Prague TV tower under fire as dark reminder of city’s antisemitic past

Another Holocaust legacy a government having difficulty addressing:

It has been called one of the world’s ugliest structures, pointing above Prague like a jabbing metallic finger while offering visitors panoramic views of the Czech capital’s more aesthetically pleasing sites.

Now the city’s looming 216-metre (709ft) television tower – one of the most distinctive architectural legacies of communism – is the subject of renewed complaints from the Prague Jewish community, which says it is a brooding reminder of the antisemitism of the regime that ruled the former Czechoslovakia for more than 40 years and whose dark history needs to be officially recognised.

“Part of our community is still present under the ground here and people should know about it,” said Pavel Vesely, a history and tourism coordinator with the Prague Jewish community. “It reflects our history in the second half of the 20th century, when there was pressure – part state-organised antisemitism, part anti-religion – to erase the remnants of a Jewish presence in Prague. And the communists did a thorough job, because if you speak to people visiting the tower, they have no idea a Jewish cemetery was here.”

The ancient Prague Jewish cemetery as it was before it was turned into a tower. Also shows the site when the tower’s foundations were being dug.. Sent by Robert Tait.
Pinterest
The ancient Prague Jewish cemetery before the tower was built over it, involving the disinterment of human remains. Photograph: Archive of the City of Prague

Local officials are calling for a memorial acknowledging that the tower, believed to have been conceived partly as a cold-war gambit to block western TV and radio broadcasts, stands on what was once Prague’s biggest Jewish cemetery, where rabbis, distinguished scholars and leading industrialists, among others, were laid to rest.

Graves in the former cemetery in the Žižkov neighbourhood were disturbed after workers began drilling in 1985 to lay the tower’s foundations. While some remains were reburied in other cemeteries, others were reportedly dumped in a landfill site outside Prague, in violation of Jewish law forbidding the disinterment of buried bodies.

The Jewish community sold the site, under pressure from the communist authorities, to the state broadcaster after it was deemed the ideal location for the tower. Most of the headstones in the once sprawling cemetery – first established in 1680 and the burial place for about 40,000 people – had previously been flattened and grassed over in the early 1960s to convert it into a park, also at the demand of the communist regime.

By the time the tower was completed in 1992, the cold war had ended after communist regimes in Czechoslovakia and other eastern bloc countries lost power. It is now marketed as a tourist attraction, boasting an observatory, a restaurant and even a one-bedroom hotel.

It stands at the centre of a square hosting a restaurant, an underground parking facility and a mini-golf course, part of which is said to be sited where the grandest tombstones once stood. There is also an ice rink in winter.

The cemetery’s oldest section survived the developments and remains in relative obscurity at one end of the square, Jewish community leaders having spent heavily to rescue it from the decay it had fallen into during the communist period.

However, they say a memorial is needed out of respect for the much larger, disappeared part of the cemetery, and as a reminder of what is seen as a state-sponsored effort to erase the last vestiges of Jewish identity after the Holocaust.

Some local schools have taken pupils on tours of the site to raise awareness. Magdalena Novotná, a teacher leading a group of nine-year-olds around the cemetery as part of a class project, said: “The communist regime was not sensitive to spirituality or religious traditions. What touches me is that we know the Jewish belief that we cannot move bodies once they are in the soil, but they moved them completely. This is what we teach the children in the project.”

Anna Tumova, a spokesperson for České Radiokomunikace, the tower’s owners, said the company had not been approached, but that it would consider any proposal for a memorial. A plaque on the body of the tower itself would need permission from its architect, Václav Aulický.

The structure already carries the figures of several sculpted “babies” designed by a Czech artist, David Černý, copies of which were refitted earlier this year after the originals were removed.

The tower is the latest focal point of the Jewish community’s drive to restore scores of cemeteries, synagogues and other cultural sites destroyed or allowed to fall into ruin under communism. Some 105 synagogues were demolished during the communists’ reign – compared with 70 during the Nazi occupation.

Stonework for many abandoned sites was sold and later reused for private gardens, car parks or pedestrianised streets. Prague city council recently agreed to allow Jewish community leaders to examine cobbled paving stones dug up for a forthcoming redevelopment of Wenceslas Square. Some stones are believed to have been taken from Jewish cemeteries and repurposed for the pedestrianisation of the area carried out by the communist regime in the 1980s.

Source: Prague TV tower under fire as dark reminder of city’s antisemitic past

À la vie, à la mort [Saint-Apollinaire cemetery] : François Cardinal

François Cardinal correctly calls out Quebec’s political class:

Où était Régis Labeaume ces dernières semaines ? Où était Philippe Couillard ? Où étaient ces élus qui promettaient aux musulmans de tout faire pour favoriser le vivre-ensemble il y a quelques mois à peine ?

Après l’attentat de janvier dernier, maires, députés et ministres étaient en effet sur toutes les tribunes, la main sur le cœur, pour assurer la communauté musulmane de leur appui le plus sincère. Mais quand cet appui est justement devenu nécessaire, silence radio…

Pas l’ombre d’une déclaration du premier ministre ni du maire de Québec en faveur du cimetière musulman de Saint-Apollinaire.

Pas de signe de vie du député local, Laurent Lessard, qui n’a pas même pas daigné prendre position. Pas d’appui non plus du ministre responsable de la région de Québec, François Blais, ou de la ministre responsable de la Rive-Sud de Québec, Dominique Vien.

La communauté musulmane a beau avoir envoyé des lettres à tout ce beau monde pour demander leur appui au projet, elle n’a reçu aucune réponse. Elle a été laissée à elle-même. Seule… avec le maire du petit village de Saint-Apollinaire, Bernard Ouellet, qui a quasiment incarné en solo le camp du Oui.

Plutôt que de protéger la minorité musulmane de la majorité, on l’a ainsi laissé se défendre par ses propres moyens. On a abandonné la communauté et les promesses d’un coup. On a dissocié le « vivre-ensemble » du « mourir-ensemble », comme si l’un pouvait venir sans l’autre.

« On s’aperçoit après quelques mois de fraternité, de bisous à droite et à gauche, qu’on ne reçoit pas de soutien », a lâché à une journaliste le porte-parole du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Kesri.

Bien sûr, les représentants du gouvernement se cachent derrière la juridiction municipale du changement de zonage qui a déclenché le malheureux référendum pour justifier leur silence. Ils n’ont pas voulu, disent-ils, s’ingérer dans la démocratie locale.

Or, Québec s’est toujours montré respectueux de l’autonomie municipale… quand ça l’arrange.

Il a déjà retenu les paiements de transfert aux villes pour leur montrer qu’elles ne sont que des « créatures » du gouvernement, mais il se cache derrière la distance à respecter quand il est dans son intérêt de ne pas s’impliquer.

Dans le cas qui nous occupe, il est évident que l’enjeu dépasse le simple changement de zonage no 590-2007. Le maire Labeaume, qui avait promis d’« accompagner » la communauté musulmane en vue de la « création d’un cimetière », a d’ailleurs dénoncé le fait qu’à peine 19 personnes (contre 16) ont pu bloquer un projet « qui a un impact sociologique important au Québec ».

Et pourtant, malgré un tel « impact », les élus municipaux et provinciaux ont laissé le maire d’un village de 5000 âmes se battre seul pour le projet, sachant que son influence n’était pas à la hauteur de l’enjeu en cause. Sachant, aussi, que le refus d’une poignée de résidants enverrait un message xénophobe à une communauté qu’on a collectivement promis de soutenir.

Dépité, le maire Bernard Ouellet a dit que c’était « la peur et la désinformation » qui avaient fait échouer le projet. Une peur qui aurait pu être surmontée par toutes ces voix qui avaient promis de se faire entendre il y a à peine six mois.

Source: À la vie, à la mort – La Presse+

Le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire est rejeté | Le Devoir

Relatively close vote and small number of voters. Unfortunate:

Le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, près de Lévis, a été rejeté dimanche à l’issue d’un vote serré d’une quarantaine d’électeurs.

Au total, 36 des 49 personnes appelées à se prononcer sur la création de ce cimetière se sont présentées au bureau de vote.

Dix-neuf de ces 36 électeurs ont voté contre le projet, soit seulement trois de plus que ceux qui ont voté pour. Un autre bulletin a été rejeté.

Le projet visait à construire un cimetière musulman sur la rue Laurier, à côté d’un site funéraire multiconfessionnel déjà existant près de l’autoroute 20. Il était piloté par la grande mosquée de Québec, qui a été frappée par l’attentat du 31 janvier au cours duquel six musulmans ont été tués.

La consultation concernait seulement les voisins immédiats du projet, soit 49 des 6000 habitants de la municipalité située à 35 kilomètres au sud-ouest de Québec.

Bernard Ouellet, maire de Saint-Apollinaire, a avoué sa déception à l’annonce des résultats, seulement 15 minutes après la fermeture du bureau de vote.

« Je suis déçu. Je pense que c’est surtout la peur et la désinformation qui a guidé le choix des gens, mais je ne crois pas que ce soit le racisme », a-t-il confié.

Quant au peu de citoyens qui avaient à se prononcer sur cette délicate question, le maire estime que le processus, bien que démocratique, n’était pas idéal.

« La loi est faite pour se prononcer sur un type de zonage. Ici, ce n’est pas l’usage du terrain qui était contesté, c’est le mot “musulman”, donc les électeurs n’ont pas rejeté un cimetière, ils ont rejeté un cimetière musulman », a souligné M. Ouellet.

Tous perdants

Les opposants au projet étaient toutefois loin de célébrer leur victoire dimanche soir. « Non seulement tout le monde est perdant, mais lundi on va être jugés et pointés du doigt. Ce qui arrive à Saint-Apollinaire, c’est triste, ça divise les gens au sein des familles, personne n’a gagné ce soir », a commenté en pleurs Sonny Létourneau, qui représentait le comité du « non ».

Mme Létourneau estime que les citoyens de Saint-Apollinaire ont fait preuve d’ouverture. « On a proposé que ce soit un cimetière multiconfessionnel. Même lorsqu’on a obtenu les signatures nécessaires pour le référendum, on a demandé que le projet soit mis sur la glace pour que tout le monde puisse discuter et trouver un terrain d’entente », a-t-elle souligné.

La semaine dernière, le principal défendeur du projet et secrétaire du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Kesri, avait exprimé le souhait que l’administration municipale ne tienne pas compte du résultat si celui-ci était négatif.

« On ne peut pas céder pour une poignée. Ils ont le pouvoir de ne pas aller en référendum, donc si on peut faire appliquer cela, pourquoi ne pas le faire ? » avait-il déclaré à La Presse canadienne.

«Insensé»

Dimanche, il retenait son indignation avec peine.

« Je suis un peu déçu, c’est normal. Comment voulez-vous que 19 [personnes] viennent arrêter un projet pour plusieurs milliers de personnes ? Ce n’est pas une consultation pour dire si on va ramasser les ordures le matin ou l’après-midi, quand même. C’est une demande importante. On ne peut pas se baser sur un refus de 19 [personnes]. C’est insensé. C’est incroyable. »

Le maire Ouellet ignore ce que réserve l’avenir pour le moment.

« Je n’ai pas de prochaine étape en vue. On va faire un résumé au cours de la semaine prochaine avec les gens de la mosquée », a-t-il dit.

Bernard Ouellet s’est consolé en se disant qu’au moins, le référendum était un point de départ pour parler des musulmans au Québec et mieux s’informer sur leur mode de vie.

Le promoteur du centre funéraire Harmonia responsable du projet, Sylvain Roy, était présent dans la salle lors du dévoilement des résultats.

Il n’a toutefois pas voulu commenter la situation.

Dans les dernières semaines, il avait affirmé se battre « contre le racisme ».

« Ils sont contre l’implantation d’une culture dans un milieu qu’ils veulent conserver 100 % québécois », avait-il déclaré.

Le week-end dernier, l’entreprise funéraire Lépine-Cloutier a annoncé qu’elle consacrerait une partie de son cimetière multiconfessionnel de Saint-Augustin-de-Desmaures, tout près de Québec, aux personnes musulmanes. Environ 500 lots leur sont dorénavant réservés.

Source: Le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire est rejeté | Le Devoir

Cimetière musulman: Saint-Apollinaire sous tension | Le Devoir

Hard to understand the nature of the opposition and we will know on Sunday the results of the referendum:

On saura dimanche si le projet de cimetière musulman de Saint-Apollinaire sera accepté ou non par référendum. Plongée malgré elle au coeur du délicat débat identitaire, la petite ville espère maintenant qu’elle n’en sortira pas trop désunie ou étiquetée.

« Dans n’importe quelle petite communauté comme la nôtre, tu aurais eu le même débat », a dit le maire Bernard Ouellet lors d’une rencontre à son bureau mardi. « J’ai reçu des courriels des quatre coins de la province là-dessus. »

Pour lui, le débat qui secoue la petite ville aurait dû se faire à une plus grande échelle. « Que voulez-vous, c’est nous qui sommes au bâton avec ça… »

Saint-Apollinaire se trouve dans la région de Chaudière-Appalaches, à une trentaine de minutes de Québec. La consultation a ceci de particulier que seulement 47 personnes sur 6000 habitants pourront voter, puisque les anciennes règles encadrant les référendums municipaux ne permettent qu’aux voisins immédiats de se prononcer.

Ces dernières semaines, les camps du «Oui» et du «Non» se sont succédé dans le rang de la Prairie-Grillée pour rallier les électeurs. « On est rendus à sept visites, sans compter les fois où on n’était pas là », a raconté un résidant favorable au projet qui a préféré taire son nom. Pourquoi rester anonyme ? « Parce que j’ai des voisins qui se sont prononcés contre, je ne veux pas brasser tout ça. […] Ma plus grande crainte, c’est pour Saint-Apollinaire. C’est une belle municipalité, et j’ai peur qu’on lui accole une étiquette. »

De l’autre côté du rang, un jeune homme nous a carrément envoyés paître. « Je ne veux rien savoir », a-t-il lancé sans préciser s’il ne voulait rien savoir du cimetière… ou des médias.

Rappelons que le projet vise à construire un cimetière musulman à côté d’un site funéraire multiconfessionnel déjà existant près de l’autoroute. Il est piloté par la grande mosquée de Québec, celle-là même qui a été frappée par l’attentat du 31 janvier.

« On se bat contre le racisme », affirme sans ambages le promoteur Sylvain Roy du centre funéraire Harmonia. « Ils sont contre l’implantation d’une culture dans un milieu qu’ils veulent conserver 100 % québécois. »

Photo: Francis Vachon Le DevoirSylvain Roy, du centre funéraire Harmonia, offre le terrain derrière lui pour la réalisation du cimetière musulman espéré depuis longtemps par la grande mosquée de Québec.

« Les gens ont véhiculé toutes sortes de faussetés, déplore-t-il. On a dit que les musulmans enterraient leurs morts sans cercueil, trop près de la surface du sol… Tout ça, c’est faux. »

Le voisin immédiat du complexe funéraire, M. Henri Baril, ne voit quant à lui aucun problème à cette cohabitation éventuelle. « Ça ne devrait déranger personne, on a tous droit à un enterrement respectueux », résume-t-il. « De toute façon, que ce soit des musulmans, des Anglais, des Italiens, des Russes, des catholiques ou des non-catholiques, on meurt tous un jour. »

Que voulez-vous, c’est nous qui sommes au bâton avec ça…

Bernard Ouellet, maire de Saint-Apollinaire

Le « Non » pressenti

Sur place, la plupart des gens s’attendent à une victoire du « Non ». « J’ai bien peur que ça ne passe pas, nous a dit le maire. Je serais agréablement surpris si ça fonctionne. »

Le propriétaire d’Harmonia est du même avis. « Si les gens favorables vont voter, ça risque de passer, mais d’habitude, les gens qui sont contre vont plus voter. »

M. Baril, lui, croit que les opposants ne sont « pas si nombreux », mais se font « plus entendre ». Il a aussi trouvé les partisans du « Non » très insistants lors de leur passage chez lui. « C’était presque du harcèlement. Ça ne finissait plus. »

De son côté, la représentante du comité du « Non », Sunny Létourneau, dit n’avoir aucune idée des résultats auxquels on doit s’attendre. Cette commerçante aussi a hâte qu’on passe à autre chose. « Ça crée un malaise terrible dans la municipalité. Ça crée des divisions, des tensions familiales. »

Si certains membres de son groupe n’ont pas hésité à tenir des propos ouvertement racistes dans le débat, Mme Létourneau se défend bien d’en être.

« On ne dit pas non aux musulmans, on dit non au projet actuel de la mosquée [de Québec]. » « Je ne veux pas qu’on associe le comité du “Non” au racisme, parce qu’il y en a seulement quelques-uns. On dit non à un changement de zonage, ce n’est pas juste pour une question religieuse. »

Elle-même dit qu’il ne faut pas « mettre tous les musulmans dans le même panier ». En entrevue, elle s’interroge sur l’expertise d’Harmonia à faire des enterrements et dit craindre que les gens de la grande mosquée de Québec négligent l’entretien de leur cimetière une fois qu’il sera installé.

La grande mosquée de Québec devrait selon elle s’insérer dans un cimetière multiconfessionnel comme à Saint-Augustin, où des familles ont acquis des lots dans un cimetière catholique. Elle a d’ailleurs pris part à l’inauguration du carré musulman à Saint-Augustin.

Or c’est complètement différent, rétorque M. Roy. « La communauté musulmane veut un cimetière confessionnel, une terre sacrée où ils peuvent déposer leurs morts selon les principes du Coran. » Le porte-parole de la mosquée, Mohammed Kesri, a d’ailleurs été choqué d’entendre que l’initiative de Saint-Augustin constituait un cimetière musulman.

Quand on fait remarquer qu’il aurait pu miser sur un lieu plus habitué à la présence d’immigrants que Saint-Apollinaire, M. Kesri rétorque qu’il n’avait pas le choix. « Ça fait 10 ans, 15 ans qu’on cherche. C’est la seule place où on a eu une offre ! » dit-il.

Les résultats du référendum doivent être dévoilés dimanche vers 20 h. Les terrains de ce genre son si ardus à trouver, assure M. Kesri, que même si le « Non » l’emporte, il est prêt à continuer à défendre le projet à Saint-Apollinaire. « Mais c’est sûr que si le 17 il y a un maire quelque part près de Québec qui nous dit que c’est possible d’établir un cimetière musulman ailleurs, ce sera avec plaisir ! »