Les minorités visibles se sentent moins en sécurité que les autres

GSS Selected Indicators Police Perception

Not surprising in the current climate but somewhat more so given that the GSS data dates from 2014:

Les minorités visibles – surtout les Arabes et les Asiatiques occidentaux – se sentent moins en sécurité que les autres au pays, révèle mardi une analyse de Statistique Canada.

Selon cette étude portant sur les perceptions des Canadiens à l’égard de leur sécurité personnelle, réalisée sur la base des données de 2014, les personnes ayant affirmé appartenir à une minorité visible étaient moins susceptibles que les autres de déclarer se sentir tout à fait en sécurité lorsqu’elles marchent seules dans leur voisinage quand il fait noir.

Elles n’étaient que 44% à se sentir en sécurité, par rapport à 54% pour les Canadiens qui ne sont pas des minorités visibles.

Cette notion de «perception de sécurité» est évidemment différente du taux réel de criminalité observé.

Statistique Canada a bien noté que les habitants des grandes villes se sentent généralement moins en sécurité que ceux des petites localités, et que la majorité des personnes se décrivant comme minorités visibles résident dans les grands centres. Même en tenant compte de ce facteur, les minorités visibles étaient moins susceptibles de déclarer se sentir en sécurité que les autres.

Parmi les différents groupes de minorités visibles, les Arabes (15%) et les Asiatiques occidentaux – par exemple les Iraniens et les Afghans – (16%) étaient les plus susceptibles d’indiquer ne pas se sentir en sécurité lorsqu’ils marchent seuls le soir.

Chez les femmes arabes ou asiatiques occidentales, cette proportion était encore plus élevée, à 25%.

Il s’agit d’un changement par rapport à 10 ans plus tôt, alors que les Arabes et les Asiatiques occidentaux affichaient des sentiments de sécurité semblables à ceux des autres groupes de minorités visibles, note l’organisme fédéral de statistiques.

De même, parmi les principaux groupes religieux, les musulmans (14%), en particulier les femmes musulmanes (21%), étaient aussi les plus susceptibles de dire qu’ils ne se sentaient pas très ou pas du tout en sécurité.

«Certaines études suggèrent que les crimes haineux peuvent avoir une incidence sur le sentiment de sécurité de l’ensemble de la communauté ciblée et non seulement sur la victime directe», note l’organisme fédéral de statistiques. Et puisque les plus récentes données policières font état d’une augmentation du nombre de crimes haineux ciblant les Arabes et la population musulmane, cela pourrait expliquer en partie le fait que les Arabes et les Asiatiques occidentaux soient maintenant plus susceptibles que les autres membres des minorités visibles de déclarer ne pas se sentir en sécurité lorsqu’ils marchent seuls quand il fait noir», est-il écrit, études à l’appui.

via Les minorités visibles se sentent moins en sécurité que les autres | Stéphanie Marin | National

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: