Pierre Karl Péladeau says immigration hurts Quebec sovereignty

Just after he backed off a more comprehensive Quebec Values Charter in favour of the Bouchard Taylor approach, he does a Parizeau in his remarks on immigration and the ethnic vote:

Parti Québécois leadership candidate Pierre Karl Péladeau says he believes immigration is seriously compromising the province’s ability to achieve sovereignty.

The perceived front-runner in the contest to lead the separatist provincial party took that position Wednesday evening in a PQ leadership debate at Laval University in Quebec City.

“We don’t have 25 years ahead of us to achieve it. With demographics, with immigration, we’re definitely losing one riding each year,” Péladeau told a room of 350 people.

He said the PQ could be in danger of disappearing if immigrants continue to come to the province in great numbers.

Quebec would love to control immigration, he said; however, the PQ should not have any illusions about who really controls the number of newcomers to the province.

“Who’s responsible for the immigrants who come and settle in Quebec? It’s the federal government,” Péladeau said.

All the other leadership candidates took issue with his remarks.

Bernard Drainville, Alexandre Cloutier, Pierre Céré and Martine Ouellet all spoke about the PQ’s need to welcome immigrants and incorporate them into their sovereignty solution by showing them how great Quebec as a country could be.

Ironic that he was attacked by Drainville, the main advocate of the Quebec Values Charter.

Pierre Karl Péladeau says immigration hurts Quebec sovereignty – Montreal – CBC News.

French version here, with the comments of the other PQ leadership candidates:

Son rival Alexandre Cloutier, son interlocuteur lors de ce face à face, a promptement exprimé son désaccord.

«Pour moi, l’immigration n’a rien à voir là-dedans, a-t-il affirmé. Moi, je rêve de rallier tous les Québécois sans exception et je rêve que le PQ soit représentatif de l’ensemble de la population telle qu’elle existe.»

Au terme des échanges, le jeune candidat s’est dit «surpris» par les propos de M. Péladeau. Il a précisé qu’à ses yeux, les néo-Québécois «ne sont pas des adversaires».

Les autres adversaires du député de Saint-Jérôme ont également dénoncé ses commentaires.

«Notre responsabilité comme hommes et femmes politiques, c’est de convaincre nos concitoyens, a dit Bernard Drainville. Et moi, je ne fais aucune distinction entre un concitoyen dont les ancêtres sont arrivés ici en 1650 et un autre concitoyen dont la famille est arrivée à Dorval la semaine passée.»

«Les nouveaux Québécois, il faut travailler avec eux, a renchéri Martine Ouellet. Je pense que l’immigration est une force au Québec.»

Pierre Céré a dénoncé au cours du débat le «repli identitaire» opéré ces dernières années par le PQ. Au terme de la soirée, il a jugé que les commentaires du meneur de la course sont «extrêmement malheureux et extrêmement dommageables» pour le parti.

«C’est le malaise, a dit M. Céré. Non seulement ce qui a été dit l’a été de façon maladroite, je crois, mais c’est qu’une partie de la salle a applaudi. Et les propos étaient assez clairs et limpides.»

Questionné sur ses déclarations, M. Péladeau a affirmé en fin de soirée qu’il n’avait aucune intention de présenter les immigrants comme une menace pour le projet indépendantiste. Il a dit vouloir améliorer l’intégration des nouveaux arrivants.

«Le Québec s’est enrichi de la diversité des gens qui sont venus s’y installer, a-t-il dit. Et jamais, d’aucune façon, nous n’allons cesser cette richesse, cet enrichissement lié à l’augmentation de la diversité.»

La souveraineté minée par la démographie et l’immigration, dit Péladeau