Barbaud: Abolissons l’écriture « inclusive »

Overwrought worries on inclusive language, even if excesses occur. Language usage evolves, and French is no exception. Remember in my high school days when debate was over he/she rather than just he:

La récente publication sur le Web des Lignes directrices de l’écriture inclusive par le Bureau de la traduction du gouvernement fédéral donne à lire un document comportant plusieurs dizaines de pages d’instructions et se revendiquant de six grands principes « qui devraient guider l’application des différents procédés d’écriture inclusive ». Ne nous y trompons pas : le ton est directif, à preuve l’emploi répété de l’infinitif injonctif, par exemple, « Respecter les préférences des personnes concernées ». L’objectif inavoué est le reformatage en profondeur de la culture et de la conscience collectives de la population francophone du Canada, entre autres, pour qu’elle se plie aux exigences des minorités qui désormais nous gouvernent. Une acculturation à l’envers de la majorité, en quelque sorte.

Or surtout, n’allez pas croire que l’écriture inclusive se veut une réforme de l’orthographe. Celle-ci est souhaitable, sans être vraiment nécessaire, mais celle-là est une véritable manipulation des esprits. Autant la féminisation des noms de métier et des titres, par exemple, s’avère conforme à nos valeurs d’égalité et de démocratie, autant l’intrusion de la diversité dans le code écrit relève d’une démarche totalitaire qui vous enjoint de communiquer pour qu’une « personne se sente respectée ». Mais de quoi je me mêle ? J’ai le droit de respecter qui je veux et je ne suis pas responsable de la sensibilité des autres. J’en suis le seul juge et je l’assume.
 
À cette offensive idéologique du multiculturalisme canadien se joint le volumineux document contenant les directives, plus nuancées, faut-il admettre, de l’Office québécois de la langue française. Celui-ci s’articule en quatre volets : rédaction épicène, formulation neutre, rédaction non binaire et écriture inclusive. Le moindre qu’on puisse dire, c’est que ces organismes officiels mettent le paquet pour parvenir à leurs fins. Au lieu de simplifier l’enseignement du français et de le rendre plus attrayant, ces documents gouvernementaux sont « toxiques » parce qu’ils ne feront qu’empoisonner la vie des enseignants et de nos élèves en rendant cette matière scolaire encore plus rébarbative qu’on le dit.

Au fond, ces deux entreprises ne font que perpétuer le même esprit de normativité que celui qui était dévolu à l’Académie française, fondée en 1634 et si décriée par certains (et certaines, cela va de soi) « réformistes » d’aujourd’hui. La différence de contexte est pourtant énorme. Au début du XVIIe siècle, la langue française du pouvoir royal visait à rallier la diversité dialectale de la France en la dotant d’une langue commune qui n’existait toujours pas malgré l’ordonnance de Villers-Cotterêts proclamée presque cent ans plus tôt par François Ier en 1539. De nos jours, la diversité constitutionnelle fait peser l’anathème de la discrimination sur l’individu qui écrit dans une langue française traditionnelle enfin devenue commune depuis deux cents ans. Il ne s’agit plus de politique linguistique, mais de religion.

En effet, l’écriture traditionnelle en langue française serait devenue discriminatoire en vertu de la croyance religieuse qui définit « la nouvelle culture de l’offense » faite au prochain, comme l’écrit si bien Salman Rushdie. Le masculin est une offense au féminin. Le genre est une offense à la non-binarité. Son accord par défaut est une offense à la diversité. L’épicène est la rédemption de toutes les dénominations. L’offense présumée est ainsi devenue le fonds de commerce de la bigoterie communautariste anglo-américaine qui déferle sur le monde entier, et non pas seulement occidental, grâce à l’argent des églises évangélique, baptiste, catholique, pentecôtiste, méthodiste, et sectes affiliées, dont le zèle apostolique fournit le terreau nécessaire à la diffusion de l’islamisme radical et mortifère soutenu par les pétrodollars des monarchies musulmanes.

Il s’agit ni plus ni moins que d’enfoncer à travers la gorge des ignorants les pratiques d’écriture de la bienséance diversitaire. Le stratagème est vieux comme le monde : se servir du pouvoir pour culpabiliser quiconque déroge aux normes que ce pouvoir édicte en matière de langue, de langage, de communication et de grammaire. Aussi l’écriture inclusive adopte-t-elle le procès d’intention pour fondement de sa mise en oeuvre. Une plaie « censurielle », comme au temps de l’affaire Calas rendue célèbre par Voltaire. […]

Ne pas écrire selon les nouvelles normes de la bienséance linguistique fera de vous un être qui adhère à « toute forme de discrimination fondée sur le sexe, le genre, l’orientation sexuelle, la race, l’origine ethnique, les handicaps », y compris « tout autre facteur identitaire ». La langue française définissant l’identité d’un francophone, écrire en langue française traditionnelle, c’est-à-dire non conforme à l’écriture inclusive, fait de vous par défaut un délinquant ou une délinquante « normatif.ve ».

Bref, ne pas écrire en écriture inclusive vous relègue dans le camp du racisme si vous dérogez au « Principe 4 : Faire des choix représentatifs de la diversité ». Voilà comment s’y prend l’idéologie diversitaire pour formater l’esprit du scripteur (ou de la scriptrice, cela va de soi) idéal.e (faut-il préciser ?). Écrire selon les règles traditionnelles laisse donc entendre que vous ne respectez pas votre destinataire, comme si vous ne connaissiez rien d’autre que Twitter, Facebook, Snapchat ou TikTok.

Source: Abolissons l’écriture « inclusive »

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: