Dutrisac: De grandes ambitions postnationales [Immigration and Quebec]

Regarding the medium and longer-term impact of increased immigration in the rest of Canada in contrast to relatively static numbers for Quebec, along with some of the fallacies that characterize the government’s reliance on high immigration levels to strengthen the economy and address an aging population.

Le gouvernement Trudeau voudrait bien que le Québec hausse ses seuils d’immigration pour qu’ils se rapprochent des cibles canadiennes, puisqu’Ottawa compte accueillir un nombre record d’immigrants au cours des prochaines années.


Dans une entrevue accordée au Devoir mercredi, le nouveau ministre fédéral de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Sean Fraser, a voulu encourager le Québec à augmenter le nombre d’immigrants qu’il reçoit. « Je crois que le Québec est conscient du besoin de recourir à l’immigration pour s’assurer que les entreprises trouvent des travailleurs », a-t-il déclaré.

Juste avant l’arrivée des libéraux de Justin Trudeau au pouvoir, en 2015, le nombre d’immigrants admis au Canada, sous le gouvernement Harper, variait entre 250 000 et 260 000 par an. En 2019, avant la pandémie, ce nombre était passé à 341 000. Après une chute à 184 000 immigrants en 2020 en raison de la pandémie, les seuils repartent à la hausse pour atteindre 401 000 cette année, 411 000 en 2022 et 421 000 en 2023. Ces derniers chiffres tiennent compte d’un certain rattrapage, mais l’intention, c’est de devenir le gouvernement canadien le plus ambitieux de tous les temps en matière d’immigration, comme l’a signalé le ministre Fraser.

Au Canada anglais, l’organisme Century Initiative tente de convaincre le gouvernement Trudeau d’admettre graduellement de plus en plus d’immigrants pour atteindre les 500 000 en 2026, avec comme objectif ultime de faire passer la population canadienne de 38,5 millions à 100 millions en 2100. Le Canada serait plus fort et aurait plus d’influence sur le plan mondial, avance ce groupe de pression, les Canadiens seraient plus riches, les coffres de l’État seraient mieux garnis, les pénuries de main-d’œuvre ne seraient qu’un mauvais souvenir et le vieillissement de la population serait stoppé.

Ces représentants de l’intelligentsia canadienne-anglaise ne sont pas les seuls à croire que l’admission débridée d’immigrants contribuera à accroître la richesse du pays et à réduire le vieillissement de la population. C’est le discours que tient généralement le milieu des affaires.

Or, comme l’ont montré les chercheurs Parisa Mahboubi et Bill Robson, de l’Institut C.D. Howe, cités par l’économiste Pierre Fortin, l’effet de l’immigration sur le vieillissement de la population est marginal. C’est plutôt la participation accrue des travailleurs de 60 ans et plus, comme au Japon, par exemple, qui est le moyen le plus susceptible de réduire les effets du vieillissement sur le marché du travail et les finances publiques.

À Ottawa, on n’hésite pas à lier l’immigration à un accroissement de la richesse du pays. À cet égard, il ne faut pas oublier que ce n’est pas la grosseur de la tarte qui importe, mais bien la grosseur de la part qui revient à chacun. Autrement dit, c’est le produit intérieur brut (PIB) par habitant dont il faut se soucier. Ainsi, les Néerlandais, dont le pays accueille relativement peu d’immigrants, sont plus riches que les Allemands, qui en ont admis davantage. Il n’y a pas de corrélation.

Quant à l’idée qu’une forte immigration soulagerait les pénuries de main-d’œuvre, c’est « un pur sophisme », nous dit Pierre Fortin. L’immigration accroît le bassin de main-d’œuvre, mais aussi le nombre de consommateurs de biens et de services du commerce et de services publics. Certes, une sélection précise des immigrants peut aider à pourvoir des postes de travailleurs qualifiés en forte demande. Mais augmenter tous azimuts les seuils d’immigration comme le gouvernement Trudeau l’envisage peut accroître le chômage chez les nouveaux arrivants.

La question de la pénurie de logements commence sérieusement à se poser. Comme les immigrants s’établissent en majorité dans les grands centres urbains, une pression intenable s’exerce sur le marché immobilier, comme on peut le constater à Toronto, à Vancouver et, dans une moindre mesure, à Montréal.

C’est sans compter la situation bien particulière du Québec. La politique d’immigration du gouvernement Trudeau fait fi du poids démographique du seul État à majorité francophone de la fédération. S’il fallait suivre le rythme imposé par Ottawa, qui plus est sans qu’il y ait eu de débat, ce n’est pas 50 000 immigrants par an que le Québec devrait accueillir, mais bien 95 000 et davantage, une impossibilité. Déjà, il n’y a pas suffisamment d’immigrants qui choisissent de vivre en français au Québec. Dans le reste du Canada, ce n’est pas un enjeu : tous les nouveaux arrivants, quelle que soit leur langue maternelle, finissent par parler anglais et vivre en anglais. Y compris les francophones, d’ailleurs.

Cette politique d’immigration, poussée par un élan multiculturaliste et postnational, ne convient pas au Québec, qui ne pourra plus très longtemps se contenter de demi-pouvoirs en matière d’immigration.

Source: https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/653859/ottawa-et-l-immigration-de-grandes-ambitions-postnationales?utm_source=infolettre-2021-12-11&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: