Lien entre immigration et valeurs: Legault admet avoir manqué de prudence

Of note. An innocent gaffe or one that reveals his thinking?

Le chef caquiste, François Legault, a reconnu jeudi qu’il a manqué de prudence en faisant le lien entre l’immigration et les valeurs québécoises, au lendemain d’une déclaration qui a semé la controverse.

Lors d’un point de presse, M. Legault est revenu sur ses propos de la veille, qui ont plongé sa campagne dans l’embarras.

« Je ne suis pas parfait, a-t-il concédé. Tous les États dans le monde ont un défi d’intégration aux valeurs du pays ou de l’État qui reçoit. Maintenant, il ne faut pas nommer quelles valeurs parce que ça pourrait créer un amalgame. Effectivement, je n’aurais pas dû nommer de valeurs. »

Mercredi, François Legault avait justifié la décision de son parti de maintenir le nombre d’immigrants reçus à 50 000 personnes en faisant valoir que les défis posés par l’intégration pourraient compromettre certaines valeurs québécoises.

Il avait notamment mentionné le pacifisme et la laïcité, ajoutant que les Québécois n’aiment pas la violence ni l’extrémisme. Ces paroles ont été dénoncées par ses adversaires, qui y ont vu un dérapage et un amalgame dangereux.

Sujet délicat

Jeudi, M. Legault a affirmé qu’il aurait dû limiter son propos aux défis que pose l’intégration des immigrants en ce qui concerne la langue française.

« J’ai répondu aux questions sur les valeurs alors que c’est un sujet délicat que je devrais éviter, a-t-il dit. Mais quand on parle de langue, je pense que c’est une question fondamentale pour l’avenir de la nation québécoise. »

Dès le début de son point de presse, M. Legault a abordé la controverse soulevée par ses propos, qui l’ont forcé à se rétracter en fin de journée mercredi.

« Je n’ai jamais voulu associer l’immigration et la violence, a-t-il dit. Maintenant, ce que j’ai voulu dire, c’est que tous les États dans le monde ont un défi d’intégrer les nouveaux arrivants à leurs valeurs et à leur langue. Mais au Québec, c’est un défi particulier à cause de la situation de la langue en Amérique du Nord. C’est tout ce que j’ai voulu dire. »

Anglade rejette les excuses

La cheffe libérale, Dominique Anglade, a rejeté jeudi les excuses de M. Legault, qu’elle a accusé de perpétuer des préjugés. Elle a fait référence aux propos du chef caquiste au printemps, quand il a réclamé de nouveaux pouvoirs en immigration pour éviter au Québec d’être la prochaine « Louisiane ».

« Je ne le crois pas parce que c’est lui-même qui nous a entretenus de la question de la Louisiane et des enjeux de l’immigration, que c’était un problème, qu’il faut faire attention, a-t-elle dit. C’est lui qui entretient ça, et là, ce qu’on voit, c’est la véritable face de François Legault. »

Mettant en avant les valeurs d’inclusion et d’ouverture du Parti libéral du Québec, Mme Anglade a maintenu que M. Legault avait fait le lien entre l’immigration et la violence.

« François Legault a livré le fond de sa pensée, a-t-elle soutenu. L’autre, celui qui n’est pas comme nous, il peut être dangereux. Ça, ça continue à alimenter les préjugés. On n’a pas besoin de ça au Québec. »

Après avoir fait de l’économie l’enjeu principal de ces élections, Mme Anglade a affirmé que le scrutin se jouera aussi sur les questions de division ou d’inclusion.

« Nous, on a des valeurs d’inclusion, on a des valeurs de véritable développement économique moderne », a-t-elle dit.

Excuses publiques

Même si François Legault a corrigé le tir mercredi sur le réseau social Twitter en disant ne pas avoir « voulu associer l’immigration à la violence », le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois estime qu’il doit « s’excuser publiquement ». Le chef caquiste doit « répondre aux questions », a-t-il ajouté.

Ce sont « des déclarations qui alimentent les préjugés et détériorent le climat social », a-t-il souligné, en marge d’une annonce en habitation. M. Nadeau-Dubois a appelé le chef de la Coalition avenir Québec à considérer les immigrants comme des « êtres humains en chair et en os » et non comme des chiffres et des statistiques.

De son côté, le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, a voulu se placer au-dessus de la mêlée.

« Dans l’ensemble, c’étaient vraisemblablement des propos inappropriés, a-t-il dit. Mais il s’est excusé. Donc, j’en prends acte. J’invite tout le monde à mener une campagne axée sur l’avenir, mais qui a le potentiel de rassembler. »

Source: Lien entre immigration et valeurs: Legault admet avoir manqué de prudence

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: