclus une disposition de dérogation aux chartes des droits afin que sa loi ne soit pas contestée devant les tribunaux.

Source: Laïcité: le SFPQ veut élargir l’interdiction des signes religieux

Laïcité: la consultation qualifiée de mascarade par des groupes religieux

Valid points by the groups not being invited to testify:

Le refus du gouvernement Legault d’entendre les groupes religieux directement visés par le projet de loi sur la laïcité démontre, selon ceux-ci, que son lit est déjà fait et que les consultations l’entourant ne sont qu’une mascarade.

Des représentants d’organisations juives, musulmanes, sikhes et même de l’Église unie du Canada ont vivement dénoncé, mardi à Montréal, le mutisme du gouvernement caquiste qui, à leurs demandes d’être entendus aux audiences de la commission parlementaire sur le projet de loi 21, n’a répondu que par des accusés de réception sans invitation.

«Le gouvernement voit cette loi comme un fait accompli», a déclaré Avi Finegold, porte-parole du Conseil des rabbins de Montréal, alors que les consultations s’entamaient à Québec.

«On dirait qu’ils essaient simplement de masquer le tout avec quelques journées de consultations, pour une loi aussi majeure», a-t-il déploré.

Déficit d’ouverture et d’inclusion

Pour ces organisations, il est inconcevable que les personnes directement touchées par cette loi soient ainsi ignorées.

«Le fait qu’on ne soit même pas invités aux consultations fait en sorte que notre opinion, pour eux, n’est même pas valide», a pour sa part avancé la porte-parole du Conseil national des musulmans canadiens, Sara Abou-Bakr, qui ne s’est pas gênée pour faire la leçon au gouvernement caquiste sur la notion d’inclusion.

«C’est sûr qu’ils ont pris cette décision-là sans même avoir l’idée d’avoir un Québec inclusif et sans même inclure tous les citoyens du Québec. L’ouverture, c’est d’inclure tout le monde. L’ouverture, ce n’est pas d’inclure les personnes (..) dont on sait qu’elles vont déjà être de notre avis. L’ouverture, c’est donner à tout le monde la chance égale de parler que ce soit pro-loi ou contre la loi.»

Cette exclusion des groupes directement touchés est particulièrement mal accueillie par Samaa Elibyari, du Conseil canadien des femmes musulmanes.

«Les femmes voilées, c’est-à-dire celles qui portent le hijab, seront les premières victimes. Il est donc déplorable que notre voix ne soit pas entendue à ce sujet», a-t-elle dit.

Selon elle, l’exclusion imposée par le gouvernement Legault «trahit un esprit de parti pris».

«Comment pouvez-vous justifier que les personnes qui sont les plus touchées ne sont pas représentées ?» demande-t-elle, faisant valoir que «ce n’est pas seulement les femmes qui seront affectées, c’est toute la famille, c’est toute la communauté» puisque la restriction à l’emploi devient une conséquence matérielle tangible.

Le voile comme signe d’inclusion

Les organisations font valoir que le discours d’ouverture à la diversité du gouvernement caquiste peut difficilement être soutenu dans les faits s’il est incapable de faire preuve d’ouverture pour l’étude de son projet de loi.

Plus encore, souligne Sara Abou-Bakr, le port d’un signe religieux pourrait s’avérer un puissant argument en faveur de l’inclusion.

«Le fait que je porterais un symbole religieux en travaillant pour le gouvernement mettrait l’emphase sur le fait qu’on vit dans un Québec inclusif», avance-t-elle.

Sur le fond, les organisations ne s’en cachent pas : elles perçoivent toutes le projet de loi 21 comme un instrument de discrimination.

«Nous estimons qu’il s’agit d’une discrimination encouragée par l’État, une légalisation de la discrimination, et ça affectera tout le monde», a de son côté déclaré l’imam Musabbir Alam, de l’Alliance musulmane canadienne.

«La loi 21 est une loi qui va renforcer la division de la société québécoise», a renchéri Sara Abou-Bakr.

Avi Finegold, de son côté, a cherché à contrer les discours de peur qui entourent ce débat.

«Nous ne devrions pas avoir peur de la religion. Nous n’essayons pas de convertir qui que ce soit. Nous sommes ici pour vivre nos vies et pour avoir notre foi religieuse exprimée de la manière dont nous le voulons l’exprimer», a-t-il dit.

Les organisations n’écartent pas la possibilité d’aller vers des recours juridiques pour contrer l’éventuelle loi et préparent également des activités de soutien à leurs revendications.

Source: Laïcité: la consultation qualifiée de mascarade par des groupes religieux

Bill 21: Laïcité: Bouchard et Taylor sonnent la charge

From the éminences grises du rapport:

Les audiences publiques qui débutent mardi sur le projet de loi 21 s’annoncent comme le théâtre d’expression de profondes divisions politiques et sociales au Québec. Et les signataires du rapport Bouchard-Taylor seront parmi les premiers à mener la charge contre un projet de loi « nourri par une certaine islamophobie » (de l’avis de Charles Taylor) et qui risque de mener à une sorte de « radicalisation » du Québec (selon Gérard Bouchard)

« La loi aggravera les clivages qui se sont creusés depuis quelques années entre la majorité et les minorités, dressant ces dernières contre la première, écrit le sociologue Bouchard dans un mémoire qu’il présentera mercredi, mais dont Le Devoir a obtenu copie. Elle aura aussi pour effet d’introduire un élément de radicalisation dans notre société », pense-t-il.

La loi aggravera les clivages qui se sont creusés depuis quelques années entre la majorité et les minorités

Le coprésident de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables croit qu’à défaut de mettre un terme au débat sur les signes religieux, le projet de loi 21 « va au contraire relancer la controverse ».

Dans sa présentation, Gérard Bouchard s’attarde principalement à la décision du gouvernement Legault d’étendre aux enseignants l’interdiction du port de signes religieux. Le rapport qu’il avait présenté en 2008 excluait cette idée, mais proposait une interdiction pour les employés avec un pouvoir de coercition (ce en quoi il croit toujours).

« Le fait d’interdire à de jeunes professionnels la possibilité de faire carrière dans l’enseignement à cause de leur croyance religieuse ne s’accorde pas avec le sens de l’équité et de la compassion hérité de notre histoire », écrit-il.

Québec fait fausse route en arguant que cet interdit fait partie de l’équation de la séparation de l’État et de l’Église, pense M. Bouchard. « Affirmer que le principe de la séparation institutionnelle entraîne une interdiction de porter des signes religieux [chez les enseignants] me paraît comporter une grande part d’arbitraire. Le droit fondamental d’exercer et de manifester sa religion devrait donc ici prévaloir. »

Le sociologue estime qu’il manque de « données empiriques rigoureuses » prouvant que le port d’un signe religieux chez les enseignants « entrave la démarche pédagogique », « traumatise des élèves » ou « entraîne une forme d’endoctrinement chez les élèves ».

Et si jamais c’était le cas, comment justifier que les écoles privées — notamment celles qui sont religieuses — ne seront pas assujetties à la Loi sur la laïcité, demande-t-il ? C’est pourtant là où « on peut présumer que le port des signes religieux est le plus répandu », note M. Bouchard.

Au-delà des enseignants, Gérard Bouchard se demande aussi « comment se justifie l’interdiction frappant diverses catégories de personnel qui n’exercent pas de pouvoir [de coercition], notamment les arbitres, les shérifs, les greffiers, les avocats et les notaires ? ».

Charles Taylor

Son ex-collègue, Charles Taylor, tentera mardi de dissuader le gouvernement Legault d’adopter ce projet de loi qui, à son avis, s’appuie sur des préjugés. « Le mot musulman n’apparaît peut-être pas, donc ça ne cible pas la religion musulmane, mais c’est très clair que l’opinion majoritaire contre les signes visibles est nourrie par une certaine islamophobie qui a, en quelque sorte, [été] inculquée à la population par toutes sortes de sites Web, a-t-il affirmé. En l’absence de cette islamophobie, les gens seraient moins avides de faire avancer des exclusions comme celle-là. »

M. Taylor soutenait l’interdiction du port de signes religieux pour les employés de l’État en position coercitive comme les policiers et les gardiens de prison lors de la publication du rapport de la commission Bouchard-Taylor. Mais il a fait volte-face après l’attentat commis en 2017 à la grande mosquée de Québec.

L’adoption du projet de loi ne fera qu’attiser les préjugés contre les minorités religieuses, selon lui, et risque de mener à une augmentation importante des incidents haineux. C’est ce qui s’est produit « dans toutes les sociétés où des mesures restrictives semblables à celles de la loi 21 ont été défendues en campagne électorale ou référendaire par un parti majeur — le Front national en France, les partisans du Brexit en Angleterre, les républicains de Trump, et le PQ au Québec en 2014 […] », écrit-il dans le mémoire qu’il présentera avec le philosophe Jocelyn Maclure.

« Au nom de quel intérêt public a-t-on le droit de soumettre une minorité de citoyens récemment arrivés chez nous à de telles épreuves ? », demandent-ils.

M. Taylor a souligné en entrevue que le projet de loi 21 crée un grave précédent, puisqu’il va à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés et de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. « Ils vont sacrifier des droits et libertés de certains citoyens, et c’est très dangereux, parce que ce genre de charte est en quelque sorte la protection de tout le monde, a-t-il dénoncé en entrevue. Demain, il pourrait y avoir une autre minorité qui soit très impopulaire envers laquelle il y a des préjugés et on va se sentir justifié de supprimer ces droits-là. »

Très attendues, les consultations autour du projet de loi 21 débuteront mardi avec quatre groupes qui soutiennent le projet de loi : Pour les droits des femmes du Québec (PDF), le Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité de Djemila Benhabib, le Mouvement national des Québécois et des Québécoises de même que l’Association québécoise pour les Nord-Africains pour la laïcité.

PDF, pour qui laïcité rime avec égalité homme-femme, veut étendre l’interdiction du port de signes religieux à l’ensemble des employés du milieu scolaire, y compris ceux des services de garde. L’organisme propose en tout 16 recommandations, l’application de sanctions sévères pour les établissements qui contreviendraient à la loi.

Le gouvernement Legault espère faire adopter le projet de loi d’ici la relâche estivale. En tout, 36 groupes et experts témoigneront lors des consultations, qui s’échelonneront sur deux semaines.

Laïcité: plusieurs Canadiens appuient le projet de loi du Québec, dit un sondage

On-line, thus less reliable than other surveys, but nevertheless captures regional differences:

Le Québec a eu bien mauvaise presse au Canada anglais depuis le dépôt du projet de loi qui interdit le port de signes religieux à certains employés de l’État. Mais voilà qu’un sondage révèle qu’ils sont nombreux dans le reste du pays à partager l’opinion de la majorité des Québécois en faveur du projet de loi 21 du gouvernement Legault.

Le sondage Léger effectué pour La Presse canadienne a interrogé un échantillon non probabiliste de 1522 Canadiens. L’exercice s’est fait en ligne du 18 au 22 avril.

Ils seraient donc 46 % au Canada – en tenant compte des réponses des Québécois – à appuyer le projet de loi et 42 % seraient contre.

À la question « Êtes-vous en faveur ou opposé au fait de bannir le port des signes religieux visibles pour les employés du secteur public en position d’autorité (policiers, juges et enseignants du primaire et du secondaire) dans votre province ? », ils étaient 66 % au Québec à être « plutôt en faveur » ou « totalement en faveur ».

Ailleurs au Canada, ils sont toujours plus nombreux à s’opposer à l’idée mais, à part en Alberta, l’écart entre les pour et les contre n’est pas très remarquable.

Ainsi, en Ontario, 42 % appuieraient l’interdiction, 47 % s’y opposeraient. Dans les Prairies, ils seraient 41 % pour, 44 % contre. En Colombie-Britannique, le sondage a relevé 41 % en faveur de l’interdiction à comparer aux 45 % qui s’y opposeraient. Et puis dans les provinces atlantiques, ils seraient 41 % prêts à appuyer pareil projet de loi et 50 % qui n’en voudraient pas.

L’Alberta sort donc du lot avec un plus grand écart entre les pour et les contre : 34 à comparer à 53.

« Il serait faux de prétendre que tous les Québécois sont racistes parce qu’ils sont en faveur et que tous les autres sont très vertueux parce qu’ils seraient tous contre », en conclut Christian Bourque, vice-président exécutif et associé de Léger.

M. Bourque, se fiant à la couverture médiatique du projet de loi 21 s’attendait à des résultats plus « blanc et noir ». « On pense que tous les Québécois sont en faveur et on pense que tous les autres Canadiens seraient contre. Et ce n’est pas […] ce qu’on voit dans le sondage », constate-t-il.

« On est plus dans les nuances de gris », ajoute-t-il.

La différence à noter entre le Québec et les autres provinces, cependant, c’est qu’il y a une « majorité suffisante » au Québec – 66 contre 25 – qui appuie l’interdiction alors qu’ailleurs, on est beaucoup plus divisé sur la question.

Cette division se reflète aussi dans l’arène politique fédérale. Quelques élus conservateurs ont appuyé publiquement le projet de loi 21 tandis que leur chef Andrew Scheer exprime son opposition du bout des lèvres.

Chez les libéraux de Justin Trudeau, on condamne le projet de loi d’une seule voix, mais on refuse encore de dire comment on entend y répondre.

Pas si chiâleux que ça, les Québécois

Autre correction dans le sondage, ce ne sont pas les Québécois qui se plaignent le plus du gouvernement fédéral.

« La grogne est essentiellement dans les provinces atlantiques, dans les provinces des Prairies et en Alberta où de fortes majorités disent: “non, je n’obtiens pas ma juste part d’Ottawa” », note M. Bourque en analysant une autre question du sondage.

À cette question sur la « juste part », il n’y a que les Ontariens qui sont plus satisfaits d’Ottawa que les Québécois.

Ainsi, ils ont été 68 % en Alberta à répondre « non », 64 % dans les prairies, 58 % dans les provinces atlantiques, 49 % en Colombie-Britannique, 42 % au Québec et 37 % en Ontario.

« On semble vraiment être dans un cycle “western alienation” (sentiment d’aliénation présent dans l’ouest du Canada) », estime M. Bourque.

Source: Laïcité: plusieurs Canadiens appuient le projet de loi du Québec, dit un sondage