Lutte contre la radicalisation: les cégeps irrités par le plan de Québec

As always, the challenge lies in implementation, so I can partially understand their reaction:

La Fédération des cégeps se dit insultée que le gouvernement Couillard, dans son plan de lutte contre la radicalisation, se donne un pouvoir d’enquête et de sanction envers toute école – y compris un cégep – où seraient propagés des propos haineux ou qui serait le théâtre de comportements inquiétants.

«Nous, on se pose encore des questions sur la meilleure façon de contrer la radicalisation. Si le ministre [de l’Éducation], lui, sait quoi faire, qu’il nous le donne, le guide!», lance en entrevue avec La Presse Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps, qui entend bien présenter un mémoire aux auditions sur le projet de loi 59, qui se tiendront dans quelques semaines.

La question de la radicalisation se pose avec une acuité particulière dans les cégeps depuis quelques mois.

Cet hiver et ce printemps, deux jeunes qui fréquentaient le collège de Maisonneuve ont été arrêtés, tandis que quatre autres ont bel et bien mis le cap sur la Syrie. Il y a aussi eu cette controverse autour des locaux loués à Adil Charkaoui, qui a menacé le collège de Maisonneuve de poursuites quand le cégep a envisagé de mettre fin au contrat signé avec lui.

Dans la mesure où les cégeps se sont de tout temps ouverts à la communauté, à qui peut-on louer des locaux sans crainte? Qui risque de propager un discours haineux? Ne risque-t-on pas des poursuites si l’on refuse de louer des locaux aux uns mais pas aux autres?

Ces questions donnent de sérieux maux de tête aux contentieux des cégeps. La réponse appropriée est d’autant moins claire que les personnes qui demandent à louer des locaux ne se présentent pas toujours sous leur vrai jour, mais se décrivent parfois «comme des personnes qui viennent donner des cours de yoga ou d’impôts», relève M. Tremblay.

Dans l’immédiat, au collège de Maisonneuve, des enseignants et d’autres membres du personnel ont été formés pour être à l’affût de tout comportement problématique. Le collège de Maisonneuve travaille aussi avec la psychiatre Cécile Rousseau, directrice de l’Équipe de recherche et d’intervention transculturelles à McGill, pour tenter de mieux dépister les jeunes qui risquent d’être attirés par des gens radicaux. Cela dit, il n’y a pas que le groupe État islamique qui pose problème. Comme l’indique la Fédération des cégeps, les propos de droite véhiculés par les skinheads sont aussi très préoccupants. Et les cégeps, comme la population en général, ne sont pas à l’abri de l’islamophobie, dont il faut aussi se garder, a fait remarquer M. Tremblay.

Source: Lutte contre la radicalisation: les cégeps irrités par le plan de Québec | Louise Leduc | Éducation

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: