Adil Charkaoui obtient sa citoyenneté après 19 ans d’attente | Le Devoir

Given the long history of being suspected of terrorism-related activities, and the Government’s unsuccessful defence of the use of security certificates in his case, quite a remarkable denouement being granted Canadian citizenship.

It does clear his name in that the Government did not find a way to deny him citizenship. He has a lawsuit pending against the Government but hopes to secure an out-of-court settlement:

Adil Charkaoui est officiellement devenu citoyen canadien jeudi, la première de trois étapes dans son combat pour laver son honneur.

M. Charkaoui n’y croyait presque plus, surtout avec le durcissement du gouvernement Harper, qui ne voulait même pas reprendre Omar Khadr de la prison de Guantánamo. « Je suis agréablement surpris, surtout que ça ne vient pas d’un gouvernement modéré », dit-il.

Sa mère, son père, sa femme et ses enfants étaient tous citoyens canadiens. Adil Charkaoui a dû patienter 19 ans avant de pouvoir en dire autant.

M. Charkaoui a fait l’histoire du droit canadien. Il a combattu avec succès deux certificats de sécurité lancés contre lui par le ministre de l’Immigration, afin de le renvoyer dans son pays d’origine, le Maroc. Les autorités le soupçonnaient d’être un « agent dormant » du réseau terroriste al-Qaïda.

While this effectively ends the terror-related charges, from an integration perspective, it is strange that he invites provocative Islamic speakers with respect to women, and then complains of Islamophobia when they are denied entry.

Could he not find speakers with more positive messages?

Adil Charkaoui obtient sa citoyenneté après 19 ans d’attente | Le Devoir.