Francisation «obligatoire» des immigrants: Legault souffle le chaud et le froid

More ambiguity than in the case of Malala not being able to teach in Quebec:

Les immigrants qui débarquent au Québec seront-ils bientôt forcés d’apprendre le français ? Les paris sont ouverts.

Posée au premier ministre François Legault lundi, cette question demeure sans réponse claire.

En mêlée de presse, M. Legault a soufflé le chaud et le froid, paraissant dire une chose et son contraire.

Chose certaine, forcés ou non, les nouveaux arrivants auront intérêt à maîtriser le français s’ils veulent obtenir leurs papiers pour demeurer au Québec.

Le premier ministre réagissait lundi à une entrevue de La Presse canadienne, diffusée la veille, avec la députée caquiste Claire Samson, qui rappelait que le programme de la CAQ prévoyait la francisation « obligatoire » des immigrants ne maîtrisant pas le français à leur arrivée au Québec.

Elle disait que le gouvernement devrait aller en ce sens, pour s’assurer que le Québec de demain demeure un État où la langue française domine.

Or, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, a annoncé vendredi des mesures visant à étendre l’accès aux cours de francisation, mais sur une base volontaire.

Lundi, le premier ministre a convenu que le caractère obligatoire des cours de francisation pour les immigrants figurait parmi les engagements de son parti, mais qu’il voulait procéder « graduellement ». Il semble donc vouloir procéder par étapes.

« Cela fait partie de nos propositions », a reconnu M. Legault, rappelant qu’il avait un mandat de quatre ans et qu’il comptait « y aller graduellement ».

Une « priorité nationale »

En 2016, dans un rapport visant à définir la position de son parti sur cette question, la députée Claire Samson avait préconisé la francisation obligatoire des immigrants.

Lundi, le premier ministre a réitéré qu’il était « d’accord avec ce rapport-là ».

Il a ajouté que, de toute façon, les immigrants seront forcés de passer un test de français et un test de valeurs pour obtenir le certificat de résident permanent au pays.

Et il a ajouté que la réussite de ces tests sera elle aussi « obligatoire » pour rester au Québec.

Pour l’instant, « ce qu’on s’engage à faire, c’est de rendre les cours de français obligatoires… pas obligatoires, à rendre les cours de français disponibles », a dit le premier ministre.

« Les cours vont être disponibles, les tests de français vont être obligatoires. Je vois pas pourquoi les nouveaux arrivants ne suivraient pas les cours de français », a-t-il ajouté.

Avant d’aller de l’avant, le Québec devra cependant négocier avec le gouvernement fédéral les conditions qu’il souhaite imposer aux nouveaux arrivants pour obtenir le statut de résident permanent, une compétence fédérale.

M. Legault s’est engagé lundi à « convaincre le gouvernement fédéral » de lui accorder les pouvoirs réclamés, qui figurent dans la nouvelle loi 9 adoptée en juin.

Dans son rapport de 2016, assorti de nombreuses recommandations, Mme Samson proposait notamment qu’un gouvernement de la CAQ fasse de la francisation des immigrants une « véritable priorité nationale ».

D’où l’importance d’obliger les immigrants à suivre des cours de français, grâce à une formation d’une durée variant de 30 à 72 semaines, à temps complet.

Cette formation, rémunérée, serait nécessaire pour obtenir un certificat de sélection du Québec.

Tous les nouveaux arrivants ne maîtrisant pas le français devraient s’y soumettre, qu’ils soient immigrants économiques, réfugiés ou faisant partie d’un regroupement familial.

Ce programme devrait également être suivi le plus tôt possible suivant l’arrivée au Québec.

On prévoyait inclure un volet d’initiation aux réalités du Québec, sa culture, ses institutions sociales et politiques, ses valeurs, etc.

Un soutien financier devait être prévu pour les parents de jeunes enfants, en vue d’assumer les frais de garde.

Mme Samson proposait également dans son rapport de créer un guichet unique pour la francisation des immigrants adultes.

Tous les programmes de francisation — actuellement éparpillés entre le ministère de l’Éducation et celui de l’Immigration — seraient rapatriés à l’intérieur d’un nouveau ministère : le ministère de l’Immigration et de la Francisation.

Source: Francisation «obligatoire» des immigrants: Legault souffle le chaud et le froid

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: