Le ministre Kenney appuie le projet de charte de Couillard | Charte de la laïcité

Federal reactions to Premier-elect Couillard’s proposed Chartre de laicité. Minister Kenney focussing on the proposed ban on receiving government services for women wearing the niqab/burqa, other federal leaders expressing general confidence that a reasonable approach will be taken without commenting on the specifics:

«J’ai toujours dit que ce serait inadmissible pour un fonctionnaire fédéral de traiter un client, un citoyen à visage couvert», a déclaré le ministre fédéral du Multiculturalisme.

M. Kenney dit n’avoir jamais entendu parler d’un tel cas au fédéral, mais qu’on lui avait rapporté que des personnes avaient prêté serment de citoyenneté canadienne le visage caché. Il affirme avoir ensuite publié une règle pour interdire cette pratique.

Le ministre de Stephen Harper avait dans le passé été cinglant envers le projet de charte des valeurs québécoises du gouvernement péquiste. Il avait même dit que le fédéral irait devant les tribunaux pour protéger les droits des minorités religieuses si la charte ne respectait pas les droits et libertés des citoyens.

Quant à savoir pourquoi l’interdiction du voile le choquait et non pas celle d’interdire le visage couvert, il a expliqué que l’usage pour les femmes musulmanes de cacher leur visage n’est pas une pratique religieuse, mais bien une «coutume culturelle».

Minister Kenney’s position evolved over time; initially, he appeared to give more weight to religious freedom when the niqab issue was first raised in the 2007-08 Quebec debates on reasonable accommodation (I cover this in chapter 5 of my book, Policy Arrogance or Innocent Bias: Resetting Citizenship and Multiculturalism).

Le ministre Kenney appuie le projet de charte de Couillard | Stéphanie Marin | Charte de la laïcité.

Within the PQ, the start of some reflection regarding the Charter, and it will be interesting to see how they position themselves with respect to the upcoming Liberal version, and whether they use that to turn the page on what was a cynical and divisive election strategy:

Le problème qu’a posé la Charte des valeurs en campagne électorale est abordé de front dans un texte rendu public hier par Jean-François Lisée sur son blogue. Hier, le ministre sortant refusait de préciser sa pensée en entrevue; le texte suffit, a-t-il expliqué. Dans son texte, Lisée relève que les stratèges péquistes auraient pu centrer davantage la campagne sur les questions identitaires comme la Charte et la langue. Le projet de charte aurait été mieux accueilli avec un bouquet de mesures favorables à l’immigration. Surtout, la proposition aurait nécessité «un ensemble cohérent et plus attractif».

Accessoirement, comme l’ex-ministre Joseph Facal, Lisée estime aussi qu’il aurait fallu encadrer étroitement la sortie de Janette Bertrand en fin de campagne. Mme Marois, qui a louvoyé et dit que des femmes congédiées pour leur voile obtiendraient de l’aide du gouvernement pour se recaser dans le secteur privé, n’a pas aidé. «Une meilleure gestion, en amont, de la question des congédiements n’aurait certes pas nui non plus», observe Lisée.

Dans l’analyse la plus fine jusqu’ici des causes de la déroute péquiste de lundi, Lisée explique que les stratèges de la campagne péquiste, dont il ne faisait pas partie, prend-il soin de préciser, étaient convaincus que l’entrée en scène de Pierre Karl Péladeau allait attirer des sympathisants caquistes au PQ. Une «présomption raisonnable», observe Lisée.

Les langues se délient au PQ